Les Dames de Kimoto

Auteur : Cyril Bonin
D’après le roman de Sawako Ariyoshi
Éditeur : Sarbacane
112 pages
Date de sortie : 2 mars 2022
Genre : adaptation de roman, société, Japon, Histoire.

« Un jour, je me marierai. J’aurai une fille et cette fille se révoltera contre moi et sera pleine d’affection pour sa grand-mère […] Mais si difficile que puisse être pour moi le présent, je dois le vivre pour que demain existe. »

Présentation de l’éditeur :

Un chef d’œuvre de la littérature japonaise plein de paradoxes : à la fois beau et cruel, sombre et lumineux, doux et amer !

« Le mont Kudo était encore voilé par les brumes matinales de ce début de printemps. La main serrée dans celle de sa grand-mère, Hana franchissait les dernières marches de pierre menant au temple Jison. L’étreinte de la main autour de la sienne lui rappelait que, maintenant qu’elle allait être admise comme bru dans une nouvelle famille, elle cesserait d’appartenir à celle où elle avait vécu les vingt années de son existence. » À travers le récit des amours, des passions et des drames vécus par trois femmes de générations différentes, Les dames de Kimoto dresse un tableau subtil et saisissant de la condition féminine au Japon depuis la fin du XIXe siècle.

les-dames-de-kimoto_Cyril-Bonin_editions-sarbacane_Sawako-Ariyoshi_extrait

Mon avis :

Souvent, quand on parle du Japon d’Antan : on imagine les Geisha, des femmes en kimono, au maquillage blanc laiteux et aux perles dans les cheveux. Et, quand on y pense, Hana y fait clairement référence. Elle a vingt ans quand elle s’apprête à se marier dans les plus pures traditions. Malgré de hautes études, c’est la femme type de la fin du XIXe siècle, dans un pays encore fortement refermé sur lui-même. Une fois mariée, elle ne sera plus la fille érudite de la famille, mais l’épouse aimante et silencieuse d’un mari ambitieux.

L’épouse de l’époque se doit de soutenir son époux, tenir son ménage et sa maisonnée (en cas de famille fortunée) et donner des héritiers. Et Hana s’y conforme avec tranquillité et musique ; donnant son avis uniquement quand son mari le lui demande et taisant les vieilles traditions de sa propre famille, même si elle y est très superstitieuse.

Ce qui est loin d’être le cas de sa fille ! Fumo, bien que soutenue dans ses hautes études par ses parents, se voit contrainte d’apprendre, en contrepartie, les mêmes arts que sa mère : la musique, la cérémonie du thé, les arts ménagers… mais avec horreur. C’est une femme de la révolte ! Le Japon s’occidentalise et elle est bien décidée à évoluer comme son pays, malgré les traditions. C’est le début du XXe siècle, les kimonos sont remplacés par des robes toujours plus courtes et des femmes de plus en plus libérées. Tant et si bien que Hana craint de voir son enfant devenir vieille fille… à tort. De cette union moderne, avec un banquier international, naîtra Hanako.

Elle aussi découvre le Japon différemment de sa mère et de sa grand-mère. En tant qu’expatriée, on lui inculque les valeurs ancestrales du Japon ; lui laissant, finalement, le choix entre la modernité, les traditions ou un savant mélange des deux…

Trois femmes, trois visions du Japon. Le roman de Sawako Ariyoshi devait être fort plaisant à lire, de même que le scénario de Cyril Bonin. On y sent un certain raffinement pour dépeindre Hana, de la vigueur avec Fumio mêlée à l’occidentalisation croissante ainsi que les effluves de la première guerre mondiale. Et enfin beaucoup de douceur et de tendresse avec Hanako qui bouclera le cycle avec, comme dit plus haut, un subtil mélange des deux états d’esprits de la femme japonaise à la croisée du XIXe et du XXe siècle.

Reste le dessin qui fait penser à une autre adaptation de roman sur le Japon « Le clan des Otori ». Les mêmes couleurs, les mêmes traits parfois trop hachurés, mais avec une pointe de délicatesse qui permet aux teintes rosées d’accrocher le regard sans l’agresser, et aux protagonistes de se fondre dans des paysages fais de villes modernes et de montagnes millénaires.

ShayHlyn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :