Seul au monde – tome 1 – Chanteloube

Scénario : Serge Fino
Dessin : Serge Fino
Éditeur : Glénat
56 pages
Date de sortie :  28 août 2019
Genre : biographie, documentaire


124 jours dans l’enfer du Vendée Globe

Présentation de l’éditeur

Le 11 mars 2017, au terme de 124 jours de navigation, Sébastien Destremau, 52 ans, clôture le huitième Vendée Globe, plus de cinquante jours après le vainqueur, Armel Le Cléac’h. Dix-huitième et dernier à avoir franchi la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne, celui qui n’avait jusque-là jamais fait de course en solitaire vient d’écrire l’une des plus incroyables histoires humaines de la navigation.

seul au monde T1_pl04

Mon avis

Rares sont les événements sportifs où la performance et le résultat passent après l’aventure humaine. Rares sont aussi les compétitions où le dernier est célébré tout autant que le premier. La voile est de ces sports où l’aventure humaine prime souvent sur la performance, particulièrement les courses au large dont le célèbre Vendée Globe. En 2016, Sébastien Destremau prenait le départ de la huitième édition de cette course mythique, une première pour lui. Entouré de skippers aguerris, c’est la boule au ventre qu’il s’élance ce 6 novembre à l’assaut de l’Everest maritime, mais aussi d’un défi personnel qui sommeille en lui depuis son enfance.

Il bouclera son tour du monde 50 jours après le vainqueur sans plus aucuns vivres à bord, mais sous les acclamations d’une foule immense massée sur les bords du chenal des Sables-d’Olonne.

Cette aventure hors normes inspira à son auteur l’autobiographie Seul au monde qui est ici adaptée par Serge Fino. Comme le navigateur, c’est en solitaire qu’il réalise cette adaptation prévue en 5 tomes, et comme le navigateur, il se lance un défi en exécutant pour la première fois ses planches en couleurs directes. Il faut au moins ça pour raconter l’aventure d’une vie et rendre compte au mieux de l’expressivité et de la pleine force des éléments.

2762_P9

Bien plus que le récit d’une course, ce livre raconte le voyage intérieur d’un homme qui doit coûte que coûte aller au bout de ses rêves pour exorciser les démons de son enfance. Cette enfance qui est racontée sans pudeur, terriblement touchante et émouvante, permet de comprendre le caractère trempé et obstiné du navigateur. Usant de flashbacks, Serge Fino raconte avec précision le cheminement de Sébastien Destremau depuis son enfance difficile, seul face à sa famille nombreuse et un père violent, jusqu’à l’accomplissement de son projet qui l’aura conduit à défier seul les océans.

Le récit est véritablement poignant et parfaitement équilibré. Les scènes les plus dures de son enfance sont décrites sans pathos et avec une authenticité glaciale, tandis que la préparation technique de la course l’est avec une précision et une simplicité remarquable. Il n’y a pas surabondance de termes techniques et le récit est tout à fait abordable pour les non-initiés à la voile.

Serge Fino a eu raison de prendre le risque de la couleur directe à l’aquarelle. Le résultat est magnifique, l’authenticité du récit en est renforcée et la beauté inquiétante de la mer magnifiée.

Seul au monde, un titre à double résonance qui raconte simplement l’aventure d’une vie.

Loubrun

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Rendez-vous le 8 novembre 2020 pour le départ de la 9è édition du Vendée Globe à laquelle prendra part Sébastien Destremau.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :