Un été cruel

Scénario : Ed Brubaker
Dessins : Sean Phillips  (Coloriste : Jacob Phillips)
Editeur : Delcourt
ISBN : 9782413027096
DL : 06/2021
NB pages : 288

« Allez, raconte-moi l’histoire… »

Résumé éditeur :
Au cours de l’été 1988, Teeg Lawless met au point le plus gros braquage de sa carrière. Mais Ricky, le fils de Teeg, et ses amis, s’engagent sur la même voie que leurs pères, et cela va devenir le pire été de leur vie. Un Été cruel est une épopée où la tragédie se transmet de génération en génération.

Techniquement huitième album de la série Criminal, vous pouvez tout à fait vous servir de cet album pour entrer dans la danse du thriller/polar en comics. Je le redis à chaque chronique, Ed Brubaker est l’un des rares auteurs américains dont vous pouvez acheter les albums les yeux fermés. (Pulp, Fondu au noir, Kill or Be Killed, Criminal). Tout est bon,  j’y inclus également ceux sans Sean Phillips aux dessins et ses runs sur des super-héros (Daredevil ou Captain America pour ne citer qu’eux).

Le concept de Criminal c’est que chaque album peut se lire indépendamment. Avec pour chaque volume : un personnage et une situation pourrie et des personnages secondaires qui gravitent autour. Avec bien souvent l’un d’entre eux qui sera peut-être le personnage central du tome suivant, créant du coup une sorte de maillage narratif rarement égalé.

Dans cet album la volonté de Brubaker est l’inverse selon moi. Il prend son temps pour développer sa narration cette fois centrée sur trois personnages majeurs : Teeg, Jane et Ricky, il veut qu’on apprenne à connaitre leurs caractères, à comprendre leurs motivations et leurs décisions, et quand nous sommes bien mûrs, c’est là et seulement là qu’il décide de nous balancer la situation pourrie. Avec ce braquage (qui prend tout un single US) et ce final vraiment : Ed Brubaker quel génie, il arrive à faire un album de presque trois cents pages qui se tient à lui seul, qui arrive à faire lien avec sa série initiale sans frustrer l’éventuel nouveau lecteur. Respect.

Visuellement Sean Phillips (avec son fils Jacob aux couleurs) nous livre encore une fois des atmosphères nocturnes convaincantes  et un travail de mise en scène aux petits oignons.

Indispensable.

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatre_et_demicoeur_troiscoup_de_coeur

JaXoM

2 commentaires sur “Un été cruel

Ajouter un commentaire

  1. J’ai bien aimé ce bouquin (qui m’a fait découvrir la série du coup) et une belle description psychologique pour mieux appréhender les personnages dans les autres tomes 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :