Peer Gynt – Act I

Auteur : Antoine Carrion
d’après l’œuvre d’Henrik Ibsen
Éditeur : Soleil, collection Métamorphoses
Date de sortie : 17 février 2021
92 pages
Genre : adaptation, théâtre, aventure, mythes et légendes

« Rappelle-toi donc que la vue est la source de l’irritante et amère lessive des larmes. » Peer Gynt (Le Vieux du Dovre, II), trad. Régis Boyer , p.125, Garnier Flammarion, n°805

Présentation de l’éditeur :

Peer Gynt s’impose comme une quête époustouflante autour de l’identité, entre satire, drame et humour.

Peer Gynt est l’adaptation en deux tomes d’une pièce de théâtre d’Henrik Ibsen. Cet opus adapte les actes I, II et III, le second, les actes IV et V. Antoine Carrion propose une relecture inspirée par le romantisme du XIXe siècle afin d’en épouser les reliefs dramatiques. Peer Gynt se rêve empereur, faisant le tour du monde. Des ambitions loin de son quotidien de paysan. Mais tout a un prix…

Peer Gynt_Act I_Antoine Carrion_Henrik Ibsen_Soleil_Metamorphose_extrait

Mon avis :

Peer Gynt, le personnage, on l’aime ou on ne l’aime pas. Il est arrogant, prétentieux et ses récits sont rocambolesques. Du coup, selon qui lira ce diptyque, on aura envie de le croire… ou pas !

Mais n’allons pas trop vite en besogne, « Peer Gynt » est avant tout une pièce de théâtre. Son auteur, Henrik Ibsen (20 mars 1828 – 23 mai 1906) est un dramaturge et poète norvégien qui semblait très engagé politiquement et philosophiquement, ce qui se ressent dans ses œuvres, et même dans celle-ci. Une autre Jeanne, Jeanne Pailler, disait d’ailleurs de lui qu’il était un « auteur de drames historiques et de pièces intimistes, considéré comme un réformiste acharné par les uns, comme un conservateur par les autres ».

Une dualité qu’on retrouve un peu dans son personnage. Peer Gynt a grandi dans une famille aisée, mais dont le père dilapidait la fortune à grand coup de fêtes et d’alcool à profusion ; tant et si bien que les Gynt se retrouvèrent sans le sou très rapidement. Peer ne pouvait plus que se vanter de ce faste d’antan et raconter des fariboles à qui voulait l’entendre. Les joyeux lurons du village étaient toujours quémandeurs, les ouvriers peinant au travail, eux, n’en pouvaient plus d’entendre ce fanfaron. D’autant que ce dernier avait l’art de séduire les dames, même la veille de leur mariage…

Peer Gynt_Act I_Antoine Carrion_Henrik Ibsen_Soleil_Metamorphose_extrait2

C’est d’ailleurs lors des noces d’une belle blonde que Peer décide de s’enfuir avec elle, l’emmenant dans la forêt pour lui prendre sa virginité. Mais à croire que la nuit porte conseil, à l’aube, le jeune homme abandonne sa dulciné, prétextant qu’il n’aurait jamais dû car il en aime une autre ; une jeunette frêle et innocente qu’il ne peut malheureusement pas rejoindre car elle réside au village où notre héros n’est clairement plus le bienvenu ! C’est donc dans la forêt enchantée, remplie de trolls et autres créatures du folklore scandinave, que Peer va poursuivre son aventure, en quête de lui-même et de ses attentes dans la vie.

Un ouvrage très énigmatique dans lequel il est difficile de savoir ce qui est vrai ou chimérique. Mais dans tous les cas : c’est magique ! Peer Gynt, bien que trop fanfaron pour beaucoup, n’en reste pas moins un homme attachant dont on suit les pérégrinations avec délectation. Son histoire de chevauchée sur un bouquetin, sa rencontre avec la princesse des trolls, sa cabane dans la forêt pour fuir les habitants du village, … sans oublier son amour pour Solveig (aucun lien de parenté avec Martincomprendra qui peut) et sa déférence envers sa mère à qui il en fait voir de toutes les couleurs, pauvre Aase.

Si de prime abord, le dessin en dégradés de noir et de blanc s’annonce triste pour une épopée folklorique, au fil des pages, on constate que ce choix d’Antoine Carron, l’auteur, ne fait que rendre justice à la tragédie théâtrale. Les déclamations au sommet d’une montagne, dans le gouffre du royaume troll, au pied du lit de mort de la vieille veuve, … tout est amplifiée par ce simple choix de couleur.

Et alors que Peer Gynt s’apprête à quitter la Norvège en fin de tome, une seule envie nous prend : connaître la suite de ses aventures !

ShayHlyn.

2 commentaires sur “Peer Gynt – Act I

Ajouter un commentaire

  1. Ah moi je suis conquise. J’ai vraiment hâte de lire la suite. Je suis rarement déçue par la collection « métamorphose » des éditions soleil

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :