L’ours de Ceausescu

Scénario : Aurélien Ducoudray
Dessin : Gaël Henry
Éditeur : Steinkis
144 pages
Date de sortie : 21 avril 2022
Genre : Conte historique, Humour

« Pour l’honneur de la Patrie, nous écrasons nos ennemis afin de vivre dignement sous le soleil parmi les autres peuples, en paix. »

Présentation de l’éditeur

Le portrait tragi-comique d’une dictature en tableaux.

Que peuvent bien avoir en commun une petite fille qui se venge de sa maîtresse, un jeune homme qui manque de vocabulaire et échoue au recrutement de la Securitate, des machines à écrire qui remplacent les points d’exclamation par des points d’interrogation… ou l’ours de Ceausescu, ou plutôt l’ourson du Conducator ?

De faits réels en contes tragi-comiques, L’ours de Ceausescu dresse le portrait d’un régime ubuesque et d’une humanité pas toujours héroïque mais souvent surprenante, à la manière des grandes comédies sociales italiennes (Le pigeon ; Les monstres ; Hier, aujourd’hui et demain) ou plus récemment des Nouveaux sauvages.

Mon avis

Bon, eh bien ce n’est pas avec cette BD que mon excellente appréciation de Steinkis va se dégrader, bien au contraire. En effet, une fois de plus, l’éditeur parisien nous offre un regard original sur une région dont on ne parle peut-être pas assez (quoique, ces derniers temps…) : L’Europe de l’Est. Après le sympathique Goodbye Ceausescu, on nous parle donc ici de l’ours du dictateur… Enfin, cet ours n’est qu’un prétexte, bien sûr… D’ailleurs, il ne s’agit pas vraiment de SON ours… mais bon…

Ce que nous raconte cette BD, c’est, une fois de plus, toute l’absurdité de ces régimes ubuesques où tout n’est que corruption, obéissance plus ou moins aveugle aux ordres, d’où qu’ils viennent (il faut d’ailleurs toujours se demander d’où viennent ces ordres pour être bien certain que l’on est dans le bon camp… En tout cas, dans le camp qui détient le pouvoir au moment où l’ordre en question est émis…), et autres flagorneries d’une hypocrisie magistrale. C’est bien sur ce dernier point que l’on retrouve notre pauvre ours, victime de la vanité sans fin du Conducator autoproclamé Danube de la pensée (rien que ça…!).

C’est donc au crépuscule de ce régime que se déroule ce conte tragi-comique, mêlant une trame fictive (la réunion de ce groupe de personnage et leur « but » supposé) à des éléments bien plus réels comme la collection de chaussures d’Elena, les enlèvements d’opposants, leurs interrogatoires musclés par la Securitat ou encore les visites du couple Ceausescu dans les usines et autres écoles modèles.

Le tout est accompagné d’un très bon dessin entre Blain et Pierre-Henry Gomont dont la mise en couleur par Paul Bona est particulièrement réussie.

Voilà donc une lecture très agréable que je vous recommande si vous êtes un tantinet curieux…

ScénarioDessinico_Album
coeur_trois_et_demi coeur_trois coeur_trois_et_demi

Odradek

Un commentaire sur “L’ours de Ceausescu

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :