Glenn Ganges (dans): Le Flot des Souvenirs

Scénario : Kevin Huizenga
Dessin : Kevin Huizenga
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 6 octobre 2021
216 pages
Genre : Songes introspectifs

 » Il y a matière aux heures de la tourmente, interminables et sans perspective d’une fin ou d’une aube où on tente en vain d’oublier la vacuité du temps qui passe. Mais il y a pire encore, les nuits d’insomnie où le temps semble se contracter et nous glisser entre les doigts, amorphe. « 

Présentation de l’éditeur

Une plongée dans les profondeurs de la conscience, Glenn Ganges est le récit d’une nuit d’exploration et d’introspection.

Glenn Ganges ne sait plus à quel saint se vouer. Un soir qu’il discute avec sa compagne sur l’oreiller, il commence à faire le point sur sa vie de quarantenaire. Le dialogue aurait pu en rester là. Sauf qu’il médite, rêvasse, se remémore sa vie entière, du plus petit détail de la vie quotidienne à des décisions que tout père de famille, à un moment ou l’autre de sa vie, se doit de prendre.

Mon avis

Kévin Huizenga dessine des personnages tout en rondeurs, propose un découpage en petites vignettes, et utilise du bleu givré pour mettre en couleur un noir et blanc des plus classiques. L’album a graphiquement un côté vintage des plus évidents et des plus attirants. Glenn Ganges a un nom d’aventurier. C’est avant tout un banlieusard qui fait le point, de jour comme de nuit, sur son existence. Le Flot des Souvenirs est avant tout un flot de pensées, de réflexions, de songes et de rêves. Et pour le coup je citerai volontiers Boulet dans son album Notes : Songe est Mensonge : « Nan mais sérieusement, arrêtez de raconter vos rêves ».

Glenn Ganges flotte, au propre comme au figuré entre rêve et réalité, et pour le coup, malgré une attention et une concentration absolues, je me suis littéralement perdu.

Si j’ai aimé toute la réflexion autour du temps qui passe et la tentative d’explication scientifique et philosophique sur ce sujet passionnant, ma lecture s’est peu à peu transformée en un décryptage et/ou une traversée laborieuse dans l’esprit du héros. La plongée introspective m’est apparue comme peu accessible, comme si Glenn Ganges ne pouvait être compris que par Glenn Ganges. Alors, par exemple, la discussion sur les paroles de She’s leaving Home des Beatles oui, mais la description du jeu vidéo non.

L’album de Kevin Huizenga fourmille d’idées mais semble se disperser (volontairement ?), comme dans un rêve qu’on ne saurait raconter. La recherche graphique est remarquable, mais je me suis senti balloté entre la didactique et la poésie. Le tout m’a semblé trop expérimental. Frustrant.

ScénarioDessinico_Album
coeur_deuxcoeur_troiscoeur_deux_et_demi


Petitgolem13

Un commentaire sur “Glenn Ganges (dans): Le Flot des Souvenirs

Ajouter un commentaire

  1. Bon, ben voilà qui est clair !… Je n’aurais jamais eu envie de lire cette BD, mais ta chronique achève de me convaincre que j’aurais eu raison !… Merci !😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :