Zaza Bizar

Scénario : Nadia Nakhlé
Dessin : Nadia Nakhlé
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 8 septembre 2021
120 pages
Genre : Journal intime onirique

 » J’ai pas osé dire un mot. Même pas oui, même pas non… j’avé trop peur que mes lettres se mélangent « 

Présentation de l’éditeur

Élisa, surnommée Zaza Bizar par les enfants de son école, souffre de troubles du langage. Roman graphique poétique sur le thème de la différence, cet album décrit le paradoxe d’une parole empêchée et d’un langage libéré. Atteinte de dysphasie, Élisa, 8 ans, est confrontée à une réalité qui ne la comprend pas. L’enfant développe son propre langage, celui de son imaginaire, propre à l’affranchir du monde réel. Au fil des pages de son journal intime, l’enfant nous livre son quotidien, ses peurs, ses doutes, l’incompréhension des adultes, les moqueries des élèves, mais aussi ses joies, ses aspirations et ses rêves.

Mon avis

C’est avant tout le traitement du sujet des troubles du langage qui a attiré mon attention sur cet album jeunesse. Zaza Bizar est le journal intime d’Elisa qui souffre de ne pas pouvoir communiquer comme les autres. L’école s’est vraiment penchée il y a finalement peu de temps sur ce qu’on appelle les dys- : dysphasie, dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, etc…

Nadia Nakhlé traite avec beaucoup de poésie ces troubles qui sont à l’origine de bien des souffrances chez les plus jeunes (et les plus anciens mais ne nous égarons pas). Élisa est au centre des moqueries de ses camarades, ressent l’inquiétude de ses parents, se rend compte de sa différence et se renferme sur elle-même. Le regard des professionnels est lui aussi globalement très mal vécu par la jeune héroïne que ce soit dans le domaine médical ou éducatif. Zaza s’isole. L’album est parfois très sombre, à la hauteur de la tristesse qu’Élisa ressent mais n’arrive pas à exprimer. Et là encore , comme souvent, tout est question de rencontres plus ou moins heureuses qui vont créer des moments charnières dans son existence. Un diagnostique est (enfin) posé, la culpabilité va pouvoir s’effacer car ce n’est pas de la faute de la petite qui en doutait clairement. Le médecin est tout sauf pédagogue mais les choses sont dites. Vient ensuite l’orthophoniste qui sait comment approcher la craintive Zaza, qui lui redonne confiance et lui ouvre les portes d’un nouveau monde. Et il y a enfin Léo, qui la comprend et qui lui permet de ne pas dépeindre un parcours scolaire totalement désastreux. L’École, si elle n’a pas tous les moyens pour aider ces enfants, manque avant tout d’enseignants formés correctement. Mais la bienveillance, elle, devrait faire loi, elle ne peut être optionnelle.

Un très bel album au sujet essentiel qui m’a particulièrement touché.

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatrecoeur_quatrecoeur_quatre


Petitgolem13

Un commentaire sur “Zaza Bizar

Ajouter un commentaire

  1. C’est en effet un sujet grave (comme le harcèlement moral) qui doit être amplifié par ce cancer que sont les réseaux dits sociaux. Ma génération et celle de mes enfants n’ont pas connu ce genre de trouble (ou il n’était pas rapporté ?). Ma petite fille qui a le même âge que Zaza a connu du retard dans sa communication mais après des séances d’orthophonie tout est rentré dans l’ordre. Il faut donc que les parents et les enseignants (si possible) soient attentifs à ces comportements.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :