La république du crâne.

Scénario : Vincent Brugeas
Dessin : Ronan Toulhoat
Éditeur : Dargaud.
Date de sortie : 25 février 2022.
224 pages
Genre : flibusterie.
« Ses yeux ressemblent à 2 pistolets braqués sur tout ce qui l’entoure, toujours prêts à tirer… C’est déroutant. »



Les Bahamas, 1718.
De haute lutte, le capitaine pirate Sylla, secondé par son quartier-maître Olivier de Vannes et ses hommes, prend possession d’un vaisseau anglais. Contre toute attente, au lieu de massacrer les membres de l’équipage, les pirates leur proposent de se joindre à eux. Et ce, au nom des principes qui sont les leurs : liberté, démocratie et fraternité.
Olivier de Vannes, devenu capitaine du nouveau bateau capturé, croise une frégate battant pavillon portugais. Il s’en empare. Le navire semble abandonné, et pourtant, des esclaves noirs qui se sont mutinés se trouvent à bord. À leur tête, la reine Maryam.

Mon avis.
Amis de la flibuste bonjour !
Quand on parle de la piraterie, on pense toujours à un capitaine barbu (de préférence) s’élançant sur son fier navire pour piller un voilier à coup de canonnades et suivi d’un abordage dans les règles de l’art. Ensuite, l’or et le rhum coulent à flot.
Et bien dans cette république du crâne, les stéréotypes sont battus en brèche. Je vous rassure, il ne s’agit pas d’une brèche dans la coque d’un navire mais des idées reçues qu’on a colportées sur ces dangereux pirates. Et si ces gaillards n’étaient pas simplement épris de liberté et de justice comme le postulent ici clairement les auteurs ?
C’est donc l’histoire de ces hommes qui ont préféré choisir une vie courte mais faite de liberté plutôt que de courber l’échine une fois de trop qui nous est racontée ici.
Il est vrai que les pirates ont été la cible du capitalisme naissant qui entravait la bonne marche du commerce. Les pirates ont été vite affublés du titre de barbares sanguinaires mais d’un autre côté, on fermait les yeux sur le commerce des noirs, lui, tout à fait « acceptable » à cette époque .
En parlant d’esclavagisme, on retrouve dans ce récit, une reine africaine qui est un élément clé dans le parcours de nos flibustiers. En lisant cette excellente BD, plusieurs personnages vous marqueront c’est certain soit par leur éloquence, leur charisme ou leur intelligence.
On pourrait rétorquer que cette vision de la piraterie est un brin idéalisée mais le fait est là, j’ai dévoré cette BD de la première à la dernière page. C’est indéniablement du grand spectacle avec ce fond sociétal qui nous fait aussi réfléchir. Quant au dessin, il est lui aussi de haute voltige mais venant de Ronan Toulhoat, ce n’est qu’une confirmation de son talent.
Cette république du crâne est donc une excellente surprise que je recommande à tous les pirates des temps modernes. Et n’oubliez pas de hisser l’étendard à la tête de mort bien haut !

Sambalabordage

Un commentaire sur “La république du crâne.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :