Saria : Intégrale.

Scénario : Jean Dufaux.
Dessin : Paolo Serpieri ( T1) et Riccardo Federici ( T2 et T3)
Editeur : Delcourt.
Sortie :18 novembre 2020->10 février 2021.
192 pages.
Genre : ésotérique

« Que personne ne sorte ! L’élection est déclarée caduque ! Nous prenons le pouvoir ! » ( ceci n’est pas une déclaration de Donald J Trump ! Quoique !)


Le résumé.
Revenue des Enfers en sauveuse de Venise, la sombre et sérénissime cité des Doges, Saria n’est plus la même. Elle incarne maintenant La Luna, une héroïne forte, prête à tout pour reprendre les rênes de sa vie et obtenir ce qui lui revient de droit. Elle a traversé de nombreux périls et fait d’énormes sacrifices pour en arriver là. L’heure est venue pour elle d’accomplir enfin sa destinée…

Mon avis.
Dans les tréfonds de ce blog se terre une chronique oubliée, lointaine et déchue, celle d’une BD qui porte le nom prémonitoire des enfers ! Il y a 14 ans débutait donc cette série qui a changé de nom, d’éditeur et de dessinateur, tant qu’à faire dans la déchéance, autant le faire correctement. On n’a pas osé toucher au scénariste, certainement touché par la grâce ou un envoûtement.
Un vrai parcours du combattant pour le lecteur, que dis-je, du forçat de la patience pour boucler enfin cet album qui me fait penser à une sorte de Giacomo C qui rencontrerait Samba Bugatti. Un monde bizarre, à la fois moderne mais aussi complètement rustique (un terme que je copie sur notre très sympathique ministre belge D Ducarme, quel charmant homme !!).
Mais le voilà le saint Graal, notre Ken le survivant, euh non notre Saria revenant des enfers pour sauver la Sérénissime. Vous serez certainement subjugué par le trait de Federici. On se croirait dans un musée en train de contempler des tableaux à caractères religieux évoquant les abîmes. C’est magnifique mais je dois avouer presque trop beau, inatteignable. J’ai une petite préférence pour le dessin de Serpieri, plus « narratif », plus « BD », plus « logique » .
Sinon pour l’histoire, c’est un peu comme un film de David Lynch, j’aurais aimé un décodeur pour tout comprendre de la symbolique que Jean Dufaux y a insérée. J’ai bien reconnu Mussolini avec son couvre-feu à partir de 10H du soir (une mesure encore très à la mode actuellement). Mais qui est P.K. Sirocco par exemple ? Attention, ça se lit très agréablement, Dufaux reste un conteur hors-pair mais j’ai le sentiment d’avoir raté quelques clefs pour ouvrir toutes les portes de cette BD.

Samba.

3 commentaires sur “Saria : Intégrale.

Ajouter un commentaire

  1. Ah la covid compagnie m’informe que ce titre est postposé au 10 février 2021. D’un coup, il vous faudra encore un peu plus de patience, bon 2 mois quand on entendu des années , c’est de la rigolade.

    J'aime

    1. On se le demande !!! 🙂 Plus sérieusement , je te rassure, j’ai compris l’essentiel, pas sûr par contre d’avoir capté toutes ses allusions et références.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :