La soupe au sang et autres scènes mortelles du quotidien.

Auteur : Benoi.
Editeur : Editions du Tiroir.
Sortie :16 avril 2021.
64 pages.
Genre : polar.

«Alors ça devient vraiment très fâcheux. Oui très fâcheux… »

Que raconte ces huit nouvelles histoires :

Parfois rien ne va comme il faut. Parfois frôle le drame, parfois la peur s’installe. Et même souvent, la mort est si proche qu’on l’entend grincer des dents. Cela peut arriver à n’importe qui.

Dans ces huit récits courts, denses et sombres, on ne sait pas toujours s’il reste une lueur d’espoir. De quoi « La Petite » est-elle vraiment capable? Est-ce qu’un flic peut tirer sans sommation? Peut-on survivre dans un caveau? Jusqu’où peut mener le désir de vengeance? Vito vivra-t-il un Noël rouge sang ? Vous le saurez en lisant ces nouvelles cinglantes qui sont les « scènes mortelles du quotidien ».

Mon avis.

Dans un temps où les restrictions n’existaient pas, à la genèse de SambaBD, il existait une petite section BD sur la défunte plateforme skynet. On y trouvait un blog tenu par Benoi qui venait parfois me rendre visite. Maintenant son blog est tout beau tout chaud, il a bien évolué, un peu comme nous.
Donc quand on peut parler de ses travaux on ne va pas se gêner. On forme une sorte de confrérie d’anciens combattants, on n’a rien combattu mais on est néanmoins des survivants.
Alors pour décrire cet album, je trouve que la postface est très pertinente. Je vais donc vous la lire avec quelques petites remarques.
Au menu de cet opus ( c’est le tome 2, le 1er étant Mao et autres scènes anormales du quotidien), concocté avec sadisme et sans l’ombre d’un remord( je confirme, c’est glauque et presque malsain) : De la soupe au sang de mafioso, bien sûr, mais aussi , en plat de résistance ( je vous avais dit que c’était un club d’anciens combattants), un gibier de potence truffé de plomb par un fou furieux (je m’inquiète un peu d’ailleurs de la santé mentale de Benoi).
Et dans la foulée, découvrez un beauf qui sent la poudre, lui aussi mariné dans son sang (c’est en somme le fil rouge de cet album, le sang).
Nous avons mijoté pour vous un consommé de vengeance (on se dirait presque dans Top chef), un plat qui se mange froid comme on le sait, servi par un balafré (il ne manque plus qu’ Al Capone).
Pour accompagner celui-ci, nous vous proposons ce cocktail de médicaments (d’Astra Zénéca ?), et un duo de fossoyeurs faisandés en chambre froide. En guise de dessert, un petit pas si tendre à dévorer à pleines dents sans modération (très énigmatique non ?)… Et un cocktail viral (ah non pas la covid !!!) très explosif. Ces 8 récits qui sentent la peur, la malchance et le sang (c’est une fixette) sont ciselés au bistouri.
Ce sont les anecdotes mortelles du quotidien.

Sambasangdire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :