Bob Morane : Les 100 démons de l’Ombre Jaune

Scénario : Christophe Bec, Eric Corbeyran
Dessin : Paolo Grella
Éditeur : Soleil Productions
54 pages
Date de sortie :  1 septembre 2021
Genre : aventures fantastiques

 


Elles se sont évaporées aussi mystérieusement qu’elles étaient apparues, en laissant douze cadavres derrière elles…

Numérisation_20210907 (5)_2

Présentation de l’éditeur

1952. En pleine guérilla entre le Viet-Minh et les forces françaises, Bob Morane et Bill Ballantine sont parachutés en compagnie de soldats d’élite au nord de l’Indochine. Leur mission est d’aider les troupes françaises à combattre les sympathisants d’Ho Chi Minh, ces derniers s’acharnant à vouloir mettre les français à la porte de leur pays pour en reprendre le contrôle.

Bob Morane est de retour ! L’Ombre Jaune a créé une armée de clones qui massacrent les soldats français en Indochine. Bob et Bill Ballantine se heurtent à elle et à une légende : les 100 guerriers de Lac-Long-Quan.

Mon avis

J’ai découvert Bob Morane en 1966 dans un recueil du journal Pilote (La chasse aux dinosaures) puis, plus tard, un copain d’enfance, disparu récemment, m’a fait connaître les romans de Marabout, ce fut une révolution dans ma jeunesse ! Bob Morane en bandes dessinées a connu des bons et mauvais épisodes, de grands artistes l’ont mis en images (Forton et Vance sont les meilleurs à mon avis) et la série a continué pendant des années jusqu’aux albums de Coria (au dessin un peu figé) et son essoufflement. Puis Le Lombard lance en 2015 une « renaissance » du personnage. Malgré un bon scénario de Brunschwig et Ducoudray, la série qui s’éloignait trop du personnage, sera arrêtée au deuxième numéro.

les 100 démons de l'ombre jaune

Alors j’attendais cette nouvelle mouture avec impatience et beaucoup de craintes aussi. L’album est réussi et les auteurs, Bec et Corbeyran, ont su coller à l’image immortelle des personnages de Henry Vernes. Le dessinateur Paolo Grella a illustré l’aventure en s’adaptant à l’image des héros, restée gravée par l’interprétation de William Vance, bien que son Ombre Jaune ressemble un peu trop à l’acteur Yul Brynner. Coté atmosphère tout y est aussi : jungle impénétrable, ruines ancestrales et mystérieuses, laboratoire secret et personnages bizarres. Les auteurs ont choisi d’utiliser Monsieur Ming, l’Ombre Jaune, ennemi immortel de Morane ce qui ajoute au charme de l’aventure. Cependant le récit a beaucoup de défauts. Les clones ninja femelles, bonne idée scénaristique, ne sont pas assez mises en valeur, le laboratoire clandestin de Ming est vraiment trop en avance technologique pour les années 50 et surtout, surtout, les monstres extra-terrestres de la fin, sortant de cocons en forme d’œuf où ils incubent tranquillement, nous rappellent trop une série de films à succès ! Restent les trois sbires du méchant qui sont un clin d’œil aux fameux Hink, Honk et Hunk des romans de Vernes et qui jettent, peut-être, les bases du prochain épisode.

Nous dirons donc que cet album est un galop d’essai pour une nouvelle série qui, je l’espère, nous donnera de savoureuses nouvelles aventures du commandant Morane et de son acolyte, amateur de scotch Zat 77, le rouquin Bill Ballantine.

JR

7 commentaires sur “Bob Morane : Les 100 démons de l’Ombre Jaune

Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai jamais lu de Bob Morane car depuis mon adolescence je n’ai jamais été fan de ces héros réalistes aventuriers se battant contre les méchants… je trouvais (déjà) ça ringard !🤔
    J’ai compris l’échec de l’excellent Luc B qui a commis un crime de lèse majesté en le téléportant dans notre période technologique.
    Je suis surpris par cette reprise dont les pages intérieures au graphisme moderne jusqu’à la colorisation (moche) en bleu et rose (à la mode comics) contrastant avec le côté très vintage de la couverture pour ne pas effrayer les aficionados.🙄😁

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, la couverture – superbe par ailleurs – m’a donné des (faux) espoirs sur le contenu artistique intérieur.

      J'aime

  2. J’ai un peu de mal à comprendre l’ acharnement pour cette « licence » ? Je sais que le lectorat des BD devient vieillissant mais là c’est plus que de la poussière à enlever.

    Aimé par 2 personnes

    1. Les passionnés de Bob Morane (belges pour la plupart) sont une minorité. Pour ma part, lorsque j’essaie de relire un roman je trouve que cela a bien vieilli ! cependant les derniers écrits par Vernes, tirés à peu d’exemplaires, se revendent très cher sur le net…

      J'aime

    1. Moi je reste fan car c’est toute ma prime adolescence ! mais je reconnais que ce n’est plus d’actualité… Mais William Vance, quand même quel talent.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :