Brel. Une vie à mille temps.

Scénario : Salva Rubio
Dessin : Sagar
Éditeur : Glénat
64 pages
Date de sortie : 10 novembre 2021
Genre : Biographie

« « Tu as perdu la tête ? Laisser tomber un poste pareil pour… Chanter ?!« 

Présentation de l’éditeur

La route vers le succès.

À Bruxelles, en 1947, Jacques Brel a 18 ans et travaille sans passion dans l’usine de cartonnerie de son père… Il sent bien que son destin l’attend ailleurs, quelque part, peut-être dans la voix qui accompagne sa guitare. Le soir, dans les cabarets et les bars, il déclame avec émotion ses chansons violentes aux paroles sombres et crues. Ses mots captent l’attention et l’affluence se fait chaque semaine un peu plus grande. Pourtant, en parallèle, Jacques Brel mène une vie plutôt ordinaire. En 1950, il se marie et devient père par deux fois au cours des trois premières années de son union. Ses responsabilités se multiplient, et le voilà toujours plus tiraillé. Car Paris l’appelle et Brel ne pense qu’à succomber à l’espoir du succès. Contre l’avis de sa femme et de ses parents il s’en va pour la capitale parisienne et en 1954, pour la première fois, il monte sur les planches de l’Olympia. La légende débute ici. Bientôt il y aura les concerts dans toute l’Europe, sa rencontre avec Juliette Gréco, avec Serge Gainsbourg ou avec Aznavour… Mais tandis que le rêve de gloire se concrétise, Brel s’éloigne de sa famille et il en sera bien loin quand naitra sa troisième fille…

Mon avis

Vraiment, mais alors vraiment, ça serait bien que les gens qui écrivent les résumés éditeurs se mettent à lire les BD qu’ils résument… Qu’on ne se méprenne pas, j’aime beaucoup Glénat, mais ça m’embête franchement de publier une chronique avec un résumé éditeur affirmant un contresens qui, loin d’être un détail, porte sur un élément essentiel et central de l’histoire. En effet, dans ce fameux résumé il est écrit que : « Contre l’avis de sa femme et de ses parents il s’en va pour la capitale parisienne… ». Or, comme le montre l’illustration suivante et même tout ce premier tome, si la famille de Brel est effectivement contre, il reçoit en revanche le soutien inconditionnel de Miche, sa femme, contre vents et marées (et il y en eu…) et sur la durée… Y compris jusqu’à venir « s’enterrer » quelques années à Montreuil (93) qui, à l’époque, n’était pas le « village branché hyper cool » (à dire avec une voix ironique et caricaturale… Je peux me permettre, j’y habite…) que l’on connait aujourd’hui…

Bon, mais à part ce contresens malheureux dans le résumé, j’ai beaucoup aimé cette BD. D’abord parce qu’il ne s’agit pas d’un sempiternel recueil d’hommages d’auteurs qui adaptent des chansons en BD. Je ne dis pas que le genre me déplaît, on lui doit même pas mal de petits bijoux sur Brassens, Renaud ou même Brel, mais j’ai l’impression qu’on en a un peu fait le tour… Non, heureusement, ici, il est bien question d’une biographie en BD. Biographie très sérieuse quant à ce qu’elle raconte et dont la forme est particulièrement adaptée. En effet, les auteurs y mêlent des faits connus et reconnus aux pensées du chanteur, ce qui rend le récit à la fois très vivant et très intime. On vit avec lui ses doutes, ses angoisses, ses joies, ses espoirs, le tout à un rythme ni trop lent ni trop rapide. Bref, question narration, c’est du très bon boulot.

Ensuite parce qu’on y apprend des tas de choses sur Jacques Brel et que, en effet, ce garçon semble avoir eu les 1000 vies que le titre lui prête. Accessoirement, en tant que grand amateur de chanson française de qualité et bédéphile, je suis un peu le cœur de cible de ce type d’ouvrage…

Et puis, il y a le dessin… Alors moi, je ne suis pas spécialement fan du style utilisé ici… mais « moi », ça ne compte pas vraiment. Ce qui compte, justement, c’est que Sagar imprime son propre style (proche de Blain et/ou d’Henry-Gomont) à cette BD et que ça colle parfaitement au propos de Salva Rubio pour nous raconter l’histoire de Brel. Le trait et les couleurs notamment, participent à une ambiance générale très années 50, ce qui tombe plutôt bien…

Brel, une excellente surprise que ce premier tome d’un triptyque qui s’annonce passionnant.

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatre coeur_trois_et_demi coeur_quatre

Odradek

5 commentaires sur “Brel. Une vie à mille temps.

Ajouter un commentaire

    1. Tout comme moi !!! Et j’adorais…. Puis avec le temps, je l’ai oublié parce que je ne l’entend plus. Je le regrette.

      J’aime

  1. Moi je n’étais pas fan de chansons réalistes, peut-être parce que m’a mère me saoulait à chanter du Piaf ou du Aznavour à longueur de journée à l’époque des Yéyés ! Alors je me réfugiais dans le rock Anglo-saxon auquel je ne comprenais rien mais adorais le rythme.
    Mais je comprends que tu aimais Brel qui était un grand artiste.
    Je garde le souvenir de la scène où il imite Aldo la classe en marchant comme un héron !🤣
    https://gfycat.com/fr/medicalsecondarycarpenterant-lino

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :