Elise et les nouveaux partisans

Scénario : Dominique Grange
Dessin : Tardi
Éditeur : Delcourt
80 pages
Date de sortie : 03 novembre 2021
Genre : Histoire politique

Yvette s’en est bien sortie. Quant à moi, ce fut mon premier tabassage.

Présentation de l’éditeur

Tardi et Dominique Grange signent un roman graphique intense et passionnant, dont l’écho résonne aujourd’hui plus fortement que jamais, dans une France toujours déchirée par les inégalités et les injustices.

Elise, jeune chanteuse « montée » de Lyon à Paris en 1958 pour tenter sa chance, tourne le dos au showbiz suite au mouvement contestataire de mai 68. Refusant le « retour à la normale », elle rejoint le maquis des luttes contre l’exploitation, les injustices sociales, le racisme. Un parcours atypique qui nous mène de la guerre d’Algérie jusqu’à la fin des années 70.

Mon avis

C’est marrant mais à chaque fois que j’ai un nouveau (ou un ancien d’ailleurs) « Tardi » entre les mains, je me dis toujours la même chose : « ça, c’est du grand Tardi ! ». A croire qu’il n’existe pas de « petit Tardi »… Le bonhomme a le chic pour ne produire que de la qualité. Il faut dire que ses BD respirent le travail acharné de documentation historique et que son style inimitable accompagne solidement son propos. Bon, même si ici, son propos, c’est plutôt celui de Dominique Grange, mais nous y reviendrons.

En tout cas, je reste une fois de plus bluffé par les qualités graphiques et historiques de cet ouvrage qui ,grâce à cela entre autres, vaut toutes les leçons d’Histoire sur la période, qu’elles soient scolaires ou médiatiques…

Et puis il y a le scénario à proprement parler. La parti pris des auteurs est de nous raconter l’histoire d’un personnage de fiction, Elise, chanteuse puis militante très engagée à gauche depuis les années 60, très largement inspiré de l’autrice Dominique Grange. Ainsi, on ne sait jamais vraiment ce qui découle du réel ou de la fiction dans tout ce qui nous est relaté à son propos. Quoi qu’il en soit, ce personnage, réel ou de fiction, a clairement eu une vie, ou tout du moins une jeunesse passionnante, et ce, que l’on soit d’accord ou pas avec ses engagements politiques, là n’est pas vraiment la question…

Et c’est d’ailleurs l’une des forces de cet ouvrage. A moins d’être un réactionnaire sans cœur ou un véritable facho (mais je ne crois pas qu’ils achèteront cette BD…), on ne peut être que touché par la sincérité des engagements de l’autrice/personnage, notamment quand elle renonce à une potentielle carrière de chanteuse en plein boum des Yéyés pour aller travailler en usine de manière militante. Qu’on soit d’accord ou pas, ça force tout de même le respect, non ? Et j’écris cela alors qu’avec mon regard de quadra de 2021 (oui, je peux encore utiliser ce terme pour quelques années et je compte bien en profiter…), je n’adhère pas à tous les choix du personnage d’Elise dans les années 70, notamment ceux de l’action violente… Mais bon, c’est assez facile de juger aujourd’hui avec le recul sur la Révolution Chinoise, le Maoïsme, depuis le confort du fauteuil où je lis mes BD… J’éviterai donc cet écueil bien actuel qui mène malheureusement bien trop souvent aux excès de la Cancel Culture

En tout cas, pour les chanceux qui auront cet ouvrage entre les mains, j’espère que vous apprécierez tout autant que moi son immense valeur de documentaire historique, même s’il s’agit en partie d’une fiction, et que vous vous direz également : « ça, c’est du grand Tardi » ! Et de la grande Grange ! (mais bon, il s’agirait tout de même de ne pas dévier sur une chronique fermière)…

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatre_et_demi coeur_quatre_et_demi coeur_quatre_et_demi

Odradek

2 commentaires sur “Elise et les nouveaux partisans

Ajouter un commentaire

  1. C’est bizarre, j’avais une vingtaine d’années en mai 68 que j’ai traversé avec une grande insouciance car chez moi nous étions à des années lumières de ce qui se passait dans la capitale à feu et à sang que nous découvrions dans des infos à la télé.
    Pendant ce temps nous nous préparions pour la finale de rugby à Auch où nous avions gagné le titre et ne pensions qu’à l’arroser !🍻
    Chacun ses souvenirs… il n’y avait pas de quoi écrire un livre avec les miens !🤣

    Aimé par 1 personne

  2. A mon avis, il ne doit pas y avoir grand chose de fictif dans tout ce qui est raconté dans cet album. Et si ce n’est pas arrivé à Dominique Grange elle même, ça ne devait pas se passer bien loin dans son entourage. En tout cas, j’ai lu sans lever le nez et les yeux du bouquin. Tardi égal à lui-même: bien raconté, bien dessiné (enfin, si on apprécie son dessin). ♥♥♥♥

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :