Viva l’Anarchie ! la rencontre de Makhno et Durruti – 2de partie

Scénario : Bruno Loth
Dessin : Bruno et Corentin Loth
Éditeur : La boîte à bulles
112 pages
Date de sortie :  20 janvier 2021
Genre : Histoire


Les communistes, comme les nationalistes ou les impérialistes, ne veulent qu’une chose : le pouvoir !

 

Viva l'anarchie !

Présentation de l’éditeur

Dans Viva l’anarchie !, Bruno Loth met en images le parcours de deux anarchistes emblématiques, Buenaventura Durruti et Nestor Makhno, jusqu’à leur rencontre en 1927.
A cette occasion, les deux hommes partagent leurs souvenirs, les grands évènements qui ont marqué leur vie tout en confrontant leur vision des idéaux anarchistes. Alors que dans le premier tome, chacun évoquait la genèse de ses convictions politiques et ses débuts d’activiste, ce second volume traite davantage des opérations d’envergure visant à mettre en pratique leurs idéaux : Makhno en Espagne et en Amérique latine, Durruti en Ukraine durant la révolution de 1917.
Une suite et fin aussi passionnante qu’instructive, sur des pans souvent oubliés de l’Histoire européenne…

Viva l'Anarchie ! 2

Mon avis

Il fut une époque pendant laquelle des gens se battaient pour avoir une meilleure vie et sortir du joug où les maintenaient les nantis et dictateurs de tout poil. Les idéaux anarchistes rêvant d’un monde sans état dont les travailleurs et paysans vivraient en harmonie et conviendraient ensemble de l’organisation sociale en étaient l’une des thématiques.

Bruno Loth part de la rencontre, en 1927, entre deux figures anarchistes du début du vingtième siècle,  Nestor Makhno et Buenaventura Durruti, pour dresser un aperçu historique de leurs actions révolutionnaires. Nestor Makhno en Ukraine combattant le Tsarisme, les armées austro-allemandes d’occupation et les Armées blanches pour la liberté de son pays. Trahi par les bolchéviks, faux alliés, qui voulaient annexer l’Ukraine, il mourra usé et dans la misère à Paris en 1934. Buenaventura Durruti, figure de l’anarchisme espagnol, combattra  à Cuba dans la clandestinité et mourra, les armes à la main, en défendant Madrid de l’insurrection fasciste en 1936. Prônant l’action violente et le meurtre, l’anarchisme n’existe plus aujourd’hui (et n’a rien à voir avec les extrémistes encagoulés casseurs de vitrines lors des manifestations) mais le souvenir de ces combattants aux nobles idéaux demeure et il est bon que cet ouvrage nous les rappelle.

JR

chronique du tome 1 : ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :