Un Chant de Noël, d’après Charles Dickens

Scénario : Maxe L’Hermenier
Dessin : Thomas Labourot
Éditeur : Jungle
53 pages
Date de sortie : 6 octobre 2022
Genre : adaptation, fantastique, conte de Noël

« Je porte la chaîne que j’ai forgée pendant ma vie. C’est moi qui l’ai faite, anneau par anneau, mètre après mètre… Sachez, Ebenezer, que votre propre chaîne est déjà bien plus longue que la mienne. »

Présentation de l’éditeur :

Un nouveau classique adapté dans la collection Pépites !
Ebenezer Scrooge est un homme avare, égoïste, aigri par la vie. Il déteste la fête de Noël et tout ce qu’elle représente.
Un soir de réveillon, alors qu’il a été affreusement désagréable comme à son habitude, le fantôme de son ancien associé, Marley, le met en garde : S’il ne change pas rapidement de comportement, il errera lui aussi avec le poids de ses fautes pour l’éternité…
Trois esprits, trois Noëls, trois chances de devenir meilleur.

Mon avis :

En plus d’être un célèbre titre de Charles Dickens, c’est aussi un grand classique de Noël revisité à toutes les sauces audio-visuelles et littéraires. Mon premier souvenir de ce récit est sans aucun doute l’adaptation de Disney avec Picsou en Monsieur Scrooge et Mickey interprétant son employé. Autant dire que Maxe L’Hermenier et Thomas Labourot s’attaquaient là à un pan de l’enfance de bons nombres d’adultes.

Mais un challenge relevé avec brio. Le scénario de l’un suit parfaitement le texte de Charles Dickens tandis que le dessin de l’autre amène la touche de magie inhérente à ce titre. Ebenezer Scrooge a vraiment la tête à l’emploi du vieil homme acariâtre – à l’instar de De Funès dans l’Avare : nez crochu, menton proéminent, les pommettes anguleuses, de petits yeux… un personnage aux antipodes des autres protagonistes aux traits plus arrondis, lumineux avec un regard expressif, même chez les plus démunis.

Une œuvre qui a souvent eu droit à des adaptations courtes – le Noël de Mickey, par exemple, ne dure que 26 minutes. C’est pourquoi il n’y a rien d’étonnant à n’avoir que 53 pages pour le plaisir des plus jeunes qui vont découvrir ce titre. Un conte qui pourra aisément être vu à l’école grâce au carnet éducatif en fin d’album avec des jeux questions/réponses, vrai ou faux et un peu de culture sur l’époque victorienne, les auteurs de l’époque… Ce qui ajoute une plus-value à cet ouvrage déjà magnifique.

De quoi trouver un nouveau cadeau à mettre sous le sapin, qui est totalement à-propos en ce début de mois de décembre. « Un Chant de Noël », d’après Charles Dickens, n’est jamais un faux pas, et cette version est aussi excellente, destinée aux enfants et préadolescents qui devraient apprécier le scénario léger de Maxe L’Hermenier et le dessin contemporain de Thomas Labourot.

ShayHlyn.

3 commentaires sur “Un Chant de Noël, d’après Charles Dickens

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :