Anna

Scénariste : Stéphane Betbeder
Dessinateur : Christophe Bec
Editeur : La Boîte à bulles
Genre : Drame
Sortie : le 19 mai 2021

Avis de l’éditeur :

Oscar se voit comme un dominateur-né qui aime être entouré de courtisans ou plutôt de souffre-douleur. Accompagné de sa bande de suiveurs, il prépare l’exposition qui imposera à tous l’ampleur de son talent.

Mon avis :

Anna est une suicidaire dans l’âme, mais plus elle attente à sa vie, plus elle se loupe. Elle vit dans le même immeuble qu’Oscar, un prétentieux, avide de pouvoir, et dominateur de surcroît. Il fut un temps où il a aimé Anna, comme tant d’autres femmes, mais comparable à une machine infernale sans remords ni regrets, il prend puis… il jette.

Anna_Christophe Bec_Stephane Betbeder_La boite a bulles_p21

Et puis, il y a les autres, les suiveurs de ce petit monde aristocratique, tous persuadés avoir un rôle bien défini à jouer sur Terre, et à suivre communément un mouvement, sans trop savoir à quoi se rattacher. Hervé, 24 ans et puceau ; Barbara la blonde platine attirée par le fric ; Mathilde la dominée par nature, véritable souffre-douleur et puis Antoine, l’ami fidèle d’Oscar qui par moment devient son rival. Pas vraiment de réels amis, mais suffisamment proches pour trinquer ensemble, encore et encore, tous au cœur d’un stratagème manipulatoire auxquels ils prennent place…

Voici pour le moins un roman graphique à la fois subtil et décousu. Comprenons-nous : Il y est question de subtilité nécessitant de lire entre les lignes. Certes, les interconnexions entre protagonistes se résument à des conversations anodines liées par le quotidien d’existences banales mais prônant la bourgeoisie, ses ragots, ses tendances. Décousu car le lecteur aura bien des complications à saisir le leitmotiv de Stéphane Betbeder entre les semi-liaisons de certains, l’avarice et ce pouvoir dominateur véhiculé par d’autres.

Anna_Christophe Bec_Stephane Betbeder_La boite a bulles_p23

Anna aurait pu s’intituler Oscar ou Barbara, les différents héros du récit jouant leur rôle de manière comparable. Tout du long des ces 100 pages de récit, on côtoie le vécu de ces âmes quelque peu perdues, sans trop calibrer les tenants et les aboutissants de ce que cela implique. Toutefois, au final, on se questionne sur les réelles intentions du scénariste, ce one shot s’achevant comme il a débuté.

Et c’est sans compter la difficulté graphique évoluant en dents de scies. Un style propre à Christophe Bec, diffusant un effet proche de la photographie à l’ancienne, en noir et blanc, au trait nerveux et à l’encrage épais.

Pas sûr que cela plaise à tout un chacun, bien que ciblant un public porteur de ce style graphique.

Voici donc un titre mystérieux et qui le demeurera, réservé peut-être à une classe gratinée qui en saisira tout son sens. Ni mauvais, et encore moins parfait, il a cependant  le mérite d’exister.

Coq de Combat

3 commentaires sur “Anna

Ajouter un commentaire

    1. Il en a fait un bon paquet au dessin quand même.
      Entre le scénario incompréhensible et le graphisme très photoshopé, ça ne donne pas du tout envie !🙄

      J'aime

  1. j’ai bien aimé le dessin mais pas du tout l’histoire en elle même. Album revendu de suite !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :