Les veuves électriques T1 : deuil atomique.


Dessin : Damien Geoffroy.
Scénario : Relom.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 19 mai 2021.
64 pages.
Genre : satire, humour, société.

«Comme nous pouvons le constater, notre reporter vient d’essuyer des insultes antisémites de la part de cette activiste radicale déchaînée.»

Le résumé.

Un incident dans la centrale nucléaire de Chissouane provoque la mort de trois employés. Les autorités se contenteraient bien d’un hommage bien troussé mais pour les veuves des forçats de l’atome, c’est clair, la centrale doit fermer ! Affiches, tracts, banderoles, rien ne manque… si ce n’est le soutien d’une population aveugle aux évidences et la bienveillance de média en quête d’audimat…

Mon avis.

Dans la série des services de presse non demandés mais bien reçus, je vous présente le tome 1 des veuves électriques. Je fais appel à l’équipe et rien pas un « non merci mais j’ai trop de chroniques en retard, donc sans moi ». Toute l’équipe me laisse là choir comme un liquidateur de Tchernobyl pour réaliser cet avis.
Bon, je me dis que la couverture fait vachement penser à du Fluide Glacial, pas spécialement mon truc ( oulala ça part sur de mauvais neutrons cette lecture). Je constate que je ne suis pas à coté de mes pompes anti-radiations car le scénariste Relom a déjà publié chez Fluide la série Andy & Gina.
Le dessin me redonne de l’espoir, on dirait un peu du Duhamel. C’est vivant, très expressif et doté d’un effet comique indéniable.
Je commence l’histoire et je ne sais pas trop sur quel pied danser. Dois-je prendre cette BD au sérieux ou comme une grosse blague ? Tiens en parlant de blague, savez-vous comment on appelle des testicules d’ un dauphin ? Non, alors vous le saurez en lisant ce tome 😊.
Il s’agit en fait d’une belle satire et notamment sur les dérives médiatiques mais pas seulement. Par exemple, la chaîne d’info en continu, BFM ici BFN en prend plein sa gueule, c’est presque jouissif.
On a aussi les politiques qui en prennent pour leur fonction. J’ai l’impression que les auteurs se sont inspiré de Marie-Christine Marghem, ex- ministre de l’énergie belge, qui avait pris un jet pour se rendre à une conférence sur le climat tout comme la « fausse » ministre de l’écologie de ce récit.
Bref, ça grince de partout, ça rue dans les brancards et on s’attache assez vite à nos veuves électriques. C’est du grand n’importe quoi mais c’est follement distrayant. Un peu comme si vous regardiez un film d’Albert Dupontel.
Et vous savez quoi, je cocherai la demande pour avoir le tome 2 sans une once d’hésitation.
A bon entendeur salut.

Sambatomique.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :