Opération dans le pacifique

Auteur : Seiho Takizawa.
Éditeur :Paquet
Date de sortie : 12 janvier 2022
204pages
Genre : guerre, aviation.

«  Ils pourraient faire quelque chose pour améliorer ces soupes instantanées, quand même . »

Résumé éditeur.
Seiho Takizawa plonge le lecteur dans la seconde guerre mondiale. Pour ce nouvel ouvrage, il fait revivre deux pilotes du service aérien de la Marine impériale japonaise ayant piloté les bombardiers-torpilleurs Nakajima B5N, de la bataille de Pearl Harbor (décembre 1941) jusqu’à celle des îles Santa Cruz (octobre 1942).
Des récits poignants et réalistes, puisés au plus près des archives de l’aviation nippone.

Mon avis.
Hazard des services de presse, après le pilote sacrifié, j’enchaîne avec Opération dans le pacifique. Je me retrouve donc toujours du côté nippon, toujours à prendre les airs mais au lieu des missions kamikazes, on se focalise sur la première année de la guerre du pacifique en suivant le destin d’un équipage d’un bombardier-torpilleur de l’aéronavale.
Un équipage un peu maudit car il enchaîne un peu les désillusions, ils ne participent pas à l’attaque de Pearl Harbor à cause d’une appendicite. Ils doivent combattre un ennemi pire que les Américains : les morpions. Ils sont rétrogradés. Mais à force d’éviter les gros pépins, les voilà presque des vétérans. Les pilotes expérimentés comme eux deviennent vraiment une denrée rare pour les forces aéronavales japonaises. Ils vont donc vite se retrouver au centre des pires batailles.
On suit donc cette descente aux enfers de la flotte impériale à travers toutes ces batailles dont quelques-unes nous sont moins connues comme celle autour de l’île de Ceylan, une belle défaite anglaise( CQFD).
On retrouve aussi comme il s’agit d’une adaptation d’un manga, cet esprit un peu désinvolte, ces politesses nippones, ces faciès à l’occidentale parfois même affublés d’une moustache british, c’est parfois un peu incongru.
Donc un bouquin à réserver aux fans d’aviation et d’histoire dont les points forts sont les scènes d’action et une retranscription des navires qui valent le détour.

Sambair.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :