Berlin sera notre tombeau T2/3 Furia Francese

Auteur : Michel Koeniguer.
Éditeur : Paquet (collection mémoire 1939-1945)
48 pages.
Sortie : 19 août 2020 .
Genre : guerre.

«  Tenez-vous prêts ! Yvan arrive. »

berlin sera notre tombeau

Le résumé.

Fin avril 1945. Berlin est cerné, à l’ouest par les américains, à l’est par les russes. Les ruines fumantes de la capitale du troisième Reich vont être le théâtre de l’ultime combat, dernière résistance d’une armée en déroute. La Division Charlemagne a subi de lourdes pertes. Les hommes sont fatigués, conscients de l’issue inévitable des combats. Leur seule chance, tenir face aux russes jusqu’à l’arrivée des américains, dans l’espoir que leur sort sera meilleur… Et espérer une fin honorable.

Mon avis.

Je vous parlais de malaise dans ma chronique du tome 1 sans réellement savoir d’où il provenait. Là je l’ai clairement ciblé et pris en tenaille. On suit ici la fameuse division Charlemagne qui se bat très vaillamment, leurs combats paraissent même glorieux et ils sortent de ces ultimes batailles la tête haute. On dirait presque une BD à leur honneur. Sauf qu’il s’agit d’un bataillon SS, des personnes qui se sont engagées par conviction avec le IIIe Reich qui devait durer 1000 ans. Bref, j’ai un peu de mal à les trouver si glorieux que ça ces « françouzes ». Surtout qu’il manque une voix off pour contextualiser les faits ou un avant-propos expliquant la démarche. Un personnage semble bien avoir une raison de se battre contre les bolcheviques en protégeant son amour qui est une russe « blanche » mais …
Vous me direz que ce n’est pas la première BD qui est du mauvais coté. Exact, on a même souvent suivi des soldats allemands mais essentiellement de la Wehrmacht et certainement pas pour les glorifier et encore moins des waffen-SS. Vous me direz également qu’il reste encore un tome et que tout n’a pas encore été dit , c’est juste attendons donc avant de juger à l’emporte pièce. Mais cette série est un peu comme un champ de mine, une zone à haut risque.

Soldaten_der_französischen_Legion,_Fahne
Tant que je suis dans les récriminations, un plan de Berlin en 4e de couverture ne serait pas inutile pour bien comprendre la stratégie de défense de l’ultime bastion d’Hitler.
Allez, j’en viens au positif, la partie graphique, excellente tout simplement. Un champs de bataille réaliste, une ville en ruine très bien rendue, une succession de scènes de combat assez haletantes, ça mitraille, ça explose, le soucis des détails est aussi bien présent, bref l’immersion est réussie.
Plus de bouffe, plus de flotte, plus de munitions, c’est assurément le crépuscule des « dieux ».

PS: chronique faite via un PDF, l’album apporte peut-être plus d’éléments.J’ai également longtemps hésité à la publier…

Interview de l’auteur ICI.

6 commentaires sur “Berlin sera notre tombeau T2/3 Furia Francese

Ajouter un commentaire

  1. N’ayant pas lu cette série, je me garderai d’apporter un avis bien que je trouve l’illustration très réaliste et attractive. Je ne la lirai probablement pas car (comme je n’arrête pas de le dire) je ne suis pas fan d’Histoire et encore moins de Guerre et j’ai surtout beaucoup de retard sur des titres qui me donnent plus envie !😉
    Cependant l’interview est intéressante et je suis d’accord sur le parti pris que ce soit romancé (je n’aime pas trop des documentaires).🤔
    J’espère que l’ultime tome lèvera ton malaise.

    J'aime

  2. Perso, je suis féru d’histoire. Et les volontaires SS à la bêtise crasse sont malheureusement un fait historique. Ne surtout pas l’occulter comme le mouvement antiraciste fait actuellement avec le « déboulonnage » des statues. Bientôt Lincoln, Napoléon ou Washington vont bientôt passer à la baille. Comprendre l’histoire et le travail de mémoire est essentiel.Quand on pense que ce sont des français qui on défendu le dernier carré des Nazis (bunker du « furher »), ca file la gerbe.D’accord avec toi pour un préambule replaçant le contexte. Indispensable pour le recul.

    Sinon c’est de la tres bonne BD de guerre. A la lecture on baisse presque la tète pour éviter les balles tellement cela est réaliste. Dans la droite ligne de « l’armée de l’ombre »

    J'aime

  3. Je ne suis pas du même avis. Cette série m’intéresse et je vais certainement me la procurer. Quand au malaise il faut savoir que dans l’inconscient collectif la Waffen-SS est le mal incarné et on oublie trop souvent que la Wehrmacht a aussi commis des horreurs (sur le front de l’Est surtout) et que, à Nuremberg, tous les crimes de guerre n’ont pas été jugés (il y en avait du coté des « bons » aussi – et pas qu’un peu). Moi j’admire les unités d’élite pour leur valeur au combat surtout.

    J'aime

  4. Je suis partisane du fait qu’il faut causer de tout. Ça a eu lieu, et bien on peut le raconter. Et Koeniguer le fait très bien. Après, le danger d’une telle lecture serait qu’on pourrait éprouver de l’empathie pour ces personnages peu recommandables.
    Mais il faut quand même reconnaître que ces français ont eu une sacré dose de courage ou de rage à Berlin. Cependant sans doute parce qu’ils n’avaient plus de choix de façon: c’était Crève ou Crève de tout bord, un suicide collectif pour éradiquer le plus possible de ruskoffs communistes, avant d’y passer .

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :