L’homme sans sourire

Scénario : Louis
Dessin : Stéphane Hirlemann
Éditeur : Grand Angle
72 pages
Date de sortie : 03 février 2021
Genre : Conte dystopique


– Souriez chambellan, c’est la loi !

Présentation de l’éditeur

“Sauver ou être sauvé ? Un dilemme qui ne prête pas à rire.”  

Monsieur Hubert 31-36 est un «homme sans sourire». Dans son royaume, toute forme de joie est interdite aux « Sinistres », les gens du bas peuple. Le moindre manquement à la loi entraîne de terribles sentences. D’ailleurs, Monsieur Hubert porte encore les cicatrices infligées par le régime totalitaire pour un simple rire étouffé durant son enfance… Un jour, il rencontre par le plus grand des hasards la fille du roi, Monsieur Joyeux. Perdue et hilare, la princesse n’a pas conscience des risques qui la guettent ici-bas, car la police du Sourire n’a que faire de qui l’on est… Transi de peur, Monsieur Hubert doit à tout prix faire taire cette joyeuse écervelée, qui les met tous les deux en danger.

 

Mon avis

Après les 5 adaptations de 1984 parues d’un coup ces dernières semaines (merci le domaine public !), on pourrait croire que L’homme sans sourire en est une 6ème qui ne dit pas son nom. Que nenni chers amis, que nenni ! Comme vous le démontrera une fois encore cette BD, les apparences sont parfois trompeuses… Certes, il est ici question d’une société totalitaire particulièrement surveillée, certes, le pouvoir fait souvent preuve de cruauté pour arriver à se maintenir, mais, malgré tout, l’idée est ailleurs…

C’est un peu délicat de vous en parler sans dévoiler le mystère qui se cache derrière cette histoire (et ce serait vraiment dommage), mais, en revanche, je peux vous dire que j’ai beaucoup aimé le dessin d’Hirlemann et la mise en couleur de Vera Daviet. Côté ambiance, on est un peu entre La nef des fous, Horologiom et V comme Vendetta, avec parfois un chouilla de Cités obscures lorsqu’il s’agit de donner quelques perspectives sur cette ville écrasante au gratte-ciels interminables. Ça vous situe tout de même le niveau. D’autant que le Brazil de Terry Gilliam n’est jamais très loin…

Côté scénario, et donc, sans rien dévoiler, j’ai également aimé la vision des systèmes politiques totalitaires et, notamment, de leurs enchaînements aux dépens systématiques du peuple oppressé mais par ailleurs sournoisement manipulé. Le fait également qu’aucun personnage spécialement positif ne ressorte de cette histoire est assez intéressant dans la mesure où cela s’explique par la confession finale (Non ! Non ! Non ! je n’en dirai pas plus…).

Alors oui, c’est bien l’histoire d’un homme sans sourire, circoncis des zygomatiques à la naissance, qui rencontre la princesse dont il est secrètement épris depuis longtemps et qu’il va devoir secourir. Mais c’est en fait bien plus que cela…

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatrecoeur_quatrecoeur_quatre

Odradek

5 commentaires sur “L’homme sans sourire

Ajouter un commentaire

  1. Difficile de parler de cette BD ! Tu t’en sors très bien et tu as trouvé des références très justes !
    J’ai bien aimé aussi, titillé tout au long de la lecture par le mystère sous tendu par la narration.
    4/5 aussi 👍

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :