Sandman Death

Scénario : Neil Gaiman
Dessins : Chris Bachalo, Mark Buckingham, Mike Dringenberg, Colleen Doran, P. Craig Russell, Malcom Jones III, Mark Pennington, Dave McKean, Jeffrey Jones
Couleurs : Steve Oliff, Matt Hollingsworth, Daniel Vozzo, Lovern Kindzierski, Jon J Muth, Alex Bleyaert, Rob Ro
DL : 12/2021
Editeur : Urban Comics
ISBN : 978-2-3657-7940-1
NB pages : 368

« Non. Non, merci. Je donne à manger aux pigeons. »

Cette intégrale reprend le contenu de l’Absolute Death paru chez DC : cela couvre tout, ses apparitions dans Sandman sous le label Vertigo, ses propres titres (Death : The High Cost of Living et Death : The Time of Your Life), des mini récits inédits chez nous et une pléthore de bonus. Format 185x280mm pour 35€.

Dans le détail et sauf erreur de ma part quant à la correspondance de ce qui existait déjà en VF :
The Sandman #8 (1989) (En VF chez Le Téméraire #2, Delcourt/ Panini /Urban #1)
The Sandman #20 (1990) (En VF chez Delcourt/Panini #3, Urban #2)
Death talks about life (Supplément de The Sandman #46) (1993) (Panini #2)
Death : The High Cost of Living #1-3 (1993) (En VF chez Le Téméraire #1, Panini #1)
Death : The Time of Your Life #1-3 (1996) (En VF chez Le Téméraire #2, Panini #2)
Vertigo : Winter’s edge #2 (1999) (Inédit VF)
9-11 : The World’s Finest Comic Book Writers & Artists Tell Stories to Remember (2002) (The Wheel) (Inédit VF)
The Sandman : Endless Nights (1993) (En VF chez Delcourt  #11, Urban #7)

En bonus (sur une centaine de pages) :
A Death Gallery #1
The Sandman : A Gallery of Dreams #1,
The Endless Gallery #1

Death est l’un des personnages secondaires de Sandman, mais cette intégrale qui prend la forme d’un gros pavé peut tout à fait servir de point d’accès à l’univers si vous n’avez pas lu cette merveille.

Résumé éditeur (The High Cost of Living) :
Une fois par siècle, Mort parcourt la Terre pour mieux comprendre ceux dont elle recueillera les dernières paroles. Sous la forme d’une jeune mortelle nommée Didi, elle se liera tour à tour avec une adolescente, aidera une sans abri de 250 ans à retrouver son cœur perdu et encouragera une jeune étoile montante de la musique luttant pour dévoiler son orientation sexuelle.

Résumé éditeur (Panini #2) (The Time of Your Life) :
Que vaut une vie ? La jeune chanteuse nommée Foxglove connaît la célébrité ce qui l’oblige à dissimuler sa véritable personnalité au monde. Pour sa partenaire, Hazel, la réussite ne fait que les éloigner de plus en plus. Elle ne sait plus comment franchir le gouffre qui les sépare. Et pour leur enfant, il est déjà trop tard à moins qu’un marché impossible puisse être négocié avec la force la plus implacable qui soit. Leur seul espoir est un enseignement que la Mort connaît bien : l’amour, comme la vie, demande des sacrifices.

On a tous ses scénaristes préférés et Neil Gaiman fait indéniablement partie des miens. Loin des pan pan boum boum habituels qui font mon quotidien, Neil Gaiman n’a pas son pareil pour amener son lecteur à réfléchir sur le monde qui l’entoure et sa place dans la société. (Dans les années 90 avec toute une mouvance d’auteurs anglais dans le comics, on commençait gentiment à s’éloigner du no politics in my comics)

Cette incarnation de la Mort à visage humain n’y déroge pas. Elle n’est pas venue sur Terre juste pour faire son boulot de faucheuse, elle s’intéresse et côtoie des humains, les prend tels qu’ils sont avec leurs qualités et leurs (nombreux) défauts. C’est de la tranche de vie saupoudrée de mysticisme. C’est fou, mais pour un personnage apparu en 1989 (Sandman #8) cela fonctionne encore parfaitement.

Visuellement par contre il y a à boire et à manger comme toute bonne intégrale qui contient des récits aussi étendus dans le temps. L’ensemble reste plaisant même si le style d’un Chris Bachalo (par exemple) de 93 a bien évolué depuis. A feuilleter.

Si comme moi, vous possédez tout ce qui existe sur Sandman et Death en VF, je pense que la quantité de bonus et d’inédits justifie amplement l’investissement. Si vous n’êtes pas encore convaincu (Urban comics n’en fait pas mention sur leur site) cette édition nous propose une toute nouvelle traduction. Aussi, une petite comparaison s’impose. Voici donc ci-dessous une galerie maison avec : la version VO, la VF Panini (trad Geneviève Coulomb), Le Téméraire (trad David Chauvel) et donc la nouvelle traduction de Patrick Marcel chez Urban. J’en profite pour mentionner également Moscow Eye au lettrage et Cécile Rivat pour l’adaptation graphique.

Toujours aussi pertinent aujourd’hui, Death est l’une des séries que je conseille volontiers aux gens habituellement fermés aux comics, qui sort cette fois dans sa version la plus accessible et complète.

ScénarioDessinico_Album
coup_de_coeurcoup_de_coeur

JaXoM

2 commentaires sur “Sandman Death

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :