Seul au monde – tome 2 – la Forlane

Scénario : Serge Fino
d’après le livre de Sébastien Destremeau
Dessin : Serge Fino
Éditeur : Glénat
46 pages
Date de sortie :  octobre 2020
Genre : biographie


« le seul truc que j’ai emporté par mégarde, c’est mon paquet de cigarettes. J’ai fumé les cinq qui restaient à l’intérieur.[…]

Ce coup-ci, il ne me restait plus rien. J’avais tout laissé derrière moi. »

 

Présentation de l’éditeur

Sébastien prend le départ de la course en solitaire la plus difficile au monde, le Vendée Globe. Pendant qu’il file à bord de FaceOcean, entre deux méchants grains et des rafales de quarante nœuds, son esprit vagabond le ramène à la Forlane, la maison familiale de son enfance chaotique, à son adolescence tumultueuse et rebelle, à ce poème chanté en classe de sixième et à cette relation houleuse avec son père, à ses débuts en compétition au yacht club de Toulon et à son brevet arraché au bout de sa pugnacité, à Joëlle et sa beauté pleine d’assurance, au bar Le Triomphe, à ses hôtesses et son apprentissage de la vie d’adulte… Mais son présent s’écrit surtout au milieu de l’océan atlantique sud, avec un but, franchir le cap de Bonne Espérance avant Noël. Les éléments et les difficultés techniques lui compliquent sérieusement la tâche. Arrivera-t-il seulement à affronter ses peurs et la désolation du Grand Sud ? 

seul au monde t2_pl

Mon avis

A l’heure ou j’écris ces lignes, Sébastien Destremeau a pris le départ de la 9è édition du Vendée Globe aux côtés de 26 autres aventuriers et 6 aventurières. C’est là sa deuxième participation à ce que l’on appelle « l’Everest de la course au large ». Appellation largement en dessous de la vérité comme le rappelle Sébastien : « quatre mille alpinistes ont gravit le célèbre mont de l’Himalaya, il n’y a guère plus de trois cents navigateurs qui aient franchi le cap Horn en solitaire. »

il y a 4 ans, au retour de la huitième édition qu’il finira dernier à bout de vivres, Sébastien Destremeau écrit un livre pour raconter son aventure. Mais chez lui, l’aventure commence dès son enfance, difficile et chaotique, en rébellion contre son père et contre l’autorité en général. C’est toute sa vie qu’il raconte dans ce livre adapté en BD, sans fausse pudeur, sans travers. Plus que l’aventure du Vendée Globe, il nous raconte l’aventure de sa vie. On y découvre un homme simple, vrai, entier, au caractère forgé dans de l’acier trempé, dont l’entrée dans la vie d’adulte se sera faite sur des sentiers tortueux, flirtant avec la pègre Toulonnaise.

Comme je le disais déjà pour le tome 1, le récit est véritablement poignant et parfaitement équilibré, les deux intrigues, celle de sa vie et celle de la course au large, se faisant sans cesse écho.

Seul au monde est un émouvant récit initiatique, mis en image simplement avec l’efficacité d’une couleur directe à l’aquarelle donnant une authenticité et un réalisme supplémentaire au récit.

Loubrun

 

https://www.vendeeglobe.org/fr/skippers/117/sebastien-destremau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :