Dernier souffle

Scénario : Thierry MArtin
Dessin : Thierry Martin
Éditeur : Soleil
216 pages
Date de sortie :  octobre 2021
Genre : western

 


Un beau western, audacieux, brutal, ténébreux,

au graphisme et à la mise en scène redoutablement efficaces.

 

Présentation de l’éditeur

L’unique édition en couleurs du Dernier Souffle, un magistral western muet cinématographique, par le talentueux Thierry Martin !

Signé Thierry Martin, Dernier Souffle propose de suivre la traque obsédante et silencieuse, menée par un homme porté par le souffle de la vengeance. Une traque immuable aux multiples rebondissements dont les plus terribles prédateurs ne seront peut-être pas ceux qu’on imagine… Un western haletant né sur Instagram, un défi scénaristique et graphique, une improvisation maîtrisée, au jour le jour.

 

dernier souffle_pl

 

 

Mon avis

Un livre objet étonnant glissé dans un bel étui noir, qui révèle un western crépusculaire au titre évocateur ne laissant aucun doute quant au contenu. Une page, un dessin. 211 planches, 211 dessins. Pas de dialogues. Tout se déroule dans le silence assourdissant d’une forêt sombre, glacée par l’hiver. Un homme, seul, le visage déformé par la soif de vengeance va traquer sans relâche la bande d’assassins qui à buté son père adoptif, un indien. Voilà ce qu’est Dernier souffle.

L’histoire, d’une simplicité déconcertante, fait son petit effet de la première à la dernière page et tient le lecteur en haleine jusqu’au bout. Le pari un peu fou de Thierry Martin de raconter une histoire dans une bande dessinée sans un seul dialogue est vraiment réussi. Avec un trait noir gras et charbonneux rehaussé d’aplats gris-bleu, il met en scène de manière magistrale l’ambiance ténébreuse et glaciale parfaite pour ce genre. Un peu à la façon des scènes taiseuses de Sergio Leone, l’image se suffit à elle-même et c’est la mise en scène, le jeu des acteurs et leurs expressions qui racontent l’histoire. Tout cela est si bien maîtrisé que l’on voit presque les personnages bouger dans ces grandes cases.

Et dire que tout cela relève quasiment de l’improvisation ! En 2018, Thierry Martin a voulu sortir de sa zone de confort en entamant ce western sur Instagram sans savoir vraiment ou il allait. Un jour, un dessin, jusqu’en mars 2019. Se laissant entraîner par son élan il a laissé son histoire le guider dans un dessin automatique à la puissance narrative bluffante.

Voilà encore un beau western, audacieux, brutal, ténébreux, au graphisme et à la mise en scène redoutablement efficaces.

Loubrun

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :