La Peste T3 & T4

Scénario : Albert Camus (adaptation de Ryota Kurumado)
Dessin : Ryota Kurumado
Éditeur : Michel Lafon/Kazoku
Date de sortie : 20 janvier et 7 avril 2022
185 et 192 pages
Genre : Drame

« La logique et la raison peuvent-elles l’emporter sur ce fléau ? Si ça se trouve la peste est là pour rester. »

Présentation de l’éditeur

Accompagné de son voisin Tarrou et de nombreux citoyens d’Oran, le docteur Rieux lutte contre la propagation de la maladie. Mais endiguer l’épidémie qui s’abat sur la ville semble sans espoir.
Le mangaka japonais Ryota Kurumado adapte pour la première fois en manga le chef-d’œuvre d’Albert Camus, prix Nobel de littérature.

Mon avis

C’est l’opposition entre médecine et église qui est au centre de l’intrigue du 3ème tome. Certains sont à la recherche du pourquoi, comme si le fléau avait une raison d’être. La foi lutte contre la maladie, à l’image de certaines scènes de souffrance proches de celles d’un possédé sujet à un exorcisme. Une quête de sens qui est motivée par un désespoir croissant dans la cité algérienne. Le doute est omniprésent, le spirituel se meut en philosophie. La destinée semble, comme une fatalité, contrôler ces existences.

Le principal, et non le moindre, intérêt de ce manga est qu’il ne peut que pousser son lecteur à découvrir l’œuvre originale d’Albert Camus. Il réussit à mettre en scène une tragédie humaine existentielle. Le combat contre la maladie révèle les différentes natures humaines. Cependant, cette dimension dramatique, lourde, manque malheureusement de corps.

Comme je n’ai pas lu le roman de Camus, je ne peux donc faire une quelconque comparaison. Mais force est de constater que j’ai trouvé cette série globalement statique. Les visages et les regards sont figés, il y a finalement peu de texte et de grandes vignettes qui donnent une impression de vide. Les traits des personnages apparaissent comme enjoués, les mimiques interpellent parfois et semblent en décalage avec le drame vécu, en témoignent ces incrustations de petits visages qui apportent une dimension comique gênante.

La Peste fait écho avec la situation sanitaire actuelle, en ça sa lecture est digne d’intérêt. Mais le graphisme dessert un scénario qui s’essouffle dans l’ultime tome. L’adaptation en manga d’un classique de la littérature ne doit pas être une chose aisée. Ryota Kurumado le confirme en peinant par des dialogues « légers » et des dessins globalement conventionnels à maintenir de la tension narrative.

ScénarioDessinico_Album
coeur_trois_et_demicoeur_deux_et_demicoeur_trois


Petitgolem13

Un commentaire sur “La Peste T3 & T4

Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai jamais lu de grands classiques de la littérature car je n’en ai jamais eu le goût ou l’occasion (pas fais d’études) et ce n’est pas ce genre d’adaptation qui pourrait m’en donner l’envie !🙄

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :