Tocqueville, vers le nouveau monde

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historiquetocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historiqueScénario et dessin : Kévin Bazot

Editeur : Casterman

Parution : 11 mai 2016

104 pages – cartonné

Historique

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

 

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historique

Le parcours initiatique d’Alexis de Tocqueville en Amérique.

Été 1831 : deux Français entreprennent un voyage aventureux jusqu’au cœur de la région des Grands Lacs américains. De la disparition annoncée des Indiens à l’urbanisation forcenée, ils témoignent de la fin du Nouveau Monde, rapidement dévoré par les jeunes et impétueux États-Unis d’Amérique.

D’après le récit d’Alexis de Tocqueville, Quinze jours dans le désert.

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historique

 

Mon avis :

 

Le scénario prend ici la forme du carnet de route d’Alexis Tocqueville, écrit à la première personne, et livre une vision subjective mais documentaire de la région des grands lacs américains en 1831. L’adaptation de ce célèbre récit autobiographique conserve le caractère linéaire de l’original. Il n’y a pas vraiment d’intrigue principale, mais plutôt une suite de petites aventures et de rencontres au fil d’un voyage parsemés d’embûches. La force de la narration réside essentiellement dans le développement de la philosophie humaniste de l’auteur mise ici à l’épreuve des faits.

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historique

Le dessin de Bazot est à la mesure du défi, son trait réaliste est parfaitement adapté au contexte : le rendu de la majesté des paysages vierges, de l’oppression de la forêt inexplorée, du froid ou de la chaleur, de l’humidité… Habitué des illustrations historiques, Bazot excelle dans les cadrages variés, son découpage efficace souligne le rythme de la découverte progressive des territoires explorés par les protagonistes.

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historique

 

Précurseur de la sociologie, visionnaire de l’évolution des démocraties, Tocqueville trouve dans ce reportage dessiné un hommage qui va bien au-delà de son aspect dépaysant. C’est une réflexion écologique sur la modernité et le sens du progrès qui nous touche encore aujourd’hui.

tocqueville,vers le nouveau monde,bazot,casterman,11 mai 2016,historique

 

   a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gif  Scénario

a07-3e78901.gif  Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

Le site internet de Kévin Bazot : ICI

 

Skippy.

 

Le signe

Le signe, angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc, Philippe thirault, Manuel GarciaLe signe, angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc, Philippe thirault, Manuel GarciaScénario : Philippe Thirault
Dessin : Manuel Garcia
Éditeur : Glénat

Collection : Flesh & Bones
Dépot légal : 03/2016
Planches : 128
Genre : angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc

 

Tout sourit à Alex Morsen : écrivain à succès avec un bestseller, unanimement reconnu, encensé par la presse, l’amour de sa femme….. Mais le temps a passé et Alex tombe dans une routine se résumant à accompagner ses enfants à l’école le matin, et tenter de juguler l’enfer de la page blanche. A fleur de peau, il ne supporte plus les répétitions de sa voisine au piano. Elle devient l’excuse d’absence d’inspiration. Jusqu’au jour, où il lui lancera un « sort » qui ne sera pas sans conséquence pour lui et sa famille.

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

« L’écrivain au fond, c’est le raté de tous les arts, poésie, musique, théâtre, politique ; le bâtard de toutes les muses ! Qu’il lui soit beaucoup pardonné. » Céline.

Au contraire de Céline, PhilippeThirault ne pardonne pas à son héros l’absence d’inspiration. Tout doucement, il distille son venin. Et il faut le dire c’est assez habile. Le point de départ est totalement banal, avec un héros (pourrait on le qualifier ainsi ?) sans vraiment de charisme. Le lecteur s’attend même à lire un récit type roman-graphique. Mais évidemment, « Le signe » n’intègre pas la collection « Flesh & bones » pour rien. Tout bascule très vite dans une spirale de violence et de tension. Le récit ira crescendo pour basculer définitivement dans l’horreur, le paranormal et le sang. Dire que l’épouvante, le frisson sont au rendez-vous serait forfaiture de ma part. Mais il existe indéniablement un petit quelque chose. Il s’instille lentement mais sûrement, et c’est, sans doute là qu’est l’intérêt de cette lecture.

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

Le dessin noir et blanc fait aussi partie du cahier des charges de la collection. Manuel Garcia, connu pour ces incursions dans le monde du comics, a une belle plume. Les crayonnés sont très sombres, très noirs (forcément) et méticuleux.

« Le signe », comme toute cette collection, est à ranger dans la catégorie « horreur ». Il ne sera pas en tête de gondole de votre listing. Cependant, il faut lui reconnaitre une certaine efficacité avec son lot de questions sans réponse propre à ce genre de littérature. Normal, lorsque  l’on convoque le paranormal !

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

 

Scénario a05-3e788c9.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑