Jour J T42

 Le grand secret 1/3

Scénaristes : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Brada
Editeur : Delcourt
56 pages
Genre : Historique
Sortie : le 14 octobre 2020

Avis de l’éditeur :

Après sa défaite à la bataille d’Angleterre, Londres n’a pu faire autrement que de demander un armistice à Hitler.

Mon avis :

New York – 1943. Alors qu’une conférence de paix où le premier ministre britannique a revendiqué des négociations pour mettre un terme à la guerre, le FBI quant à lui scrute et surveille tout un chacun. Une équipe d’enquêteurs du « Bureau 103 » à la solde de la Maison Blanche décortiquent des photos en Europe occupée, particulièrement en Pologne près de Lwow..

Ignorant ce qui s’y déroule réellement, montrant des camps construits par des prisonniers juifs qui sont photographiés de manière aérienne, les enquêteurs piétinent et manquent de clairvoyance quant aux activités machiavéliques ayant lieu.

jour

L’une des membres du Bureau 103, l’irlandaise Mary Kate Denaher reçoit une clé d’un informateur polonais lui précisant que la Brigade Lincon allait débarquer. Mais les assassins du SD Heyrich ont des yeux partout et la prennent en filature. Etant donné que le dit Bureau 103 est sur la sellette et que le juge MC Carthy et sa milice pro-nazi tentent de les démanteler, rien d’anormal que d’utiliser un agent manipulé pour renforcer la circulation de fausses informations…

Tandis que la jeune femme quitte le Bureau 103 pour commander le petit déjeuner, à son retour, celle-ci ne peut que constater les dégâts : Tous ses précieux collègues ont été sauvagement assassinés par un commando allemand. Commence dés lors une traque pour la nuire et récupérer cette fameuse clé de consigne relevant d’informations capitales.

Seule option pour la survivante en cas de force majeur : contacter Maître Donovan – un prestigieux avocat républicain. Mais l’étau se resserre et la chasse prend des proportions troublantes.

jou

Le tandem Fred Duval & Jean-Pierre Pécau nous ballade au travers d’agents doubles, certains exécutant les tâches pour le compte des nazis, d’autres pour le KGB. Et néanmoins, toute la trame tourne autour d’une républicaine irlandaise, photographe de guerre s’étant illustrée en 1937 à Barcelone. Journaliste de guerre, son passé tumultueux la reliera à une certaine photo devenant la cible à abattre pour les forces nazies.

La partie graphique signée Brada se veut juste en connexion avec l’état historique des années 40. Le récit de ce premier tome se déroule majoritairement à New York où l’on peut s’attarder autant sur les tenues vestimentaires que les différentes cylindrées arborant les routes.

Le découpage éclectique, les décors relativement bien fournis ainsi que les angles de vue permettent de s’immiscer sans réelle retenue. Malheureusement, et c’est un cas de figure omniprésent sur bien d’albums de la saga Jour J, que dire de cette approximation des faciès des protagonistes, montrant certes une vive émotion telle que la peur ou la colère, mais surjouée ou mal calibrée, donnant du coup un résultat peu convaincant.

Coq de Combat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :