47 cordes première partie.

Auteur: Timothé Le Boucher.
Éditeur : Glénat.
384 pages.
Sortie :17 novembre 2021.
Genre: roman graphique, fantastique.

« Il se passe des trucs étranges autour d’elle.»

Tu finiras bien par m’appartenir, ma jolie proie.

Un jour, une métamorphe tombe amoureuse d’un jeune homme nommé Ambroise. Elle peut changer de forme à volonté, mais des questions finissent par la hanter : quel visage doit-elle incarner pour se faire aimer ? Qui doit-elle être pour conquérir sa proie ?

Inconscient de l’obsession dont il est l’objet, ignorant la vraie nature de la créature, Ambroise cherche à acquérir une légitimité au sein de l’orchestre qu’il vient d’intégrer en tant que harpiste. C’est alors qu’il rencontre Francesca Forabosco – cantatrice aussi excentrique que renommée – qui va le prendre sous son aile. Elle lui propose un marché. S’il veut obtenir la harpe de ses rêves, Ambroise devra relever 47 défis. Un seul échec, et l’instrument lui échappe…

Mon avis.

Le nom de Timothé Le Boucher commence à jouer sur la corde sensible de nombreux fans de BD et est même souvent plébiscité par la critique et même ici c’est vous dire. En effet, son album « ces jours qui disparaissent » s’est vendu à ce jour à 100.000 exemplaires et ses albums sont maintenant attendus au tournant surtout si vous les prenez à la corde. Alors qu’en est-il de cette brique de 384 pages et de ces 47 cordes ?
Comme souvent son auteur arrive à nous étonner voir à nous désarçonner car le gaillard a l’art de nous surprendre par ses sujets et son cheminement. Ici, on nous parle de métamorphes (pas d’ Actarus !), ce qui permet à l’auteur d’amener ses personnages dans une multitude de possibilités et d’avoir plusieurs cordes à son arc. Un premier tome assez troublant avec une ambiance hypnotique où l’étrange côtoie un univers bourgeois assez décadent et sensuel. J’ai un peu du mal à vous décrire cet ouvrage surtout sans trop en dévoiler mais c’est comme parler de corde dans la maison d’un pendu, c’est un peu incongru. J’ai eu quelques fois le sentiment que son auteur tirait un peu sur la corde avec son histoire à rallonge mais pour une fois qu’on a un roman graphique qui explore toute la psyché des personnages, on ne va pas se mettre la corde au cou pour ces petites longueurs.
J’espère que Timothé ne sera pas usé jusqu’à la corde avant de nous proposer le tome 2 car c’est un travail vraiment impressionnant qu’il nous offre avec cette série. Et puis il y a plein de questions qui restent en suspens. Perso, je me demande pourquoi ces créatures s’intéressent autant à Ambroise, il doit bien nous cacher une corde celui-là.

Sambalacorde.

3 commentaires sur “47 cordes première partie.

Ajouter un commentaire

  1. Je pense que tu as bien tiré dessus, mais ne la lâche pas… On verra bien lors de la 2e partie s’il tient le bon bout car il connait toutes les ficelles et c’est lui qui les tire !
    Corde… ialement 😜

    J’aime

  2. Cet album m’a carrément accaparée lors de sa lecture. Il m’a été impossible de le lâcher avant la fin. Alors il est plus que sûr que je serai de la suite, même si je me demande encore: Où veux-t’il nous emmener ? Mon homme, lui n’a pas vraiment apprécié sauf le dessin qu’il reconnait être très plaisant. ça ne m’étonne pas, entre le fantastique et lui, il y a incompatibilité.☺
    Moi, tout m’a plu !!! ♥♥♥♥♥

    J’aime

    1. Comme Luc, étant assez cartésien, je suis assez hermétique au fantastique, mais je me laisse captiver quand c’est bien fait et surtout élégant et intrigant ! (comme La part merveilleuse…).
      Je l’ai d’ailleurs proposée dans mes coups de cœur !😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :