Murena, T7 :Vie des feux.

Auteurs : Dufaux et Delaby.
Editeur : Dargaud.

L’étincelle.
Rome, en juin 63 après J.-C., Néron vient de perdre sa fille Claudia Augusta, à l’âge de 4 mois. Pendant ce temps, aux marches de l’Empire, des Juifs défient Rome et l’empereur s’interroge sur Pierre, leur maître.

51438-dyn001_original_645_855_jpeg_2551150_83fe5a7c14494ce6bd28dd194d31070a

1, 2,3 feux !
Pas besoin de tourner autour d’un feu de joie pour constater que Philippe Delaby embrase toujours les pages avec à son dessin flamboyant .Il nous a concocté une nouvelle flambée grâce à l’excellence de ses fourneaux. A coté du chef, Jérémy Petiqueux entretien la fournaise avec ses couleurs chaudes comme la braise. C’est au milieu de ce foyer d’artificiers que Jean Dufaux enflamme son scénario avec une ardeur incandescente. Brulée notre morale moderne sur l’autodafé des mœurs romaines. Le tisonnier de la bestialité est agité dans ce brasier où l’empereur Néron sort de notre imaginaire collectif pour se présenter sous un couché de soleil nettement plus complexe que nos idées reçues.
Il vous reste à allumer le feu pour incendier positivement ce 7 ème opus de Murena pour mieux comprendre toute la beauté de cette machination antique.
Allez tous avec Johnny …allumez le feu…..
surprises.smileysmiley.com.9
On en parle sur le forum.

murena5

5 commentaires sur “Murena, T7 :Vie des feux.

  1. Les plantes ?
    Ma bibliothèque risque nettement plus avec un album si incendiaire.Il faudra que je pense à acheter une bibliothèque MDF MFR .

    J'aime

  2. J’ai apprécié le tome 7 comme j’avais apprécié les autres tomes. Cela me rappelle mes cours de Latin et l’étude des auteurs anciens…Dufaux et Delaby sont de très bons vulgarisateurs avec cette touche de sérieux et de « référence » que la série apporte. C’est cela qui fait la différence avec la série de Marini, qui semble un peu moins crédible…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :