Lumière Noire

Scénario : Thomas Gilbert
Dessin : Claire Fauvel
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de sortie : 27/10/2021
Pages: 208.
Genre : Danse contemporaine, passion amoureuse, artistique, société en plein chaos.

« Arrête de te mentir, il n’y a ni pureté, ni grâce, ni beauté. Le bien est une illusion. Ta morale est un mirage. »

Résumé de l’éditeur:

Ava, chorégraphe reconnue, ironise sur le fait qu’elle vient d’obtenir une bourse pour la création d’un spectacle alors qu’elle a décidé d’arrêter la chorégraphie. Après une ascension fulgurante, Ava est vide de toute inspiration, désabusée, jugeant son art inutile face aux enjeux sociétaux du moment. Son amie Suzanne, lui conseille tout de même de monter ce spectacle et pour lui changer les idées, l’entraîne au gala de fin d’études de l’école de danse contemporaine dans laquelle Ava a été formée. Dès les premiers instants, l’œil d’Ava est aimanté par Ian, l’un des danseurs, dont la fougue et la passion sur scène, lui rappellent sa propre jeunesse. À la fin du spectacle, Ava le retrouve et sans prendre totalement la mesure de ce qu’elle est en train de faire, lui explique qu’elle travaille sur un nouveau spectacle pour lequel elle aimerait lui proposer le rôle principal. Ava n’ a aucune idée en tête mais juste l’envie de créer une nouvelle façon de danser, basée sur l’improvisation. Les deux commencent à travailler ensemble, à échanger et découvrent qu’ils partagent une certaine vision du monde, des questions sociales et écologiques et bien plus encore… La passion de leur art et une attraction l’un pour l’autre de plus en plus forte. Petit à petit, l’inspiration revient à travers un conte dont le personnage principal n’est pas sans rappeler Ian. Les deux amants s’enferment dans leur bulle créatrice, tout entiers à leur passion. Tandis qu’au dehors, le contexte social s’endurcit, le chaos que vit la société va-t-il finir par transparaître dans leur relation ? La sensibilité de ces deux passionnés les entrainera-t-elle dans les affres de l’autodestruction ?

Mon avis:

La danse me fascine car elle est le miroir des émotions, comme la plupart de ce qui est purement créatif car on y met ses tripes, son cœur et une énorme partie de soi ! Je ne vais pas me répéter par rapport au résumé que je trouve des plus complet. J’ai plus envie de me pencher sur le contexte et la personnalité de nos deux danseurs.

Ian voit en Ava son héroïne, que dis-je… Sa muse ! Il l’a toujours admirée et pour cause, c’est un peu la papesse de la danse contemporaine libérée. Depuis qu’il l’a vue à la télévision il s’est juré de devenir aussi bon danseur qu’elle, de tout sacrifier à la danse mais sans jamais vraiment l’égaler. Aussi quand elle le recrute il n’y croit pas et se remet beaucoup en question sans jamais lui avouer ses sentiments. Petit à petit il découvrira la vraie Ava et ça lui fera peur sans compter que leurs vues du futur et du monde actuel sont en totale opposition. Ian croit aux changements et c’est un militant convaincu et très engagé à tous niveaux.

Passons à Ava.

Ava est une artiste cynique et désabusée en proie à des angoisses et des peurs profondes tant sur son art que sur la vie en règle générale. Elle pense qu’il faut profiter de ce qu’on a sans trop se poser de questions et elle juge les actions écolos de Ian complètement stupides. Pour elle ce ne sont que des passe-temps pour bobos ! Mais, elle a besoin de lui, il semble calmer ses angoisses et ses peurs, elle lui pompe toute son énergie. Elle se montre finalement sous son mauvais jours et agit en égoïste pour quelqu’un de si généreux dans le partage de ses émotions. Cette nouvelle pièce l’accapare tellement qu’elle en devient presque folle, elle va devoir la présenter afin de l’exorciser !

Nos deux danseurs seront finalement très proches mais leurs divergences de vues, de sentiments, d’opinions vont les mener sur un terrain plus que glissant… Alors cette œuvre verra t’elle le jour ? Ou sera t’elle abandonnée au risque de voir la carrière d’Ava s’effondrer ? Je n’en dirai pas plus.

C’était une BD que je qualifierais de complexe dans le sens que c’est très psychologique voire psychanalytique tant les thèmes de danse, émotions et personnalités s’imbriquent l’un dans l’autre. Cela reste un bon ouvrage bien qu’un peu difficile à suivre sur fond des dérives policières et éco-politiques de la France. Ça souligne les engagements de Ian et le contexte plus que tendu que doit affronter aussi bien la jeune génération (Ian) que les trentenaires (Ava). La danse et la création reste le sujet principal de ce roman graphique aux dessins adaptés aux mouvements du corps. Bien que j’ai apprécié cette lecture, je ne suis somme tout pas plus emballée que ça… Je suis plutôt mitigée mais ça vaut la peine de le découvrir quand même 😉

Sandra/ Ithilwen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :