Golgotha T1/3 L’arène des maudits.

Scénario : Alcante et LF Bollée.
Dessin : Enrique Breccia.
Editeur : Soleil.
Sortie :17 mars 2021.
56 pages.
Genre : ésotérique, péplum.

«Une bourse bien remplie pour vider deux autres !»

Le résumé.

64 ap. J.C. Lucius est le gladiateur le plus fort et le plus adulé de Pompéi. Son image plait à Julius, riche propriétaire terrien désireux d’être élu tribun de la plèbe. L’arrangement est conclu : Lucius le soutient dans sa candidature et prendra la fille de Julius comme épouse. Mais l’ultime combat de Lucius ne se déroule pas comme prévu : opposé à un colosse, Lucius perd son bras et sa dignité.

Mon avis.

Un péplum baroque à la limite du fantastique par les scénaristes de La Bombe et le dessinateur des Sentinelles, voilà donc le programme de Golgotha. Il y a donc fatalement du « Jésus and friends » dans l’affaire. Le Golgotha étant pour les impies et les mécréants, le lieu de crucifixion du tout puissant Mazembé , euh non du multiplicateur de pains sans gluten. Mais c’est aussi quand on lit le résumé, une forteresse en haute Égypte où on crée des immortels, mais bon, ça on le verra dans les prochains tomes. Car dans ce tome 1, on est dans les présentations des personnages qui ont tous des vraies gueules d’acteurs hollywoodiens style mâchoire carrée ou double menton.
Nous sommes donc à Pompéi en 63 après Jean Claude . Quiz, en quelle année a eu lieu la fameuse éruption du Vésuve ? En 79, l’année qui termine ce tome 1, comme par hasard, ça va donc chauffer dans les villas romaines mais nos héros ne sont plus là, ils sont tous à Rome, c’est ballot ! !
Un album un rien caricatural mais visiblement assumé par les auteurs. Les femmes sont fatalement luxures et la plèbe cruelle et sans pitié pour les gladiateurs déchus. Une petite dose de résurrection à répétition pour un pauvre bougre donne le ton de l’album. Il n’empêche qu’on pourrait croire le truc assez improbable, il n’empêche c’est ce que l’église nous raconte depuis 2000 ans et on y croit toujours. Sinon, tout immortel qui l’est, il ne connaissait pas encore le variant breton de la covid, le gaillard sinon, il aurait moins fait le fier !
Pour le moment impossible de donner un avis tranché( désolé pour la vanne pourrie Lucius) sur cet album, on en est qu’aux préliminaires même si on a déjà bien consommé de la chair. Il n’empêche que c’est un drôle de truc tout comme le dessin, parfois les bras m’en tombent ou alors j’en reste muet d’admiration.

Sambium..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :