Nestor Burma – tome 13 – les rats de Montsouris

Scénario : Emmanuel Moynot
Dessin : François Ravard
Éditeur : Casterman
62 pages
Date de sortie :  septembre 2020
Genre : policier


Chantage et cambriolage ne font pas toujours bon ménage !

 

Présentation de l’éditeur

Paris, été 1955. Burma est engagé simultanément par deux clients résidant dans le 14e arrondissement. L’un, Ferrand, un ancien compagnon de captivité pendant la guerre, demande l’aide du détective pour une histoire de cambriolages en série.
L’autre, un riche bourgeois du nom de Gaudebert, veut découvrir qui s’amuse à le faire chanter. À première vue, rien de commun à ces deux affaires. Pourtant, il n’y a pas de hasard et Dynamite Burma va vite découvrir qu’elles sont en fait liées toutes les deux à la tristement célèbre bande des Rats de Montsouris, un gang de cambrioleurs spécialisés dans les caves parisiennes.

nestor burma t13_pl

Mon avis

C’est toujours un réel plaisir pour moi que de me plonger dans une aventure de Nestor Burma. D’abord parce que ça me rappelle ma jeunesse durant laquelle j’ai lu un paquet de romans de Leo Malet, parce que j’aime vagabonder dans ce Paris des années 50 où les quartiers ressemblaient encore à des petites villes, voire des villages, et parce que tout bêtement, les Nestor Burma ce sont de sacrés bons petits polars.

La mission de Burma nous emmène cette fois-ci dans le 14e arrondissement et ses lieux emblématiques que sont le beau parc Montsouris et le réservoir d’eau. C’est aussi ça le charme des Nestor Burma : Paris comme personnage essentiel et une petite visite d’un quartier à chaque nouvelle enquête.

Je ne m’attarderai pas sur l’enquête en elle-même qui, comme toujours, a son lot de rebondissements, de fausses pistes, de personnages ambigus, de petites frappes, de coups de flingues et de cadavres, et de dialogues incisifs qui sentent bon l’accent parisien des malfrats à la petite semaine. C’est du tout bon, et on passe un vrai bon moment.

Côté dessin, nous avons droit à un nouvel officiant. François Ravard s’empare de l’univers de la série et comme un parfait caméléon, il adapte son trait et son style à celui de Tardi, comme l’ont fait avant lui Nicolas Barral et Emmanuel Moynot. Franchement, c’est réussi et malgré ces changements de dessinateurs, la série garde son cachet et sa patte graphique.

Encore une très bonne petite embrouille du gars Nestor !

Loubrun

 

Un commentaire sur “Nestor Burma – tome 13 – les rats de Montsouris

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :