Les cinq de Cambridge – tome 2 – 54 Broadway

Scénario : Valérie Lemaire
Dessin : Olivier Neuray
Éditeur : Casterman
48 pages
Date de sortie : septembre 2016
Genre : espionnage, Histoire, aventure


2721811343

Présentation de l’éditeur

Tandis que le fascisme est à son apogée et plonge le monde dans la guerre, les Cinq de Cambridge se déploient en ordre de bataille. Traquer l’information pour abattre l’ennemi est leur devise, la victoire de la révolution mondiale leur credo. Leur arme? Infiltrer les hautes sphères de l’État et du renseignement britanniques pour mener l’Union soviétique au triomphe.
Quitte à payer le prix fort: s’oublier eux-mêmes, sacrifier des hommes, pactiser avec le diable !

1915090863

Mon avis

Les cinq espions anglais animés par l’idéal communiste continuent la mise en place de leur stratégie en se mettant définitivement au service de l’URSS. La guerre approchant, ces esprits brillants deviennent des atouts majeurs dans la stratégie à long terme que met en place Staline. L’infiltration est parfaite. Quand l’un se trouve journaliste en Espagne et proche des sphères Franquistes, les autres réussissent à rentrer au MI6 ou dans la diplomatie britannique et infiltrer les ambassades. Leur plan et leurs idées semblent inébranlables. Mais en matière d’espionnage rien n’est écrit dans le marbre, et le pacte de non agression que Soviétiques et Allemands signent, bouscule les certitudes des jeunes espions, sans pour autant remettre totalement en cause leur engagement.

Ce deuxième tome est tout autant palpitant que le premier et nous plonge dans un documentaire historique riche en détails. En télévision, on appellerait ça un docu-fiction. La narration est un énorme flashback entrecoupé de quelques scènes se déroulant au présent où l’on voit l’ancien espion Blunt raconter les évènements à John et Kolia, descendants des personnages impliqués dans l’affaire des Cosaques renvoyés en Union Soviétique en 1945. (lire les Cosaques d’Hitler des mêmes auteurs).

Valérie Lemaire ne cherche pas à simplifier la véritable histoire des cinq de Cambridge et nous livre donc une intrigue qu’il n’est pas toujours aisé de suivre. Néanmoins, elle réussit ce tour de force de ne jamais nous faire perdre pied et de nous faire comprendre parfaitement toutes les manœuvres et rouages mis en place sur ce grand échiquier de la Seconde Guerre mondiale.

Le beau dessin de style classique au trait légèrement appuyé d’Olivier Neuray donne à cette histoire complexe une lisibilité très claire. Les amateurs de ce style apprécieront le soin particulier apporté aux décors et aux détails qui procurent du crédit à chaque image.

Suite attendue avec impatience dans le troisième et dernier tome.


Loubrun

not_7_10

 

Abonnez-vous à la newsletter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :