Camélia  

Face à la meute

Scénario : Christophe Cazenove & Nora Fraisse
Dessin : Bloz
Éditeur : Bamboo
72 pages
Date de sortie : 29 septembre 2021
Genre : adolescence, harcèlement, drame, société, tranche de vie

« À l’âge que j’ai, j’ai vécu des choses que j’aurais pas dû.
À l’âge que j’ai, on m’a craché dessus ! »
On m’a appelé Bouboule, face de raie ou sale gros.
On m’a insulté et on m’a plus montré du doigt que la Vénus de Milo… »

Présentation de l’éditeur :

Une BD émouvante sur un sujet grave : le harcèlement scolaire.

Camélia retourne à l’internat après deux mois de vacances. Celle qu’on appelait « Miss Bouboule » au collège est devenue une lycéenne bien dans sa peau. Elle va retrouver son amie Justine et la vie semble lui sourire. Mais c’est sans compter Valentine et sa clique qui vont la prendre en grippe. Et lorsqu’une simple photo est diffusée sur les réseaux sociaux, c’est la spirale du harcèlement qui emporte Camélia. Elle devient le souffre-douleur de tout l’internat… Et pas la peine de compter sur Justine, car son amie a, elle aussi, rejoint le clan des harceleurs.

Camelia_Face a la meute_Christophe Cazenove_Bloz_Nora Fraisse_Bamboo_extrait1

Mon avis :

Après le superbe manga « My Capricorn friend » c’est au tour de la BD Franco-Belge de pointer du doigt un thème fort et souvent mortifère de notre société : le harcèlement ! Qui plus est : le harcèlement scolaire… Si toutes les victimes avaient/osaient parlé.er, plus d’un d’entre vous tomberaient des nues, je vous le garantis. Car moins d’une personne sur 3 ose aborder le sujet de ce qu’ils ont vécu/vivent à l’école…

Grâce aux carnets en fin d’ouvrage, reprenant le combat de l’association « Marion la main tendue », on apprend que 3 enfants par classe en moyenne sont harcelés et un enfant sur 4 subit du cyberharcèlement. Et pour avoir fait partie du trio à mon époque, dans le secondaire, je peux vous dire que le premier sentiment est la honte.

On espère que ça va passer, on se dit qu’on peut résister jusqu’au point de non-retour. Un cheminement fort bien décrit dans cet ouvrage où Camélia souffre du harcèlement sans aucune raison (notez que c’est souvent le cas, il suffit d’un détail et l’engrenage s’enclenche : une différence physique, culturelle, … juste parce que vous êtes au mauvais endroit, au mauvais moment). Elle est juste devenue jolie et a eu le malheur de sympathiser avec le garçon en vue par la pimbêche de la classe. Aaaah la jalousie

Camelia_Face a la meute_Christophe Cazenove_Bloz_Nora Fraisse_Bamboo_extrait

La bonhomie scénaristique de Christophe Cazenove, qui a le don de nous faire sourire avec ses séries comme « Mes cop’s », se marie avec le sérieux et la tristesse profonde de Nora Fraisse qui a vécu le drame en perdant sa fille, Marion (d’où le nom de l’ASBL), qui s’est suicidée suite à du harcèlement.

Alors on comprend comment tout peut partir de rien. Comment les parents, les enseignants, ne voient rien venir jusqu’à ce que l’état des choses soit au comble du supportable. Il aura suffi d’une accusation de deal de drogue à l’encontre de Camélia pour que la réalité éclate et qu’enfin, l’espoir puisse reprendre le dessus dans la vie de l’adolescente bafouée depuis des mois et abandonnée, même par sa meilleure amie.

Le dessin de Bloz (également célèbre aux éditions Bamboo avec, entre autres, « Le zoo des animaux disparus ») est à la fois simple, mais tout aussi explicite. Le thème demandait une certaine pudeur et du réalisme auxquels le dessinateur a répondu avec la justesse de mise. Laissant le lecteur découvrir avec incompréhension puis effroi ce qui se déroule tout au long de ces 72 pages.

Ne laissez pas le harcèlement, et les harceleurs, gagner sur le bonheur !
ShayHlyn.

Un commentaire sur “Camélia  

Ajouter un commentaire

  1. Encore une bonne initiative je pense de traiter ce sujet.
    Y’en a marre de ce cancer qu’est le harcèlement accentué par les réseaux dits sociaux…🙄
    Il faudrait que les parents soient plus vigilants sur le comportement de leurs enfants s’ils ont des doutes et que les enseignants soient intraitables s’ils sont témoins de faits similaires.
    Il se passe le même genre de dérives (violences) dans les stades maintenant ! (voir hier soir PFC-OL).
    Il serait temps que les autorités agissent au lieu de parler.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :