Elias Ferguson – tome 1 – 1937, l’héritier

Scénario : Simon Second
Dessin : Lender Shell
Éditeur : Vents d’ouest
56 pages
Date de sortie : juin 2022
Genre : aventure ; espionnage

 


« Walter Ferguson est mort. M. Elias est le seul Ferguson encore en vie. »

 

Présentation de l’éditeur

A la mort de son père en 1937, le jeune Elias Ferguson revient en Ecosse. Il est alors loin d’imaginer ce qui l’attend. Avant sa disparition, son père, scientifique de renom, travaillait sur un projet colossal : un train sous-marin, capable de relier les USA à l’Europe ! De toute évidence, l’alliage utilisé pour la construction attire bien des convoitises ! Elias va devoir reprendre les rênes de la compagnie et distinguer ses amis de ses ennemis. Soutenu par Andrew, son majordome et Francis, un ami de la famille désireux de défendre ses intérêts, cet adolescent désinvolte va faire ses premiers pas dans le monde des affaires. Mais entre les Américains prêts à tout et les agents allemands qui envisagent de l’éliminer, Elias a intérêt à apprendre rapidement les codes de ce milieu. 

 

elias ferguson-t1-pl

 

Mon avis

Voici le premier opus d’une nouvelle série qui va devoir trouver sa place au milieu d’un imbroglio de saga familiale, d’épopée industrielle et de rétro anticipation.

Elias se retrouve, malgré lui et un peu contre son gré, héritier d’une entreprise familiale dont il va devoir gérer le projet aussi incroyable qu’improbable de train sous-marin. C’est grâce à un alliage très spécial, capable de résister à des pressions hallucinantes que se projet voit le jour. Hélas, nous sommes en 1937 et l’horizon s’assombrit sur l’Europe et le monde. Aussi ce nouvel alliage attire bien des convoitises.

Ce premier tome met les choses en place en ne lésinant pas sur l’action, les intrigues, les interrogations et les surprises. Les personnages ont l’air plutôt bien construits et n’ont sans doute pas fini de nous réserver quelques surprises. Côté intrigue, le projet de train sous-marin semble un peu loufoque et peu crédible mais il s’inscrit néanmoins assez bien dans le contexte géopolitique pré seconde guerre mondiale qui a donné lieu à un bond technologique. En revanche je regrette ce ton un peu trop léger et nonchalant, surtout dans les dialogues, qui donne un air vraiment immature au jeune Elias et qui ne colle pas très bien pour le coup avec le contexte et les enjeux. Je mets ça sur le compte de la jeunesse du personnage qui n’a peut-être pas encore pris toute la mesure de son rôle. Rôle qui devra grandement s’étoffer pour que l’on s’attache à cet héritier et aux différentes époques que nous traverserons avec lui.

Le dessin de la dessinatrice Lender Shell est élégant et agréable à l’œil.

Le prochain tome confirmera, ou non, si l’on a à faire à une bonne série d’anticipation uchronique, d’espionnage, d’aventure…sans doute un peu tout ça à la fois.

Loubrun

2 commentaires sur “Elias Ferguson – tome 1 – 1937, l’héritier

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :