Universal war two – tome 3 – l’exode

Scénario et dessin : Denis Bajram
Éditeur : Casterman
48 pages
date de sortie : novembre 2016
genre : science-fiction


  » Je crains de comprendre : vous traitez de « Kalish » tous les crétins caractériels ? » 

 1c630-3459470328

 Présentation de l’éditeur

La première Guerre Universelle a été apocalyptique, manquant d’anéantir l’humanité. La paix à peine revenue, un effrayant et insondable ennemi frappe de nouveau le système solaire ainsi que l’idyllique Canaan. Les plus sages des humains ne savent plus que faire à part fuir. Seul la jeune Théa croit encore que la civilisation fondée par Kalish peut être sauvée. Quitte à devoir affronter les plus grands mystères de l’univers.

 Mon avis

 Bajram serait-il encore plus fort que Dark Vador dans Star Wars ? Après avoir pulvérisé la planète Terre, le voilà qui raye du système le Soleil, Mars, Titan, puis toutes les planètes sur lesquelles l’espèce humaine s’est installée. Canaan va-t-elle en réchapper ?

Le brave Kalish qui a voyagé dans le passé pour refonder une civilisation pacifique sur Canaan afin d’éviter les guerres, est ramené contre son gré dans le présent pour trouver une solution. Mais de solution, il n’en a pas, et n’a pas l’intention d’en trouver, consterné qu’il est de constater qu’il a été érigé en idole et est quasiment vénéré comme un dieu. Il se prend en pleine face l’échec de son projet et assiste impuissant à la disparition de toute forme de civilisation. S’il ne peut contrer ces phénomènes de destruction, il finit néanmoins par en comprendre les raisons.

54927-99999171

Œuvre majeure de la SF, Universal War 2 continue de nous faire voyager dans le continuum espace-temps, après l’époustouflant premier cycle devenu culte. Pas toujours facile à suivre, on en demeure pas moins littéralement subjugué par la grandeur, la majesté et la richesse scénaristique de l’œuvre créée par Denis Bajram.

Il accentue dans ce troisième opus les dimensions philosophiques et métaphysiques sous-jacentes dans tout le récit depuis le tome 1 du premier cycle. Comme le noir profond des Wormhole qui aspirent les planètes et des mystérieux triangles qui les englobent, le ton de ce tome 3 est d’un pessimisme noir qui nous glace d’effroi. L’humanité n’est-elle vraiment capable que de destruction, la conduisant à une sanction ultime et fatale conduite par des forces extraterrestres aussi puissantes que mystérieuses ?

Dans des décors toujours aussi somptueux et inventifs, Denis Bajram fait évoluer des personnages accessibles, crédibles et terriblement humains dans tout ce qu’ils ont de meilleur et de plus détestable. Les dialogues sont d’ailleurs souvent très crus et directs. Du coup, l’histoire n’est ni rébarbative ni hermétique malgré un scénario assez complexe. Je recommande quand même de se replonger dans les deux premiers tomes avant d’attaquer celui-ci.

Ce troisième tome est une merveille graphique au scénario qui laisse la part belle au mystère et aux questions dont les fans vont attendre les réponses avec fébrilité dans les trois tomes à venir.

 Loubrun


 

les tomes 1 et 2

 90745-1318741030 64b01-154803958

A lire aussi La Guerre Éternelle (intégrale reprenant les 3 tomes) et Libre à jamais (3 tomes)

 

7 commentaires sur “Universal war two – tome 3 – l’exode

Ajouter un commentaire

  1. ces notes ne sont pas généreuses mais bien justifiées parce que j’adore cette série. le dessin est exceptionnel et le scénario tient bien la route.

    J'aime

  2. Bajram au scénario est tres fort. Par contre je trouve qu’il abuse un peu trop du noir, des ombres, certes en rapport avec le scénario mais cela fatigue les yeux à la lecture

    J'aime

  3. Au scénario, avec ce tome, je retrouve la force et les idées du premier cycle. Le dessin est top. En revanche, comme quelques autres, je m’interroge sur la vulgarité systématique des dialogues… c’est un peu too much, ça n’enrichit pas vraiment la personnalité des jeunes, et ça ne « sonne » même pas juste.

    J'aime

  4. C’est vrai que les notes sont généreuses … mais quand je vois la moyenne de celles attribuées pour le dessin par une grande partie des chroniqueurs, je trouve que celles de Loubrun ne sont pas usurpées car les décors et les ambiances frisent la perfection.
    Quant au scénar, il est toujours aussi intrigant et l’auteur sait nous tenir en haleine. Les dialogues sont un peu crus mais à l’image dans l’air du « temps » de la jeunesse actuelle et Théa est une héroïne très attachante.
    Bref, cette série est captivante.

    J'aime

  5. ET bien, toujours pas convaincue par cette série…. Je persiste à la lire, parce que je veux savoir où l’auteur veut en venir, mais je n’y prend pas vraiment du plaisir, même pour le dessin.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :