Shikabana – Fleur de cadavre T2

Auteur : Kei Monri – d’après l’œuvre originale de Nojo
Editeur : Glénat
Genre : Fantastique
Sortie : le 6 janvier 2021

Avis de l’éditeur :

Tsuyu Shitoyagawa est attaqué par sa petite amie Mizore, revenue à la vie sous la forme d’un monstre appelé “kuroe”.

Mon avis :

Mizore, une jeune femme victime d’un accident de la circulation, décède. Son petit ami, Tsuyu, conserve son cadavre suite à une demande manuscrite particulière. Peu de temps plus tard, celle-ci reprend vie sous une apparence monstrueuse en tant que « kuroe » et tente de nuire à son ancien copain.

Plus que tout, Tsuyu espère que sa bien aimée reprenne sa forme initiale mais c’était sans compter sa contagion… dorénavant, le jeune homme est considéré comme un « mort errant »

Shikabana – Fleur de cadavre T2 - extrait

Voici un seinen dont les apparences sont plus que trompeuses. Kei Monri nous ballade sur un thème à maintes fois utilisé : la résurrection et les anomalies qui découlent de celle-ci. D’une part, les véritables humains, de l’autre les Kuroe, des œufs prisés sur les marchés clandestins, capables de décupler la vitalité, les performances et l’espérance de vie. Mais le concept est fortement plus complexe qu’il n’y parait. Déjà, nous faisons face aux morts errants, ceux et celles contaminés par les Kuroe, come c’est le cas de notre héros, qui peu à peu bascule vers un état de transe et de folie. Ensuite, tout se complique, lorsque un humain développe l’une des tares sans tout de suite s’en rendre compte, et contamine d’autres personnes à son insu ; notamment des transformations physiques en créatures monstrueuses (des tentacules qui jaillissent hors du corps humain, une caractéristique fortement répandue dans des mangas de monstres Kaijû)

Une trame qui séduit sans pour autant nous en mettre plein la vue non plus. La faute à un fil conducteur qui jongle entre séquences intrigantes et nombreux ingrédients bien trop difficiles à saisir. A plus d’une reprise, le lecteur se sentira dépassé par la succession interminable de situations trop formatées, voire inexplicables.

L’autre bémol se note au niveau de la partie graphique, loin de nous enthousiasmer également. Trop stéréotypé, affichant un trait on ne peut plus conventionnel, brouillon à plus d’une reprise, Shikabana ne marquera pas les mémoires, c’est d’autant plus dommage que les bases soient plus que convenables.

Coq de Combat

Un commentaire sur “Shikabana – Fleur de cadavre T2

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :