Les artilleuses – tome 2 – le portrait de l’antiquaire

Le portrait de l’antiquaire

Scénario : Pierre Pevel
Dessin : Etienne Willem
Éditeur : Drakoo
48 pages
Date de sortie :  mai 2021
Genre : aventure, fantastique, fantasy, policier

 


« Si seulement nous savions ce qu’est cette sigillaire ! C’est pour elle que Cristofaros a été assassiné… »

Présentation de l’éditeur

Si rien n’explose, c’est qu’elles se sont trompées quelque part. Nous sommes en 1911, dans le Paris des Merveilles. Les Artilleuses – Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling – viennent de voler la Sigillaire, une bague mystérieuse qui leur vaut bien des ennuis avec la police, mais aussi avec les agents du Kaiser. Et voilà que le 2e Bureau entre dans la danse. Pour se sortir du pétrin, les Artilleuses n’ont pas le choix : elles doivent découvrir le secret de la Sigillaire et faire parler la poudre. 

 

les artilleuses t2_pl

 

Mon avis

Lady Remington, Mam’zelle Gatling et Miss Winchester reviennent faire parler la poudre dans ce deuxième épisode. Elles ont volé une mystérieuse bague, la sigillaire, pour le compte d’un non moins mystérieux commanditaire. La police, les services secrets allemands et le bureau des affaires féériques sont à leur trousses ! Les voilà donc dans une folle cavale aidées par leur complice, le génial petit gnome Hugo Barillet et son chien mécanique Tiboulon.

Les aventures des artilleuses sont de plus en plus trépidantes et dynamiques et ne laissent aucun répit au lecteur. De l’action et des rebondissements, il y en a à toutes les pages. L’intrigue avance à petit pas et le mystère ne fait que s’épaissir, mais on passe un bon moment avec ces charismatiques et élégantes demoiselles à la gâchette facile. Que recèle cette étrange bague tant convoitée et qui fait tant parler la poudre ? Il faudra attendre le prochain volume pour connaître le dénouement de cette affaire.

Le Paris merveilleux qui sert de terrain de jeu aux Artilleuses est étrange et crédible à la fois. Dans un mélange de décors de la belle époque et de steampunk light, on y croit fermement et on ne s’étonne pas de croiser à un coin de rue un elfe ou un gnome. D’ailleurs, La touche fantastique est assez légère et subtile. Elle n’est pas prédominante à tel point qu’on en oublierai presque le côté fantasy de cette série. Peut-être que le tome 3 nous révélera un peu plus de ce monde parallèle et de ses habitants.

Etienne Willem assure au dessin ! Avec une mise en scène ultra dynamique, il fait honneur à l’action et nous offre des scène assez bluffantes. Les courses poursuites et les coups de feu sont d’une efficacité redoutable.
Avec les artilleuses on est assuré d’une trépidante et pétaradante balade dans le Paris des Merveilles de la belle époque.

Loubrun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :