Canardo T24 : La mort aux yeux rouges

51A5qcozKML__SX371_BO1,204,203,200_.jpgCanardo.jpgScénaristes : Benoît et Hugo Sokal

Dessinateur : Pascal Regnauld

Éditeur : Casterman

48 pages

Sortie prévue le 14 septembre 2016

Genre : policier animalier

 

Avis de l’éditeur :

Quand Canardo se lance à la poursuite de l’assassin de son vieil ami Garenni, ce n’est pas vraiment pour le remettre aux mains de la justice ! Canardo est convaincu par la petite fille, policière, de son ami le commissaire Garenni d’enquêter sur la mort apparemment accidentelle de ce dernier. 

Mon avis :

24ème tome des aventures du célébrissime canard détective. Qu’on se le dise, pas évident de tenir la distance après autant de volumes car à la lecture de ce récit, on sent comme un effet réchauffé, l’histoire pourtant prenante au début tend à faire du surplace et piétine. On retiendra quelques gags amusants, où Canardo se ramasse une balle de flingue dans la palme par une greluche… et quelques instants plus tard, une autre greluche lui plombe son autre palme…

Quant au fil conducteur, Canardo traque le meurtrier, de Garenni, mais malgré une fluidité sur les responsables, qu’il est compliqué de s’y retrouver dans ce bourbier… La compréhension de ce tome nécessite une attention très élevée, voire une relecture.

Bref, pas le meilleur des Canardo, car on a déjà nettement connu mieux de par le passé, mais à force, on prend les mêmes et on recommence sauf qu’à la lecture de ce volume, on a l’impression de ressortir d’un asile de fous.

Côté dessins, le visuel ressort pour un mieux, ainsi que les couleurs qui accentuent les décors et les protagonistes.

Est-ce que Canardo a encore de longues aventures devant lui ? Nul doute qu’on l’attend au tournant, mais il devra donner le meilleur de lui-même, car on rigole peu au travers de cette lecture.

a06-3e788fc.gif

imagesPR54A8EA.jpg

Coq de Combat

EMPIRE Tome 4 . Le Sculpteur de chair

empire,tome 4,jean-pierre pécau,desko,igor kordey,delcourt,uchronie,steam punk,aventuresempire,tome 4,jean-pierre pécau,desko,igor kordey,delcourt,uchronie,steam punk,aventuresScénario : Jean-Pierre Pécau
Dessin : Igor Kordey
Couleur : Desko

Dépot légal : 06/2016
Editeur : Delcourt
Planches : 54
Genre : Uchronie d’aventures et d’epionnage

1820, l’empire Napoléonien s’étend de Brest à l’Afghanistan. A Constantinople, l’empereur échappe de peu à un attentat perpétré par un ectoplasme de Chateaubriand. Il charge ses deux meilleurs espions, Saint-Elme et Nodier de retrouver les commanditaires et percer le mystère du faiseur d’hologramme : le sculpteur de chair.

Roulements de tambours, sonnez buccins et trompettes, voici pour votre plus grand plaisir, celui que vous attendiez depuis dix ans…..la suite de la série Empire ! Que contient cette nouvelle production de Pecau et Kordey ? En général, les suites de série sortant une décennie après sont de cruelles désillusions. La suite du Régulateur ou de Tao Bang sont là pour vous en convaincre !

« Les plus petites circonstances conduisent les plus grands événements. (…) j’aurais atteint Constantinople et les Indes : j’eusse changé la face du monde ! » Napoléon Bonaparte, MÉMOIRES DE SAINT-HÉLÈNE

empire,tome 4,jean-pierre pécau,desko,igor kordey,delcourt,uchronie,steam punk,aventures

Pecau reprend stricto sensu, les mêmes éléments des précédents tomes. Il tire les mêmes ficelles. Il développe sur une base uchronique (un peu sa spécialité) un récit d’aventures et d’espionnage. Nos deux héros (disons trois, maintenant) sont chahutés des déserts d’Afghanistan à Istanbul en passant par l’Egypte. Cela donne l’occasion à Pecau de déployer tout son univers « steam punk ». Les hélicoptères, les dirigeables, les robots en tous genres sont agrémentés à la sauce XIXème siècle. Ce foisonnement de trouvaille est éblouissant. Il faut l’avouer l’imaginaire de Pecau est impressionnant. Les décors ou les inventions deviennent ainsi des personnages à part entière. Le scénariste va jusqu’à piquer son histoire avec des personnages réels de l’époque comme Flaubert, rencontré au détour d’une échoppe. Le lecteur en redemande. Quant à l’intrigue, elle reste classique. Les rebondissements s’enchainent avec les escales des espions suivis de cliffhanger bien orchestrés. Par ailleurs, il reste un fond de géopolitique du précèdent cycle, comme une histoire parallèle. Cela permet de tisser habilement un fil conducteur sur plusieurs cycles.

Les dessins de Kordey sont identifiables au premier coup d’œil. Ils sont charbonneux, épais, expressifs et dans le ton de son scénariste. Somme toute, Igor Kordey est égal à lui-même deux lustres plus tard. Par contre, les couleurs sont toujours un peu trop sombres. Des tons vifs seront bienvenus et la lecture gagnerait en lisibilité.

empire,tome 4,jean-pierre pécau,desko,igor kordey,delcourt,uchronie,steam punk,aventures

Finalement, le contrat est rempli. L’aventure et le plaisir sont bien présents, même s’il a fallu attendre 10 ans. Pour une fois, l’attente aura été salvatrice. Pécau maitrise son sujet. Nul doute, il s’inspire des classiques du XIXème comme Jules Vernes ou Mary Shelley (Frankenstein). Le voyage de l’autre côté du miroir est garanti. Une relecture du premier cycle n’est pas obligatoire mais ravira les amateurs d’uchronie. Il pourra ainsi enchaîner 4 tomes d’aventures hautes en couleurs. Messieurs Pecau et Kordey, s’il vous plait, vite une suite à ce deuxième cycle !

Scénario a07-3e78901.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a07-3e78901.gif

Tigrevolant

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑