Lightfall T01

La dernière flamme

Auteur : Tim Probert (traduit de l’anglais par Fanny Soubiran)
Editeur : Gallimard
256 pages
Date de sortie : 17 mars 2021
Genre : aventure, jeunesse, fantastique.

« Mieux vaut marcher avec un ami dans l’obscurité que seul dans la lumière » Helen Keller.

Présentation de l’éditeur :

Dans le monde d’Irpa, Béa vit avec son grand-père, un Cochon-Sorcier fabricant de potions et gardien de la Flamme éternelle. Quand il disparaît mystérieusement, la jeune fille doit surmonter son anxiété maladive pour tenter de le retrouver. Sa rencontre avec Cad, un Galdurien aussi enjoué qu’intrépide, pourrait bien changer le cours de son destin.

Lightfall_T01_La derniere flamme_Tim Probert_Gallimard_extrait1

Mon avis :

Après « Ninja malgré moi » (aux éditions « Humanoïdes associés ») qui nous promettait l’histoire d’une jeune fille atteinte d’anxiété sociale sans véritablement montrer l’ampleur que ce trouble peut engendrer, voici « Lifghtfall » (aux éditions Gallimard) qui, contre toutes apparences, nous invite au cœur des angoisses les plus profondes de l’héroïne.

Béa qui nous semble de prime abord bien dans sa tête, hardie et audacieuse dans la forêt entourant sa demeure, s’avère excessivement anxieuse. Tant et si bien que lorsque que son grand-père adoptif, atteint de troubles de la mémoire pour ne rien arranger à l’affaire, disparait subitement : c’est la panique ! Les démons intérieurs de la jeune fille s’emparent de son être, l’encerclant de racines noires, métaphores de son mal grandissant.

Pourtant, la chance a voulu qu’elle rencontre Cad, un Galdurien – créature légendaire dont il semble être le dernier survivant – qui venait justement au-devant du sorcier-cochon pour lui demander un service. Ni une, ni deux, sachant son destinataire disparu et sa petite-fille aux abois, le voilà prêt à parcourir le monde connu pour retrouver le vieux sage…

Lightfall_T01_La derniere flamme_Tim Probert_Gallimard_extrait

Une aventure dans un monde fantastique où le soleil n’existe plus, remplacé par des boules de lumières brillant sans relâche, reléguant les nuits étoilées à de lointains souvenirs pour les plus anciens habitants d’Irpa.

Non seulement Tim Probert nous propose une histoire humaine et riche en actions, mais son dessin n’est pas en reste. Dans un style assez semblable à celui de Joe Todd-Stanton avec un soupçon d’imaginaire d’Hayao Miyazaki et même de « Dark Crystal » dans les créatures qui pourchassent Béa, gardienne sans le savoir de la dernière flamme du soleil.

D’emblée, on se prend d’affection pour cette enfant angoissée, son chat on ne peut plus félin et Cad, ce Galdurien dont la bobine paraît plutôt simpliste mais charismatique, avec un optimisme à toute épreuve, permettant à chaque fois à Béa d’affronter l’adversité ainsi que ses propres peurs. Se surpassant toujours un peu plus malgré tous les dangers qui jalonnent leur quête ; entre ruine de palais maudit, plaine recouverte de crabes des plus minuscules aux plus gigantesques, des brigands de grand chemin, … et une horde de créatures pareilles à des Skekses (dont j’ai mentionné la référence un peu plus tôt) …

Un album chaudement recommandé aux plus jeunes (et au moins jeunes, aussi, d’ailleurs) lecteurs, par exemple comme lecture intermédiaires dans leur apprentissage de la langue de Molière, afin de leur donner, immanquablement, envie de lire encore et encore. Si en prime, Tim Probert, réalisateur d’animations, voulait en faire une série pour la TV : ça ne serait que du bonheur !

ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :