Ad Astra – volume 1

ad astra,mihachi kagano,ki-oon,histoire,romains,carthage,guerre,antiquité,hannibal barca,scipionad astra,mihachi kagano,ki-oon,histoire,romains,carthage,guerre,antiquité,hannibal barca,scipionScénario et dessin : Mihachi Kagano

Éditeur : Ki-oon

212 pages

date  de sortie : mars 2013

sens de lecture japonais

genre : Seinen, manga historique

 

 

Alors que Rome est toute puissante et s’impose dans toute la région méditerranéenne, le jeune Hannibal assiste impuissant à la défaite de son père Hamilcar Barca et à la chute de sa ville natale, Carthage. Les Carthaginois doivent un lourd tribut aux vainqueurs et sont humiliés par les Romains. Hannibal grandit alors dans la haine de Rome et vouera son existence entière à sa destruction.

Quand vient son heure de commander l’armée Carthaginoise, il ne tarde pas à partir affronter l’ennemi de toujours. Il se trouve opposé à Scipion l’Africain, aussi bon génie militaire et tacticien que lui.

 

ad astra,mihachi kagano,ki-oon,histoire,romains,carthage,guerre,antiquité,hannibal barca,scipion

Après Cesare, l’excellente série Historique narrant un pan de l’histoire des Borgia sous la Renaissance, les éditions Ki-oon lancent une nouvelle série Historique se déroulant cette fois à l’époque Romaine, avec une des figures les plus emblématiques de cette époque : Hannibal Barca. Considéré comme un des meilleurs tacticiens militaire, Hannibal a fait trembler la toute puissante Rome en s’opposant à l’un de ses meilleurs stratège, Scipion l’Africain.

Si Hannibal a bel et bien existé, il fait partie de l’imaginaire collectif à tel point qu’il est impossible de ne pas l’associer à la traversée des Alpes avec sa troupe d’éléphants. Mais entre légendes et réalité la frontière est parfois ténue, et certains exploits ont certainement été enjolivés, ce qui de toute façon n’enlève rien à la grandeur du génie tactique du Carthaginois.

Dans ce premier volume, de l’enfance aux premiers combats menés par Hannibal, Mihachi KAGANO plante le décor et met en place les éléments qui opposeront par la suite les deux stratèges. Scipion occupe peu de place pour l’instant, mais l’on voit déjà que c’est le seul a comprendre les tactiques de son adversaire et à le prendre au sérieux. On assiste à l’opposition entre un jeune génie militaire lucide et de vieux généraux et sénateurs orgueilleux et suffisants.

 

Si l’essentiel de l’ouvrage se focalise sur Hannibal et son ascension, l’auteur nous précise à la fin que le vrai personnage principal de sa série sera plutôt le Romain, qui, en combattant un ennemi aussi redoutable aura permit à Rome de s’ouvrir la route vers la gloire. D’ou le titre quelque peu énigmatique, Ad Astra, qui vient d’une locution latine « ad astra per aspera » (par des sentiers ardus jusqu’aux étoiles). En effet, Hannibal sera longtemps considéré par Rome comme la plus grande menace qu’elle ait eu à affronter.

 

Malgré une mise en place un peu longue ne permettant pas pour l’instant de s’attacher aux personnages, le récit est dense et détaillé laissant augurer d’une série épique où bravoure, complots et stratégie seront de mise.

 

Ma note : 6,5/10

Loubrun

BLACK CROW – tome 5: Vengeance.

Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014Dessin  & scénario : Jean-Yves Delitte

Editions Glénat

Sortie 07/05/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782723496704

Aventure, marine, Histoire

 

Résumé (de l’éditeur) : Après une bataille sans merci, les Français ont finalement pris possession de Port-Saïd. Pris au milieu de la tourmente, Samuel Prescott dit Black Crow y a perdu le Revenge et pas mal de ses amis. Dans l’ombre, il fomente sa vengeance… Alors que l’état-major français se réunit, le corsaire leur lance un ultime affront sous la forme d’une flèche explosive avant de prendre la fuite en leur dérobant un navire. Pourchassé par la Royale, il part se ravitailler à Cap Verde où il retrouve un vieil ami, ancien jésuite aux mœurs légères. Pour échapper à la frégate française le Concorde, celui-ci lui propose de partir loin. Là où personne n’est encore allé… Vers la mythique Terra Australis incognita

Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014

 

Mon avis : Black Crow, alias Samuel Prescott, continue sa saga qui l’emmène de plus en plus loin, jusqu’à la « Terra australis incognita », au brésil. Le lecteur suit toutes les péripéties d’une chasse à l’homme, celle de black Crow, par la marine française.

C’est rythmé au niveau de l’action, le contexte maritime est toujours présent. Au niveau du scénario, nous avons donc un « mix » entre ces deux lignes directrices.

Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014

 

Au niveau du dessin, il reste dans la droite ligne des autres tomes de la série. On retrouve toujours cette différence entre le jour et la nuit au niveau des marges des planches (blanc/noir). La construction des cases laisse place à la créativité de Jean-Yves Delitte. Nouveauté, il innove en réalisant en réalisant des dessins superbes, sans bulle ou annotation, en 1 case sur deux planches en vis-à-vis. Le résultat est splendide et montre toute l’étendue du talent de l’auteur.

Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014

 

Jean-Yves Delitte, peintre officiel de la marine belge, un titre qui a fait couler un peu d’encre en France qui n’a pas le monopole de la mer, porte haut le drapeau du dessin « maritime » ; ce tome 5 répond complètement aux attentes. Une fois rentré dans l’histoire, plus moyen de lâcher l’album avant la fin du récit. Epatant !

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Le site internet de Glenat : ICI.

 

Capitol.

Black crow, vengeance, Delitte, Glénat, 05/2014

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑