Les portugais

Scénario : Olivier Alfonso
Dessin : Chico
Éditeur : Les Arènes BD
131 pages
Date de sortie : 3 février 2022
Genre : société, histoire contemporaine

 


Aïe, ma tête… Vinho verde de merde…

Présentation de l’éditeur

Août 1973. Depuis plus de dix ans le Portugal de Salazar est embourbé dans un sanglant conflit colonial en Afrique de l’Ouest. Comme des dizaines de milliers de ses compatriotes, le jeune Mario préfère l’exil en France à la « sale guerre » en Angola. En passant clandestinement la frontière, il se lie d’amitié avec Nel, qui fuit lui aussi la conscription.
Les deux garçons rêvent de s’installer à Paris. Après avoir été embauchés dans une ferme, ils réussissent à gagner la capitale. Mais loin d’y couler des jours heureux auprès des belles filles qui les faisaient rêver sur les calendriers, ils se retrouvent à travailler dans des conditions précaires sur les chantiers de banlieue et à dormir dans un bidonville. Mais de ce quotidien harassant surgissent peu à peu l’espoir et la liberté.

les portugais

Mon avis

Voici l’histoire de deux jeunes hommes qui arrivent en France (terre d’asile) dans les années 70 pour fuir la misère dans leur pays et le dictateur qui y gouverne. Le premier, Nel, est un petit magouilleur qui cherche à améliorer son quotidien par tous les moyens illégaux. Le deuxième, Mario, plus honnête et sincère est venu en France pour obéir à sa mère qui ne veut pas qu’il aille combattre en Angola. Dans Paris ils vont connaître les bidonvilles, les mafieux pourvoyeurs de main d’œuvre facile et pas chère car clandestine, les contrôles de police et la violence. Leur aventure nous fait découvrir les travers de la société française et la volonté de tout être humain à se sortir d’embarras pour simplement vivre. Il est maintenant notoire que les immigrés portugais ont largement été exploités dans notre cher pays, « les gens des baraques » comme on les appelait ont, pour la plupart, commencé à travailler dans le bâtiment et se sont peu à peu intégrés à leur nouveau pays. A la chute du dictateur certains sont retournés chez eux d’autres sont restés en France comme nous le raconte cet album, témoignage d’une époque. Pour ce qui est du récit tout est dit, pour l’illustration, il faut aimer le trait de l’artiste, ses entrelacés autour des personnages ou sur leurs yeux pour montrer certaines émotions, etc. Dans l’ensemble l’histoire dira quelque chose aux lecteurs dont les parents ou grands parents ont vécu cette période (qu’ils soient portugais ou pas) mais les autres n’y verront que le récit d’un passé lointain car ce qu’ont vécu les immigrés de l’époque et leur intégration n’est en rien comparable à ce qui se passe maintenant quoiqu’on veuille nous faire croire… Et c’est un fils d’immigrés espagnols qui vous l’affirme.

JR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :