D’ENCRE ET DE SANG – Tome 1/2.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.Dessin : Renaud – Scénario : Gihef –

Editions Sandawé

Sortie 04/06/2014

48 pages + dossier « Le Soir volé »

Prix conseillé : 15,00 €

ISBN : 9782930623269

2e guerre mondiale, Résistance, Le Soir, Bruxelles, Belgique

 

Résumé (de l’éditeur) : Katja est une journaliste d’origine autrichienne. Elle est également au service de la Résistance. Lors de l’été 1944, elle débarque à Bruxelles avec pour mission d’approcher Léon Degrelle, journaliste influent et sympathisant nazi, afin de permettre

sa mise hors d’état de nuire avant l’arrivée des Alliés dans la ville. Le traître s’avérant difficile à approcher, notre héroïne va intégrer le quotidien « Le Soir », principal outil de propagande de l’Occupant, pour retrouver sa piste. En parallèle, elle se voit confier une grosse affaire dont personne ne semble vouloir au journal : une série de meurtres odieux de jeunes femmes juives dont on retrouve les corps affreusement mutilés.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Mon avis : Sandawé, l’éditeur en crowdfunding (financement par les lecteurs via internet), abat une nouvelle carte importante dans son développement. Après son coup « Sara Lone » qui a marqué les esprits, voici maintenant que cet éditeur atypique édite le premier tome d’un diptyque dessiné par Renaud (Jessica Blandy) et scénarisé par Gihef. Le récit s’intéresse au « Soir volé » en 1944, à la veille de la libération de Bruxelles. Les Allemands avaient mis la main sur le journal « Le Soir » qui diffusait des informations dûment contrôlées par les occupants et de la propagande nazie.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le financement de ce premier album (en attendant le second !) a pris du temps. Cela n’a pas été des plus simples…A quoi est-ce dû ? Renaud est et reste un grand nom de la bande dessinée belge, un nom encore « vendeur », même si sa collaboration avec Jean Dufaux n’est plus d’actualité. Mais, dans le crowdfunding, l’auteur doit donner de sa personne, vendre son produit, être présent sur le site et le blog de Sandawé pour donner envie aux lecteurs et investisseurs potentiels de miser sur son projet. Eric Arnoux, le scénariste de Sara Lone, l’a très bien compris. Il est devenu maintenant une référence, un exemple à suivre au sujet de la mise en vitrine d’un projet, alors que le tome 1 de sa série est à l’heure actuelle la meilleure vente de Sandawé et que les deux prochains tomes sont déjà financés. Il s’agit d’un nouveau marché et il faut trouver les codes d’une nouvelle communication entre l’auteur et son public, ses lecteurs. Renaud n’a-t-il pas été assez présent pour vendre son projet ? Pas assez vraisemblablement, ce qui justifie ce lent démarrage à l’allumage pour le financement ! La mise en place du présent album  dans les librairies semble bien en route et l’accueil plutôt positif d’après les premiers retours. Mais, le résultat final se mesurera sur la longueur après la parution du deuxième et dernier tome qui commence seulement son financement sur Sandawé. Espérons que le financement sera plus rapide pour éviter de devoir trop attendre pour voir paraître la suite.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Au niveau du dessin, Renaud fait du « Renaud ». Son dessin est reconnaissable entre tous, « sa patte » est là, assez classe et bien en place. Son graphisme, comme les couleurs, reste cependant dans la retenue, un peu froid…La période traitée, l’occupation de la Belgique par les nazis en 1944, « Le Soir volé », la persécution des juifs, ne laisse pas place à la gaudriole…On découvre une héroïne atypique, une autrichienne, envoyée au Soir par Berlin mais elle a des sympathies pour la cause juive. Elle joue un double jeu. Même si le lecteur connait son engagement, le scénario de Gihef reste malgré tout dans les grandes lignes et ne détaille pas plus le caractère, l’aspect psychologique  du personnage principal, Katja, qui à ce moment de l’histoire manque un peu de charisme. Mais, il faut rester clair et honnête vis-à-vis de ce premier tome, il s’agit d’une mise en place et le tome 2 devrait développer plus en profondeur le sujet. Le diptyque est donc un ensemble qu’il faudra juger sur sa totalité.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

A noter que l’album se termine par un dossier documentaire sur « Le Soir volé ». Ce dossier est développé par Daniel Couvreur, journaliste et spécialiste BD au Soir, une référence…La boucle est bouclée.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le premier tome est une mise en bouche, l’entrée, avant, je l’espère, le plat de résistance (au sens premier) qu’est le second tome. Cet album m’a ouvert l’appétit et j’attends de dévorer la suite. Intéressant…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Le site internet de Sandawé: ICI.

 

Capitol

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

 

L’avis de Samba sur l’album : Le contexte historique est intéressant, la presse écrite sous l’occupation nazie .En plus, on situe le récit à Bruxelles. L’encrage de proximité est toujours un plus pour attirer le chaland. L’histoire est correcte, elle est à l’image de l’héroïne de Renaud, belle et froide. Par contre, on reviendra pour y trouver de l’émotion. A se demander si l’association Gihef /Renaud est des plus judicieuses ?

Samba.

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

BATMAN : ARKHAM ASYLUM

 

Batman, Urban, Morrison, McKean, Arkham Asylum, Voici une nouvelle réédition d’un des classiques de la maison DC comics. Cet histoire parue à l’origine en 1989 a contribué au renouveau du personnage de BATMAN et fait partie de la nouvelle vague de comics aux personnages plus adultes, plus torturés – voir WATCHMEN de Alan Moore et Dave Gibbons, THE DARK KNIGHT de Frank Miller et DAREDEVIL du même Miller.

L’album édité par URBAN COMICS est complété par un commentaire de l’auteur GRANT MORRISON qui explique lui-même l’origine et la suite d’événements qui lui ont permis de créer cette histoire effroyable! En fin d’album une série de portraits des ennemis que Batman affronte dans l’histoire rendent l’album un peu plus « collector! » 

Au début de l’album, et en parallèle à l’histoire principale tout au long du volume, nous apprenons que le propriétaire du manoir, Amadeus ARKHAM, psychiatre, transformera la maison en asile qu’il dirigera et finira par en devenir l’un des pensionnaires, rattrapé par sa propre et profonde aliénation.

Amadeus Arkham perdra sa femme et sa fille, tuées par un fou homicide, qu’il tuera lorsque ce dernier sera devenu un de ses patients. Les relations psychiatre/malade sont présentées comme les deux faces d’une même personnalité – les allusions au livre de Lewis Carroll, « de l’autre coté du miroir », sont flagrantes.

Les prisonniers-patients ? – se sont révoltés dans l’asile et ont pris possession des lieux; le JOKER mène la danse! Il veut que le BATMAN les rejoigne car il est évident qu’il mérite sa place en ce lieu de folie…… BATMAN, malgré les réticences de l’inspecteur Gordon, accepte. Et nous allons alors assister à une vue très « Freudienne » des rapports entre notre héros chauve-souris, le Joker, le psychothérapeute RUTH ADAMS, l’administrateur CAVENDISH et les autres pensionnaires, figures récurrentes de l’univers de BATMAN, comme DOUBLE FACE ou KILLER CROC.

batman,urban,morrison,mckean,arkham asylum

BATMAN, pris en chasse par les fous, va passer une partie de la nuit à se battre dans les recoins les plus sombres de l’asile. Le dénouement final montrera que Amadeus Arkham avait matérialisé sa folie par l’image d’une chauve-souris et que CAVENDISH l’administrateur de l’asile, tombé par hasard sur les notes d’Arkham a, 

Batman, Urban, Morrison, McKean, Arkham Asylum, lui-même, assimilé cette chauve-souris à notre héros! Il a donc tout manigancé en croyant que ses malades étaient en fait les victimes du BATMAN.

Les illustrations du génial DAVE MCKEAN nous glacent d’effroi! l’artiste a mélangé crayonnages, dessins, peintures et collages afin de nous livrer un univers hanté où notre esprit ne peut s’évader autrement que par l’aliénation.

ARKHAM ASYLUM – URBAN COMICS – COLLECTION DC DE LUXE

Scénario : Grant MORRISON – Dessin et illustrations : Dave McKEAN 

Sortie: le 13 juin 2014 – 208 pages – PRIX : 19.00 €

 

MA NOTE : 8/10 

JR

Batman, Urban, Morrison, McKean, Arkham Asylum,

 

 

 

 

 

 

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑