Seizième Printemps

Autrice : Yunbo
Éditeur : Delcourt
120 pages
Date de sortie : 13 avril 2022
Genre : jeunesse, tranche de vie, société, animaux.

« Depuis le premier jour où je suis arrivée, j’ai attendu que toi et maman veniez me chercher pour qu’on rentre ensemble dans notre maison. Mais ne n’y crois plus désormais, car ce jour n’arrivera jamais… Je ne voulais pas y croire mais aujourd’hui, je l’ai compris… »

Présentation de l’éditeur :

Un conte animalier très humain qui suit le parcours d’une petite renarde de ses 5 à 16 ans. Imaginée par la Sud-Coréenne Yunbo, cette histoire touchante ne laissera personne indifférent. Un coup de cœur !

À cinq ans, la jeune renarde Yeowoo part vivre à la campagne chez son grand-père et sa tante. Rejetée par les siennes, une poule jardinière, Paulette, devient sa nouvelle voisine. Cette dernière n’a jamais pu pondre d’œufs et considère la petite renarde solitaire comme son propre enfant. Avec son aide, Yeowoo mûrit, grandit et commence à apprécier la vie à la campagne, la vie tout simplement.

Mon avis :

La comparaison peut être facile, mais en voyant la renarde en couverture, j’ai pensé au livre pour enfants « Quand papa n’est pas là » aux éditions Kennes. Tous deux prennent un renardeau pour héros, devant affronter les aléas de la vie selon leurs âges. Mais « Seizième printemps » va plus loin.

Yunbo dépeint avec justesse les sentiments qui peuvent traverser un enfant qui est rejeté par ceux qui devraient l’aimer plus que tout au monde ! La jeune Yeowoo assiste, impuissante, à la séparation de ses parents. Mais non content de voir ses êtres chers se déchirer, là voilà abandonnée par son père qui l’envoie vivre à la campagne avec un grand-père âgé et une tante vieille fille.

C’est à la fois un crève-cœur, mais également une envie de meurtre. On comprend aisément ce que peut éprouver l’enfant à peine âgée de 5 ans, mais son caractère rebelle et têtu peut se révéler agaçant. Compréhensible, mais agaçant. Il faudra attendre l’arrivée de Paulette la poule, pour la voir s’épanouir. L’une et l’autre se complètent à merveille. Yeowoo a besoin d’une mère, désespérément, et Paulette a toujours rêvé avoir des enfants.

Un duo atypique, surtout aux yeux des villageois, mais qui prouve que l’amour n’est pas forcément là où on l’attend. La jeune renarde n’a pu trouver le soutien et l’affection auprès de ses semblables, alors qu’une poule, parfaite inconnue à l’arrêt d’un bus, va se révéler la plus proche figure maternelle qu’elle n’aura jamais ! Ensemble, elles vont s’épanouir et évoluer jusqu’à ce que la grogne de Yewoo se transforme en bien-être. Paulette, la bienveillance incarnée, va également vivre pleinement cette chance de s’occuper d’un enfant.

Une belle leçon de vie, notamment pour ces adultes égoïstes qui ont vu en Yeowoo un fardeau. Ce père qui a préféré l’abandonner pour ensuite refaire sa vie, fonder un nouveau foyer et ne jamais vouloir reprendre sa fille à ses côtés. Cette mère devenue complètement absente de tout le récit. Et même ce grand-père fatigué et loin d’être prêt à recommencer l’éducation d’un renardeau. Sans compter la tante qui est, elle-même, rester assez enfantine et vieille fille de surcroit.

Quant au graphisme, il est empli de poésie et de beauté simple de la Nature, comme ces représentations précises de fleurs en début de chaque chapitre. Un régal pour les yeux, et le cœur. À conseiller à tous les enfants du monde, et encore plus ceux qui souffrent du divorce de leurs parents.

ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :