Sakamoto Days T01

L’assassin légendaire

Auteur : Yuto Suzuki
Editeur : Glénat
Genre : Action
Sortie : le 6 avril 2022

Vu le succès que connait la série au Japon : à voir si la symbiose fonctionne pareillement avec le lectorat européen. Les lecteurs 12- 14 ans y trouveront leur compte… pour les plus âgés, il vous faudra fouiner vers des sommets plus rocailleux et instructifs !

Avis de l’éditeur :

Taro Sakamoto est un assassin légendaire, le meilleur d’entre tous, craint par tous les gangsters, adulé par ses pairs. Mais un beau jour… il tombe amoureux ! S’ensuivent retraite, mariage, paternité… et prise de poids. Sakamoto est aujourd’hui patron d’une petite épicerie de quartier et coule des jours heureux avec sa famille.

Mon avis :

Qu’est-il donc advenu du célébrissime tueur en série Taro Sakamoto ? Les meilleurs éléments de la pègre le vénéraient, de par son efficacité et son invincibilité. Dorénavant : il est bedonnant, s’est laissé pousser une moustache ridicule et passe ses journées dans une épicerie banale. Il est marié et père de famille, tombé dans l’anonymat le plus consternant. Heureusement, il a su dénicher l’âme sœur, celle qu’il lui faut, et celle qu’il lui a permis de radicalement modifier son existence. Le principal dirons-nous, c’est qu’il vive heureux.

Et pourtant, pour qu’il y ait début de récit, il est essentiel que tout parte en vrille…

Sakamoto days_T01_L-assassin legendaire_Yuto Suzuki_Glenat_extrait

Shin, télépathe et assassin de renommée, mais également son ancien subordonné n’en croit pas ses yeux lors de sa rencontre avec Sakamoto, lui, vénéré par tant d’illustres malfrats. Parviendra-t-il à exécuter son contrat, à savoir : éliminer pour le compte de l’organisation son ancien boss ?

Publié dans le Weekly Shonen Jump, autant dire une référence en matière de shonen, il va sans dire qu’on s’attend sûrement et inévitablement à du lourd. Les ingrédients du genre sont exploités comme il se doit, avec son taux d’exagération et de séquences désopilantes et iconoclastes. Le récit présente une kyrielle de protagonistes et ce dès le premier tome, de quoi vous faire saliver de toute l’étendue estimée.

Là ce sont les bons côtés, mais en affinant quelque peu au cœur des entrailles du sujet, on déplore néanmoins une certaine lourdeur bien pesante. Où donc se trouve l’originalité ? Le héros à lui seul n’inspire que très peu, pionçant dans sa boutique rudimentaire, muni de ses lunettes sans teint, devenant le temps d’un instant l’ancien super caïd qu’il était pour ensuite se réimprégner de son air désinvolte de derrière les fagots.

Bref, on ne lui demande pas de sourire, là n’est pas son but. Certes, il demeure exceptionnel en matière de baston, peut-être trop d’ailleurs, car aucun, personne, nulle entité, aucun gang, pas le moindre adversaire ne parvient à l’égratigner. Comparable au Steven Seagal (pas physiquement on vous l’assure, du moins pas durant son heure de gloire) mais dans la technique, dans le style, dans la manière à éviter, esquiver, tourner en ridicule (peut-être le public pour le compte), à désamorcer toute tentative de l’adversaire sans frémir, ne fut-ce qu’un instant.

Et c’est là que justement se pose le problème : Trop fluide, trop linéaire, trop ajusté pour ne pas corrompre le lecteur, fébrile en quelque sorte, qui s’enlise dans un versant purement académique aux coins réajustés. Et ce n’est pas par manque d’hémoglobine, pourtant bien présente dans cet opus. Mais à part les vilains, les méchants, les ennemis « terrifiants » qui se font ratatiner telles des crêpes…

Concernant la partie graphique, le lecteur pourra en effet saliver sur la justesse du trait de Yuto Suzuki plein de tonus et de dynamisme, bien que certaines planches affichent un laxisme désordonné. Les séquences d’action plairont aux jeunes lecteurs grâce à son rythme fourni.

Vu le succès que connait la série au Japon : à voir si la symbiose fonctionne pareillement avec le lectorat européen. Les lecteurs 12- 14 ans y trouveront leur compte… pour les plus âgés, il vous faudra fouiner vers des sommets plus rocailleux et instructifs !

Coq de Combat

Un commentaire sur “Sakamoto Days T01

Ajouter un commentaire

  1. Décidément, j’adore ta prose et ton langage imagé !🤣
    « … s’enlise dans un versant purement académique aux coins réajustés. » ou « … certaines planches affichent un laxisme désordonné ! »😱

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :