La Bicyclette Rouge T01  

Auteur : Kim Dong-Hwa
Éditeur : Paquet
Date de sortie : 12 janvier 2022
Genre : roman graphique, dépaysement, tranche de vie.

« Quand on vieillit, on perd la mémoire. C’est pour ça que l’on dessine tous ces chemins [Les rides] sur nos visages, pour ne rien oublier. »

Présentation de l’éditeur :

Empruntez les nombeux chemins de campagne à la rencontre des habitants de Yahwari. Vous croiserez sûrement cette bicyclette rouge, celle du facteur, qui circule doucement en harmonie avec la nature.

Avec la douceur de ses histoires courtes, Kim Dong Hwa est considéré comme l’un des plus talentueux auteurs de manhwa dans le coeur des coréens.

Mon avis :

Un instant hors du temps, au fil des saisons, des chemins parcourus par « La Bicyclette Rouge » et son passager. Kim Dong-Hwa nous plonge dans un village de campagne où deux populations se côtoient : les anciens, agriculteurs qui ont toujours vécu là, et les nouveaux, des citadins venus profiter de l’air pur loin de la ville. Notre guide ? C’est le facteur… un véritable poète, amoureux de sa région, curieux du monde qui l’entoure et qui, par son état d’esprit simple, nous donne envie de rêver.

« Quand je me rends à la poste pour l’envoyer [une lettre], j’ai l’impression de devenir riche. Comme dans mon enfance quand j’allais à la banque pour y déposer l’argent de poche que j’avais économisé.
Être auteur, c’est un peu comme être facteur. » Octobre 2002, dans la maison en bois

La bicyclette rouge_T01_Editions Paquet_Kin Dong Hwa_extrait

Des petites choses simples de la vie, qu’on a tendance à oublier à notre époque électronique, mais qui ont un énorme impact. Des souvenirs qui peuvent paraître insignifiants pour d’autres, mais tellement émouvants pour nous. Une lettre, une fleur, un baiser, … le sourire d’un(e) inconnu(e) après une longue journée, un chocolat chaud devant la TV un soir d’hiver… Une lettre d’une amie chère à votre cœur dans la boîte aux lettres.

Au travers de ces petites histoires narrées par notre facteur, on retrouve le bien-être qu’on éprouve grâce à ces moments suspendus dans le temps. On sourit quand il dépose un bouquet de fleurs des champs à « la maison du chemin bordé de peupliers » (« Comme adresse, c’est plus joli que ‘N°398’ » page 40) quand il n’y a pas de courrier pour la dame qui vient immanquablement à la fenêtre saluer le facteur. Un coup de sonnette quand il y a du courrier, deux coups quand il n’y en a pas (pour ne pas qu’elle aille dehors inutilement).

On est ému en écoutant le vieil homme veuf depuis des années qui nous dit qu’il ne pense pas tant que ça à sa femme, plutôt à ses enfants devenus grands, mais quand il songe à elle, il dépose un caillou dans son jardin – il y en a des montagnes, … et on se dit que ce titre, c’est quand même une pépite de bien-être dans ce monde de brutes !

Même le dessin invite aux rêves et à la nostalgie joyeuse. Des personnages aux traits typiquement asiatiques, un cara-design un peu simple mais rendant chaque protagoniste attachant et puis surtout : des paysages flamboyants comme il en existe seulement en Corée, des cerisiers en fleurs, des champs à perte de vue entre les montagnes du Pays du Matin Calme. Un régal pour un instant, comme dit plus tôt, suspendu hors du temps.

ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :