Montagnes Russes

Scénario : Gwénola Morizur
Dessin : Camille Benyamina
Éditeur : Grand Angle
80 pages
Date de sortie : 2 juin 2021
Genre : Tranche de vie, drame humain.

Une histoire d’amour et d’amitié : de celles qui nous prennent par surprise, nous oxygènent et nous métamorphosent.

Présentation de l’éditeur :

Aimée et Jean rêvent d’avoir un enfant. C’est devenu une idée fixe et les échecs successifs de procréation médicalement assistée sont de plus en plus durs à accepter. Dans la crèche où Aimée travaille, elle fait la connaissance de Charlie, qui élève seule ses trois enfants, et vient inscrire Julio, son petit garçon. Lorsqu’Aimée prend sous son aile l’enfant de Charlie, un lien se tisse entre elles, plus grand et plus fort qu’elles ne l’auraient imaginé. Une histoire qui nous entraîne sur les montagnes russes, dans ces hauts et ces bas qui ressemblent à la vie, et les sensations fortes qui les accompagnent.

Montagnes Russes_Gwenola Morizur_Camille Benyamina_GrandAngle_extrait

Mon avis :

Au début de cet ouvrage, une tragédie. Pas celle qu’on lit dans la présentation du livre, une autre, vécue par beaucoup de mères et qui laisse une trace indélébile quand il n’y a pas de happy end : la perte d’un enfant !

On voit Aimée se promener dans une fête foraine avec un bambin dans les bras, lui montrer les montagnes russes et puis, quand elle lui achète une barbe à papa, le déposant juste le temps de payer la sucrerie… et plus d’enfant ! Il a disparu dans la foule, impossible de le retrouver… et c’est le réveil brutal dans une réalité toute autre !

Aimée et Jean ont beau s’aimer tendrement, passionnément, … ils n’arrivent pas à avoir d’enfant. Un premier constat que le lecteur découvre quand la jeune femme ouvre son miroir à pharmacie dans la salle de bain et qu’un nombre incalculable de tests de grossesses jonches les étagères.

« Arrête… On avait dit plus de tests. Tu as les résultats de la prise de sang ce soir ! »

Malgré tout l’optimisme du monde, ce test sera négatif… encore un. C’est le quatrième. Le ventre d’Aimée, dessinée en couverture par Camille Benyamina, ne s’arrondira pas. Pas cette fois, pas encore… alors que celui de Charlie, une jeune mère célibataire, a déjà vu trois grossesses venues à terme. On a presque envie de crier à l’injustice. Comment une femme accumulant les coups d’un soir arrive-t-elle à donner la vie alors qu’une autre, épouse et femme épanouie n’y arrive pas ? Un affreux coup du sort que Gwénola Morizur a tenu à raconter, prenant pour modèle des proches qu’elle remercie en début d’ouvrage.

Montagnes Russes_Gwenola Morizur_Camille Benyamina_GrandAngle_extrait2

Une œuvre poignante qui dépeint la vie de bon nombre de femmes, de couples, qui sont faits pour être parents et qui pourtant, par faute de fertilité, n’y arrivent pas. Le combat de ces gens dans les hôpitaux pour essayer, encore et encore, alors que c’est si facile pour d’autres. Un contraste d’autant plus marqué par cette rencontre entre Aimée, la brune désespérément désireuse d’être mère et Charlie, la blonde insouciante qui pourrait tomber enceinte en clignant des yeux si elle n’y prenait pas garde. 

Autant le scénario que le dessin est d’un réalisme marquant, pourtant adouci par une colorisation pastel. Des teintes qui s’harmonisent avec le dessin de Camille Benyamina, lui-même en phase avec ce scénario à la fois tendre, poétique et d’une telle cruauté de la Nature signé Gwénola Morizur.

C’est la réalité de tant de gens. C’est la vie, tout simplement. Comme les montagnes russes avec ses hauts et ses bas ; les moments d’accalmie et les chutes en piqué. Le vertige, les sensations fortes, … Mais étrangement, on a envie d’y croire, pour toutes les Aimée et les Charlie du monde !

ShayHlyn.

5 commentaires sur “Montagnes Russes

Ajouter un commentaire

  1. Bon jour,
    En fait, l’on croit trop souvent que ceux qui s’aiment, s’aiment vraiment et inversement ceux qui du paraître sont en discordance ne s’aiment pas … car l’amour ne fait pas tout, c’est seulement une constante parmi d’autres …

    Remarque : « … la jeune femme ouvre son miroir à pharmacie dans la salle de bain… » coquille sur : miroir au lieu de tiroir ?

    Max-Louis

    J'aime

    1. Je ne pense pas que ce soit une coquille car il est courant de trouver dans sa salle de bain, au dessus du lavabo, une armoire aux portes miroir qui s’ouvrent sur des étagères « jonchées de… » !😉
      Belle chronique Jeanne !

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :