Mon top 10 BD Science-fiction.

Mon Top10 des séries de Science-Fiction qui m’ont marqué et que je soumets à votre appréciation.

Je vous le présente toujours dans le sens compte à rebours…

10 : TER 

TER

Un homme surgit de nulle part, d’un cimetière dans un désert hostile, inhabité, où personne ne peut vivre. Il est découvert par Pip, un jeune filou, pilleur de tombes, qui le récupère endormi au fond d’une sépulture. Il est nu et ne parle pas. Seul signe distinctif : un tatouage figurant une main, qui lui vaudra le surnom de Mandor (« Main d’Or »). Petit à petit, il apprend à parler et se révèle intelligent car si sa mémoire lui fait toujours défaut, il est incroyablement doué pour réparer toutes les mécaniques fatiguées et remettre en marche les mille et une bricoles que Pip a entassées…

Bonne série d’un vieux routier du scénar fantastique (Rodolphe) superbement mis en image par Christophe Dubois dont on attendra les prochains cycles avec impatience.


9 : Aquablue 

aquablue

Seul rescapé d’un naufrage spatial, le jeune orphelin Nao atterrit sur une planète inconnue : Aquablue, la planète-océan, où de paisibles pêcheurs se chargent de son éducation.
Mais cette vie idéale sera bouleversée par l’arrivée de Terriens venus créer un complexe industriel aux conséquences climatiques désastreuses. Nao est au cœur de la lutte inégale qui s’engage : détenteur d’un mystérieux héritage, il possède aussi un lien privilégié avec le plus puissant habitant d’Aquablue…

Je me souviens que j’avais été attiré par le graphisme très identifiable de Vatine qui m’avait fait une dédicace en couleur (avec sa compagne Iabelle) de Cybot. J’avais beaucoup aimé le 1er cycle (5T) et le diptyque suivant… puis j’ai arrêté par la suite l’exploitation de cette série…


8 : Aâma 

aama

Dans un futur lointain… Verloc Nim se réveille amnésique au milieu de nulle part. Grâce à son journal, qu’un singe-robot nommé Churchill lui remet, il se plonge dans son passé. Verloc y apprend qu’il mène une vie misérable, qu’il a perdu travail, famille et amis depuis qu’il a décidé de vivre en marge d’un monde hypertechnologique. Jusqu’à ce que son frère Conrad l’emmène sur une autre planète pour y récupérer une mystérieuse substance nommée aâma…

Là aussi, j’ai été d’abord séduit pas le graphisme de F. Peeters, puis par l’intrigue singulière et les personnages dont Churchill… jusqu’au dernier tome onirique/fantastique qui m’a un peu perdu !


7: Le cycle de Cyann 

le cycle de cyann

Héritière de la plus importante famille de sOndeurs, la fille du Seigneur Olsimar se trouve propulsée au sommet de la pyramide sociale. Plus capricieuse qu’autoritaire, plus séductrice qu’amante, Cyann use de ses pouvoirs comme elle abuse de ses charmes. Les péripéties qui l’attendent, dans les Mondes indépendants et sur les Planètes Sauvages, mettront un peu de plomb dans sa tête de bois et, plus inattendu, un peu d’humanité dans le bel animal.

Après la belle Isa des passagers du vent, Bourgeon m’a séduit avec les atouts de Cyann et son univers. Malheureusement, j’ai décroché et abandonné après le T3.


6 :Orbital 

orbital

Caleb et une créature Sandjarr, Mézoké, sexuellement non identifiée, forment un binôme exemplaire : c’est la première fois dans l’histoire de la galaxie que leurs peuples respectifs accèdent à cet honneur. Les Sandjarr s’étaient tenus à l’écart des instances politiques intermondiales jusqu’à ce que les guerres humano-sandjarr éclatent. Les humains avaient été écartés jusqu’à présent des plus hautes instances. Leur binôme revêt donc une importance symbolique. À peine sortis de leurs séances d’entraînement, les voilà embarqués pour leur première mission.

J’ai découvert cette série sur le tard pour sa réputation. Je la trouve plutôt sympa avec son duo improbable mais efficace. Série en cours (8T) que je continue pour l’instant.


5 : Code Mc Callum 

carmen ma callum

Paris, 2047. Carmen Mc Callum arrive, accompagnée de son mari, à une soirée chic au cours de laquelle se déroulera un événement plus que mystérieux. Depuis qu’elle a manqué de se faire tuer par le fameux Spectre il y a 7 ans, un mercenaire commandité pour tuer la belle, elle n’a de cesse de remonter la piste vers lui, afin de se faire vengeance.

Ce spin-off de la série mère (2053) raconte la jeunesse de Carmen en 2040 à Londres et 2047 à Paris. J’ai préféré cette série car j’adore le graphisme élégant et expressif de Cassegrain (Nymphéas noirs).


4 : L’Incal 

l'incal

John Difool, détective de classe R, se trouve malgré lui en possession d’un objet mystérieux au pouvoir étrange, attirant bien des convoitises. Saga de SF mythique, par le duo de choc Jodorowsky-Moebius.

Ma première lecture de SF début 80 dont j’avais beaucoup aimé le personnage et l’univers de ce duo d’auteurs dont le grand Moebius.


3 : Mondes d’Aldébaran/Antares/Bételgeuse 

aldébaran

Sur la planète Aldébaran, depuis plus de cent ans, les descendants d’un groupe de colons attendent que le contact avec la Terre soit rétabli. La vie ici n’est pas trop dure, mais le gouvernement plutôt tyrannique…

Leo a, depuis la création de cette série, bien exploité les thèmes qui lui sont chers… les aventures de son héroïne Kim dans des paysages mystérieux (la Mantrisse) et inhospitaliers au milieu d’une faune et d’une flore assez inquiétantes dans un contexte de dictature religieuse, qui font partie des recettes de l’auteur. Depuis le début je suis régulièrement les suites ou spin-off (Survivants…) des différents cycles toujours aussi addictifs.


2 : La Guerre éternelle

la guerre éternelle

Toute l’expérience guerrière d’un vétéran du Vietnam (Joe Haldeman), transposée dans l’univers de la Science-Fiction… Nous sommes en l’an 2010, ère des voyages spatiaux. L’homme atteint des planètes de plus en plus éloignées, y construit des bases, colonise l’univers (là, l’auteur n’est pas très visionnaire !). Jusqu’au jour ou un vol spatial, avec femmes et enfants, est détruit par un vaisseau d’origine inconnue. La constitution d’un corps expéditionnaire d’élite décide de riposter. C’est ainsi que Marygay Potter et William Mandella furent embringués dans une guerre qui allait durer plus de mille ans…

Avant de lire la série ci-dessous qui deviendra Ma référence, c’est celle-là qui le fut par son réalisme… bref, une incontournable illustrée par un auteur dont j’aime aussi beaucoup le style, Marvano (Dallas Barr et Libre à jamais en SF)


1 : Universal War One/Two 

uw1

Gigantesque, incompréhensible et terrifiant, LE MUR se dresse au cœur du système solaire, interdisant l’accès aux planètes au-delà de Saturne. À bord de la puissante troisième flotte de l’United Earth Force, on s’interroge. LE MUR est-il un trou noir en formation, ou un bouclier d’une technologie inconnue ?

Après avoir lu les 6 tomes de ce 1er cycle commencé en 98, j’étais admiratif de la cohérence du scénario qui avait été construit depuis le départ avec un tableau synthétisant tous les différents voyages A/R dans le temps avec une logique implacable, servi par des dessins sublimes et des personnages attachants. Cycle 2 en cours (3T sortis). Les souvenirs sont assez lointains mais restent marqués comme La référence !… Denis Bajram est Grand !


L’offre étant assez vaste en S-F, j’aurais pu y inclure des bonnes lectures de jeunesse avec Yoko Tsuno et Valérian , puis Lupus et La Caste des Méta-Barons ou plus récemment 2 gros one shot qui m’avaient bien plu : Shangri-La et Negalyod, et les séries Urban (déjà classé avec Luc B), Echo, Exo, Centaurus, On Mars ou Les Epées de verre
Bref, j’attends vos avis et propositions…

Dgege

14 commentaires sur “Mon top 10 BD Science-fiction.

Ajouter un commentaire

    1. Bec est français et se prénomme Christophe😉.
      Je n’ai pas trouvé de série significative classée S-F car la plupart sont plutôt fantastiques (Prométhée, Carthago…) ou d’anticipation.

      Aimé par 1 personne

  1. Très beau top 10 👍
    Il n’y a que Orbital que je n’ai pas lu. Il faudra que je m’y mette.

    J’aurai quand même mis dedans Valérian qui est un grand classique et qui a influencé beaucoup d’auteurs dans ce genre.
    Mais je suis content que tu aies mis L’Incal et la guerre éternelle.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je savais que le fait de ne pas y trouver Valérian vous étonnerait. C’est juste une question de génération. J’ai lu de la BD jeunesse jusqu’à la fin de mon adolescence (vers 66 armée)… puis j’ai repris début des années 80 des BD plus adultes (Passagers du vent, 7 vies…) et n’ai donc lu que 3 tomes sympas de Valérian (9,10 et 11) que je trouvais plus léger que mes autres choix, et on n’a que 10 titres à choisir.
      Je n’ai pas lu Warship, mais j’essayerai de le faire si ma PAL me le permet !😉

      J'aime

    1. J’ai commencé à lire ces séries aux dessins très sympas et aux belles couleurs… mais c’est trop ciblé jeunesse et je n’arrive pas à accrocher, donc abandonnées.

      J'aime

      1. B&M sont considérés comme Aventure, ce qui ne veut pas dire grand chose… donc, même si des thèmes de certains tomes sont de la S-F, je ne les aurai pas sélectionnés car je n’aime pas cette vieille série indigeste qui a pris le parti de plaire aux nostalgiques (dont je ne fais pas partie) dont je n’ai lu que la Marque jaune quand j’étais jeune.

        J'aime

  2. Si on reste en franco-belge c’est bien (et tu es adoubé puisque tu met UW1 en tete 😊). Je suis surpris de voir Carmen en sf meme si effectivement avec tout Fred duval c’est de l’anticipation. On peut ajouter Ghost Money, assez chouette et ambitieux en matiere technologique. Shangri-la a clairement sa place dans les 10. Je vous conseille (sans forcement le mettre dans un top 10) le tres peu connu Brane zero, premier album franchement gonflé et reussi sur les multivers et physique quantique…

    Aimé par 1 personne

    1. Pour UW1 je crois qu’il n’y a pas photo. Pour Carmen, je l’ai mis parce que BDGest l’a classé en S-F et que j’ai suivi pendant longtemps la série mère (que j’ai abandonnée) et que sa jeunesse par Cassegrain (que j’adore) a été un gros coup de cœur ! J’avais bien aimé Shangri-La sans être pour autant convaincu par la fin un peu trop poétique qui m’avait perdu.😉

      Aimé par 1 personne

      1. Moi aussi j’aime beaucoup le style de Cassegrain alors que ce n’est pas forcément un monstre techniquement parlant. Mais il a du style! Perso je « top » plus facilement les œuvres qui ont de l’ampleur, une ambition scientifique. Je trouve que Shangrila en a. L’anticipation moins même si j’adore. A ce titre le récent Crusaders de Bec a une sacrée ambition. Si l’auteur ne se perd pas pour une fois… 😉

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :