Toutes les morts de Laila Starr

Scénario : Ram V
Dessins : Filipe Andrade
DL : 05/2022
Editeur : Urban Comics
Nb pages : 128 pages
ISBN : 979-1-0268-2303-2

« Oui, Mort. J’ai bien peur qu’on doive se séparer de toi. »

Contenu VO : The Many Deaths of Laila Starr #1-5 par Boom! Studios

Résumé éditeur :
Mumbai, de nos jours. Mme Shah, en plein travail et coincée dans un embouteillage, hurle sur son mari au téléphone. Laila Starr, une jeune femme déjà fatiguée de tout, est allongée sur le rebord d’une fenêtre ouverte, plusieurs étages au-dessus du trafic. Et plus haut encore, bien au-delà des nuages, la déesse de la Mort est convoquée dans le bureau de son patron. Ces trois destins se rejoignent au moment où, simultanément Laila saute dans le vide, Mme Shah donne naissance à son fils Darius, et la Mort est renvoyée sans ménagement. Dans un futur, Darius est en effet celui qui découvrira le secret de l’immortalité et reléguera la Mort au rang de désagréable souvenir. Mais la Mort, incarnée dans le corps sans vie de Laila, compte bien retrouver sa place, même si elle doit pour cela éliminer le jeune Darius. Du moins, c’était le plan avant qu’un camion ne la fauche et qu’elle ne se retrouve à nouveau ressuscitée quelques années plus tard…

Oui, vous avez bien lu, dans ce pitch que ne renierait pas Terry Pratchett, la Mort est licenciée suite à une restructuration de service. C’est noté dans le dossier vous comprenez : « Au douzième jour du douzième mois adviendra l’enfant qui apportera la vie éternelle ».  Le pragmatisme du patronat : il n’y aura plus de morts…donc…

De cette idée perchée de RAM V abouti un album brillant par moment. D’abord, dans l’humanisation  du personnage de Laila/Mort et son évolution au fil de l’album, d’une déité déchue et vengeresse à une amie que l’on aurait perdue de vue. Ensuite, j’ai apprécié tout ce qui sous-tend son intrigue globale : le fait que si l’on (l’humanité dans son ensemble) fait autant de rites et de cérémonies lors des funérailles c’est parce que c’est le seul moment où l’on peut agir, contrairement à notre impossibilité d’agir contre le moment de notre mort. Un album sur la vie, la mort, et ses conséquences sur nos proches.

Les dessins sont assurés par Filipe Andrade dans un style très particulier qui fonctionne grâce à son traitement des couleurs. (Il est aidé aux couleurs par Inês Amaro).

C’est ce genre d’album qu’on croise assez peu en comics, le seul album récent qui me vient à l’esprit avec un traitement similaire de la mort et du destin c’est l’album Daytripper de Fábio Moon & Gabriel Bá. Si tout fonctionne sur moi, et même si je vois les qualités globales de l’album je pense qu’il lui manque le genre de moments marquants qui fait que l’on y pense directement au moment de conseiller tel ou tel album à ses amis. Le genre d’album qui ne fonctionnera par sur beaucoup de lecteurs, mais qui fonctionne parfaitement pour certains.

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatrecoeur_trois_et_demicoeur_quatre

JaXoM

Un commentaire sur “Toutes les morts de Laila Starr

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :