Le grand silence

Dessin : Sandrine Revel
Scénario : Théa Rojzman
Editeur : Glénat
Sortie : 02/06/2021.
Pages: 128
Genre : Maltraitance infantile, abus sexuels, roman graphique.

« J’ai un animal qui pousse sous mon lit et il est dégoûtant…Moi aussi, j’ai un animal qui a poussé ! … Je vais t’appeler Onte !… Moi je vais t’appeler Aine… »

Résumé de l’éditeur:

« Il faut en parler, nécessairement. » 

Sur une île inconnue où vivent des humains qui nous ressemblent, une sorte d’usine géante œuvre depuis toujours. Cette étrange usine a pour mission d’avaler les cris rendus muets des enfants.
Elle s’appelle Grand Silence…
Dans un conte pour adultes aussi beau que son sujet est délicat, Théa Rojzman et Sandrine Revel livrent un roman graphique puissant qui explore sans brutalité ni complaisance un fléau que l’on préfère ignorer : celui des violences sexuelles commises sur les enfants.

Mon avis:

Comment parler de l’impensable, de l’innommable sans tomber dans les propos crus et les images choquantes ? Comment aborder un fait de société, une horreur, qui est encore tellement tabou.. .Des ces choses qu’on murmure et pour lesquelles on s’horrifie devant le JT de 19h avec des invectives choquées et des larmes… Ces faits dont on ne parle jamais en pleine lumière et qui pourtant ont besoin d’être révélés ! Tous le monde est au fait que ces ignominies existent mais en parler ouvertement dérange ! Or, c’est le projet de l’auteure de ce roman graphique : briser les tabous ainsi que ce grand silence qui entoure les enfants abusés !

Cet ouvrage ne tombe pas dans le sensationnel, bien au contraire, cette thématique est développée tout en douceur avec des propos et dessins détournés. On comprends clairement ce qui s’est passé et que les enfants souffrent. Tout se déroule dans un univers imaginaire peuplé de métaphores. L’accent est mis sur le tabou et la souffrance des victimes qui s’enfoncent dans la douleur et le silence car elles n’osent pas en parler. Un ouvrage sans propos glauque et dessins angoissants qui permet d’être lu sans être confronté à la réalité brutale et agressive.

Une BD nécessaire pour libérer la parole des victimes ou tout du moins faire tomber les barrières.

Finalement tout peut-être abordé avec ce type de document tant que la façon de le présenter est adéquate ! Tant de sujets ont déjà été traités dans des ouvrages de types divers alors pourquoi pas celui-là ? Il était temps que cela soit fait selon moi, comme je l’ai dit, on regarde les infos au JT et puis après, somme toute, on passe à autre chose ! Cet ouvrage est donc pour moi indispensable ! Ce projet est vraiment bien mené : toute la douleur, la peur et les conséquences à longs termes sont exprimées avec une grande subtilité, douceur et profondeur. Un livre triste et poignant à la fois, mais où subsiste l’espoir d’aider et de réparer ces enfants détruits par des sévices qui ne devraient même pas exister !

Un document que je recommande chaudement à tout un chacun et je dirais même aux professionnels de l’enfance, aux professeurs, éducateurs etc. Car il peut-être un très bon outil pour l’accompagnement de ces enfants blessés.

Sandra/Ithilwen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :