Le Belem,Enfer en Martinique.

BelemDelitte2_12062008_185122belem02p_75317

Le résumé.
Auteur : Jean Yves Delitte.
Editeur :Glénat .

Mars 1902 : Julien Chauvelon, capitaine du Belem se réjouit : il appareille pour la Martinique, cette île si accueillante…

À l’arrivée à Saint-Pierre, constatant avec agacement que son poste habituel est déjà pris, il est contraint d’aller mouiller dans le port du Robert, sur la côte est de l’île…"


Mon avis.
Et bien quel destin ce Belem ! J’avoue que je connaissais l’explosion du volcan  la montagne pelée mais pas que le Belem y était le jour de l’explosion. En lisant ce tome 2 de la série (et oui, le one-shot aura 3 autres petits frères au total), vous découvrirez comment ce magnifique trois mats a réussi à échapper au déluge de « feu » qui ravagea Saint Pierre en Martinique le 8 mai 1902.
Je crois que les passionnés d’histoire apprécieront cette histoire légèrement romancée. L’auteur, Jean-Yves Delitte , a pris soin de rendre un récit sans faux effets , sans excès, les faits réels sont déjà bien assez terribles pour devoir en rajouter.
Sinon, vous vous demandez peut être à quoi correspond l’encre à coté du nom de Delitte. Ce signe distinctif est l’apanage des peintres officielles de la marine(Française).Il suffit d’ailleurs d’admirer la planche 41 pour comprendre cette nomination.
Pour finir, je comprends de mieux en mieux pourquoi ce bateau touche autant de passionnés. Il réunit à lui tout seul, une époque, une force, un rêve …..Décidément ce bateau n’a rien d’un fantôme II.
surprises.smileysmiley.com.7

NB : ICI les 32(ou 33, c’est selon) étapes commerciales du Belem.

martinique-belem


Photo prise lors du retour du Belem en Martinique 100 ans plus tard, le 8 mai 2002.

 

Genetiks,2.

Genetiks2_12062008_175854Planche_bd_9936_genetiks_tome_2Le résumé.

Auteurs :Marazano et Ponzio
Editeur :Futuropolis.

Dans un futur proche.
Genetiks est un laboratoire pharmaceutique, un gigantesque trust en fait, dont la puissance financière est bien supérieure à nombre d’états du tiers-monde.
Thomas Hale est l’un des milliers d’employés de ce laboratoire. Comme tous ses confrères, il a consenti à donner une goutte de son sang à son employeur.
À partir de cette goutte, les chercheurs du laboratoire vont décoder l’intégralité du génome de Thomas Hale…
Comme la goutte de sang est propriété de Genetiks, Thomas va devenir, de façon implicite, le premier homme privatisé, propriété du laboratoire pour lequel il travaille.

Coup d’éclat médiatique ou première étape d’une dérive incontrôlable ?

Car Andréas Martin, propriétaire de Genetiks, semble ne pas avoir l’intention de s’arrêter là. Son but est de circonvenir l’éthique scientifique pour mener à bien le projet ANQÂ dont l’objectif est tout simplement d’assurer aux puissants de ce monde « la vie éternelle ».
Peut-on encore s’opposer aux plans d’Andréas Martin ? C’est ce que Thomas et un mystérieux groupe d’opposants vont tenter de faire… Tenter ou plutôt « croire tenter »… Car Thomas ne semble rien contrôler des événements et de la réalité même dans laquelle il s’agite en vain.

Mon avis.
Et bien ça se complique, c’est à se mélanger Adénine et Thymine cette affaire. Les réalités virtuelles se télescopent  allégrement dans ce tome 2 de Génetiks pour le plus grand plaisir des amateurs de SF pure et dure. Le mystère devient grandissant à fur et mesure que vous avancez dans le scénario de Marazano. Les premières et dernières cases des 3 chapitres me font penser qu’on n’est pas loin d’un Matrix par exemple enfin si la Cytosine et la Guanine le permettent. Pour le dessin, je vous renvoie à  mon avis du tome 1 (cliquez sur Génétiks à la lettre G dans la colonne de gauche). Les nucléotides de mes gênes sont toujours assez réfractaires à ce style.
Un bon album, bien complexe avec des phrases bien pondues comme celle-ci par exemple  « Une fois considéré comme consommateurs et plus comme citoyens, c’était foutu ».On parle bien sûr de nous et de notre société. A bon entendeur salut.
  surprises.smileysmiley.com.7

Planche_enetiks_tome_2


 

Golden Cup, la fille de la toundra.

goldencup04_75080goldencup04p_75080Le résumé.

Auteurs :Pecqueur,Henriet.
Editeur : Delcourt.

Après avoir été repêché de la rivière, Daytona reprend la course. Mais s’il ne pointe pas dans les délais au prochain contrôle horaire, ce sera la mise hors course immédiate, à moins qu’il ne coupe par la montagne… Borano, de son côté, fait une importante découverte : les ravisseurs de Kelly appartiennent aux World Warriors, un groupe de militants écologistes extrémistes. La Golden Cup est décidément le rendez-vous de tous les dangers !

Mon avis.
Je pense que certains seront déçus de cet album car on y fait la part belle au détective Borano et que les exploits de Daytona sont quasiment réduits à un rôle de figurant. Il n’empêche que Golden Cup reste un divertissement. C’est comme  un bon James Bond, on y trouve des cascades, des fusillades et des belles filles. Bon parfois, ce n’est pas très bien joué, la scène du viol par exemple, on sent que l’actrice est de seconde zone. Quoi de plus normal aussi pour une série B. Sinon le réalisateur, Henriet, connaît bien son métier, les scènes d’actions sont rondement menées et les paysages de toutes beautés. Il lui reste à un peu mieux dirigé ses acteurs.
-Allô, JCVD, tu serais disponible pour l’ultime épisode ?
-Ok, je suis aware mon gars, quand il s’agit de relever le niveau je suis toujours partant.
surprises.smileysmiley.com.6

Le site d’Alain Henriet ICI.

goldenc75080


Uchronie(s),New York Tome 1.

UchroniesNewYork1_22052008_213647AlbuchroniesNewYork1_22052008_213647Le résumé.

Auteurs : Corbeyran et Defali
Editeur : Delcourt.

On retrouve Zack Kosinski, alors âgé d’une vingtaine d’années. Zack n’en a cependant réellement vécu que la moitié, puisqu’il vient de passer une décennie plongé dans un étrange sommeil provoqué par son père, Charles Kosinski, scientifique de grand renom mystérieusement disparu depuis lors. Soigné dans une clinique privée où il se remet doucement de cette immobilité prolongée, Zack est constamment en proie au doute et au questionnement. Son passé le hante, son présent l’angoisse, quant à son futur, il l’a entièrement remis entre les mains d’une jeune infirmière, Tia Brown, qui s’efforce de lui faire reprendre pied dans le monde réel.

Mon avis.
3ème pierre à l’édifice « d’Uchronie », « New York » est certainement la série la plus révélatrice  du scénario concocté par Corbeyran. La scène du début me semble en effet primordiale pour la suite des 3 séries sœurs. Un album avec moins d’action mais où les joutes verbales entre Tia et Zack rendent ce tome  plaisant à lire dans un univers bien réel. C’est un fidèle de Corbeyran qui dessine cette big apple , Defali que j’ai déjà vu en meilleure forme. Par moment les personnages me semblent bien petits mais bon au final, ça reste très correct.
Voilà,  un album pas super emballant mais intéressant et surtout indispensable pour la suite.
surprises.smileysmiley.com.7

ny11


 

Mortelle Riviera,La défunte.

MortelleRiviera3_13052008_220135AlbmortelleRiviera3_13052008_220135Le résumé.

Auteurs :Bartoll et Legrain.
Editeur :Glénat.

Saint-Mont-les-flots est une tranquille bourgade posée sur un écrin de verdure en bord de mer. Un écrin que la Mafia se verrait bien bétonner jusqu’à le rendre aussi balnéaire et rentable que les plus grandes stations de la Côte… Pour cela tous les moyens sont bons : pots de vin, expropriations sauvages, intimidations. Le tout facilité par la bienveillante et très intéressée neutralité du tout-puissant sénateur-maire, Romuald Des Maures, qui mêle sans vergogne action politique et activités mafieuses… Une femme a décidé de lutter : Alix Des Maures, la propre fille du sénateur. Elue députée afin de concurrencer son père sur son propre terrain, puis invalidée et traînée dans la boue suite à d’infects ragots orchestrés par ses adversaires, la jeune femme sent maintenant son combat lui échapper. Et tente de convaincre son père de quitter ses amis mafieux qui, eux, n’apprécieront guère la démarche. D’autant plus qu’Alix possède de gênantes informations sur certaines irrégularités financières au sujet d’un ambitieux complexe immobilier…

Mon avis.
J’avais pourtant demandé à André de ne plus me passer du Bartoll. Car  j’ai réellement du mal à avaler les histoires de ce scénariste .C’est comme d’habitude pour moi, un scénar sans aucune surprise, c’est du banal de chez classique. Bon, si vous aimez les téléfilms policiers grands publics, pourquoi pas mais franchement, il y a dix fois mieux à acheter que cette salade niçoise. En plus quel suspense ! On connaissait l’épilogue depuis les premières pages du tome 1.
Le dessin réaliste de Legrain est très correct mais s’il pouvait plus différencier les tronches des personnages, ce ne serait pas plus mal.
André, répètes après moi, plus de Bartoll pour Samba.
surprises.smileysmiley.com.5

AlbmortelleRivie8_220135


 

Intégrale Adler 1/2.

dyn005_original_122_160_pjpeg_2551150_318ce74707094cdd564cac92ba0f4cfcdyn005_original_548_734_pjpeg_2551150_f9a6b774802a64de108cd7292060d162L’histoire : Ecœuré par la folie guerrière d’Hitler, Adler a déserté la Luftwaffe en 1942 et s’est réfugié en Inde. Aidé par son amie Helen, il a commencé par mettre ses talents d’aviateur au service des opprimés. Après la découverte mouvementée d’un trésor, il a choisi de se fixer sur une île du Pacifique…


 Mon avis : Le trait de Sterne est simple mais efficace. L’histoire gagne en intrigue au fur et mesure que nous connaissons mieux les protagonistes.  En ces temps de nombreuses sorties mais pas souvent captivante, il est bon de retrouve une vieille série qui a fait ces « preuves ».Le tome 1 de l’intégrale contient les 5 premiers tomes de la série (les 5 suivants seront dans le tome 2 prévu pour novembre (en espérant qu’il y est le hors série « Noel en Malaisie »dedans).C’est rare de ma part mais merci au Lombard pour ces rééditions. Bonne idée les 14 pages en plus contenant l’anecdote et les 2 planches sur la possible reprise de Blake et Mortimer par Sterne. 

 

Ma note : 8/10

LesNono.

Le chant des Elfes, la dernière Alliance.

ChantDesElfesLe1_27052008_220008AlbchantDesElfesLe1_27052008_220008Le résumé.

Auteurs :Falba, Ratera, Max (ce n’est pas une phrase).Clin d'oeil
Editeurs : Soleil.
Vè siècle après J. C., une guerre se prépare entre l’Empire Romain d’Occident sur le déclin, et le terrible Attila le Hun accompagné de ses 500 000 guerriers. Pris entre une conquête de pouvoir et une guerre de religion, le peuple des Fées doit survivre. Dans ce but, Obéron, leur roi, envoie deux ambassadrices négocier une alliance avec l’Empire, en échange de leur migration sur les terres bretonnes. Dracène, capable de se changer en dragon, et Harpya, une femme harpie, sont choisies pour cette mission.
Elles doivent déjouer l’attentat organisé par Attila pour éliminer l’homme fort de l’Empire, Aetius surnommé le dernier Romain.
Mais leur mission devient de plus en plus difficile a` mesure que la jalousie s’empare d ‘ Harpya…

Mon avis.
La prochaine fois que je croise un dragon en rue, je le verrai plus de la même manière. Bonjour gente dame, Samba pour vous servir, que puis je faire pour vous, ma belle elfe ? Vous préférez Attila ?Milliard !!!
« Le chant des Elfes » mélange assez habillement réalité historique et la magie du petit peuple. C’est très plaisant à lire et surtout très agréable à regarder .Cependant, j’ai trouvé que les caractères n’étaient pas assez fouillés. Pourtant un personnage comme Aetius pourrait en imposer des tonnes, il a un charisme certain mais encore malheureusement bien caché. Il en va de même pour le dessin, certes, c’est très beau, les détails notamment vestimentaires foisonnent dans ce premier tome mais on frôle aussi la caricature .Les 2 « elfes » sont en effet le prototype de 2 bimbos siliconées.
Je pinaille me direz vous, oui probablement, mais à la place d’être subjugué, je suis simplement conquis. C’est déjà pas si mal.
surprises.smileysmiley.com.7

Plus d’info ICI.

AlbchantDesElfe008_220008

 

Sept, les 7 guerrières.

septguerrieres05_74628Planche_bd_9773_sept_tome_5Le résumé.
Auteurs : Le Galli et Manapul.
Editeurs : Delcourt.

Désert libyen, VI siècle. Les armées perse et byzantine sont aux portes de la capitale du petit royaume de N’Nas Amon. Encerclée de toutes parts, la reine décide de faire appel à des combattantes mercenaires, les Sarmates, pour assurer la protection du jeune prince héritier et emmener ce dernier – sain et sauf – jusqu’à la cité troglodyte de Jabbaren. Mais pour cela, il faudra franchir les lignes ennemies…

Mon avis.
Le premier qualificatif qui m’est venu à la fin de ma lecture, 7 gentil. Un récit d’héroic fantasy qui joue un peu avec nos fantasmes masculins.  6+1 guerrières Sarmates (vierges de surcroit) pour protéger un pauvre petit prince tout innocent, ça titille notre imagination mais le chaudron retombe bien vite vu la faiblesse du scénario. Car il faut l’avouer, ça n’a rien d’extraordinaire d’aller d’un point A vers un point B en évitant quelques pièges, quelques méchants, des pirates (hautement ridicule 7 scène d’ailleurs) et une tempête de sable. Ca bastonne à qui mieux mieux sans réelle surprise .On se croirait par moment dans un jeu vidéo.7 dire le niveau. Le dessin lui n’apporte pas le petit plus qui aurait sauvé 7 Bd du naufrage, trop lisse et très difficile de différencier les guerrières.
Pour l’instant, 7 vraiment une série qui a du mal à décoller, je les appellerais bien volontiers les 7 dispensables. Il en reste donc plus que 2 pour me faire changer d’avis mais je suis très 7ique pour la suite.
surprises.smileysmiley.com.5

Le blog du dessinateur ICI.

 

Planche_bd_9773_tome_5


 

Les enfants de Salamanca,Sarah.

Sarah1_07052008_212002sarah11Le résumé.
Les auteurs : Bec et Raffaele.
Editeur : Dupuis.

Parce qu’il l’avait convaincue qu’un déménagement l’aiderait à tirer un trait sur son douloureux passé, Sarah a accepté de quitter New York pour rejoindre son mari David, en mission à Salamanca, une petite ville forestière perdue en Pennsylvanie. Sur place, la jeune femme constate avec effroi que la tranquillité promise n’est pas au rendez-vous. Il y a d’abord leur nouvelle demeure, "visitée" pendant leur absence. Il y a ensuite chez Sarah cette sensation étrange et diffuse d’être observée en permanence. Sarah pensait fuir définitivement ses démons ; elle doit se faire une raison : la partie est loin d’être terminée…

Mon avis.
Hé, il y a quelqu’un ? Non, arrêtez, ce n’est pas marrant, montrez vous !
Bienvenue à Salamanca, on y entre plein d’espoir, on en sort souvent les deux pieds devant. Mais  on n’y est jamais seul. Des yeux rouges vous observent, vous épient dans l’obscurité. La tension monte, le danger guette dans ce trou perdu des USA.
Une BD flippante pour les amoureux d’angoisse réalisé par un Christpoher Bec(le Stephen King de la BD) en très grande forme.
Le mérite de cette ambiance pesante revient aussi largement au dessin de Raffaele .Les regards, les cases muettes renforcent encore la peur primaire qu’on a en lisant ce premier tome de ce tryptique.
Vous n’irez plus dans vos caves sans une tchit appréhension après avoir lu cette BD.
surprises.smileysmiley.com.8

Le blog du scénariste ICI.

 

sar1


 

Sept Cavaliers, tome 1.

SeptCavaliers1_15052008_2357500805120215303263307Le résumé.
Auteur :Terpant
Editeur : Robert Laffont.

Prospère et lumineuse autrefois, la ville est presque abandonnée. Le télégraphe est coupé. Plus aucun train n’arrive à la gare, ni plus aucun navire au port.
La population s’est enfuie. Des bandes incontrôlées errent à travers le pays. Du monde extérieur aucune nouvelle ne parvient depuis déjà de nombreux mois. C’est la vie qui s’en est allée. Le Margrave héréditaire ne règne plus que sur son Château et sur une poignée de fidèles que l’ombre est sur le point d’effacer.
Pour rompre ce mortel encerclement. Pour savoir où est passée la vie, à quoi ressemble ce qui les entoure et quelle est la signification de tout cela, sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule, face au soleil couchant, par la porte de l’ouest qui n’était plus gardée.

Mon avis.
Autant vous prévenir tout de suite, cette adaptation du roman de Jean Raspail joue essentiellement sur l’ambiance. Pour les péripéties, il faudra voir ailleurs .Et dans cet univers bien spécifique d’un royaume (Austro-hongrois) en perdition, et bien, je n’y ai pas du tout adhéré. Trop énigmatique par moment, lent, distillation à grande eau, dialogues parfois incongrus ont eu raison de ma lecture qui au final m’a fortement ennuyée. Un détail qui m’a fait tiquer aussi, c’est les sourires permanents sur les visages (un peu comme dans son autre série « les pirates ») alors que la situation n’a rien de réjouissante. Sinon, le dessin est très élégant.
Voilà, vous l’aurez compris, la suite de ce triptyque sera sans moi.
surprises.smileysmiley.com.4

Le site de l’auteur ICI.

 

08051263307

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑